Rovanperä remporte le Safari Rally et emmène un quadruplé Toyota

Kalle Rovanperä a décroché sa quatrième victoire cette saison à l'occasion du Safari Rally, dominé par Toyota qui place ses quatre GR Yaris aux avant-postes. Cinquième, Thierry Neuville fait office de meilleur des autres.

Charger le lecteur audio

Kalle Rovanperä aime déjouer les pronostics. D'aucuns ne donnaient pas cher de la peau du Finlandais sur le Safari Rally, qui avait la lourde tâche d'ouvrir la route lors de la première étape, rôle qui revient au leader du championnat.

Si la mission de "balayer" la route constitue toujours un désavantage, le phénomène est amplifié sur les pistes kenyanes, réputées piégeuses avec l'omniprésence de pierres et du célèbre fech-fech, ce sable à la consistance de farine qui peut aveugler les concurrents et provoquer des problèmes mécaniques en s'infiltrant dans les entrailles des voitures.

Dans ces conditions, le manque d'expérience de Rovanperä aurait dû s'avérer préjudiciable, mais c'était sans compter sur la maturité et la témérité du jeune homme de 21 ans. Celui-ci est ainsi passé à travers les différentes embûches de ce Safari Rally, mais n'allez pas croire qu'il a roulé sur un train de sénateur pour autant.

Au contraire, le pilote Toyota est celui qui a remporté le plus de scratchs au Kenya, au nombre de cinq, pour s'adjuger la victoire devant son coéquipier Elfyn Evans. Le Finlandais a ainsi viré en tête dès le vendredi soir, avec déjà 14" d'avance sur le Gallois, avant de pousser son avantage le lendemain pour porter celui-ci à 40", et de parachever son œuvre ce dimanche avec brio.

Lire aussi :

Ainsi, ce sont 52"8 qui séparent les deux hommes au classement final de cette sixième manche. Après sa relative contreperformance en Sardaigne il y a trois semaines, où il avait fini cinquième (son pire résultat jusqu'ici cette saison), Rovanperä a ainsi parfaitement réagi et conforte encore un peu plus son leadership au championnat.

La troisième marche du podium revient quant à elle à Takamoto Katsuta, qui termine ainsi de nouveau dans le top 3 après sa deuxième place obtenue l'an dernier en dauphin de Sébastien Ogier. Cette année, c'est d'ailleurs le Japonais qui a eu le dessus sur le Français, finalement quatrième mais auteur d'une belle prestation d'ensemble, émaillée de quatre scratchs, deux semaines seulement après avoir pris part à ses premières 24 Heures du Mans.

Calvaire chez Hyundai et M-Sport

On le voit, Toyota n'a donc laissé que des miettes à ses adversaires. Chez Hyundai, la cinquième place de Thierry Neuville est un peu l'arbre qui cache la forêt : le pilote belge a encore une fois été la cible d'une litanie de pépins mécaniques, avec notamment une perte de puissance vendredi liée à l'ingestion de sable par sa i20 N, puis une panne d'alternateur le samedi matin avant une coupure de son moteur dans l'après-midi, noyé après un passage à gué.

Une sortie de route et la rencontre avec un arbre finiront par la suite de saccager son rallye, et en ce sens, le résultat de Neuville ressemble à un petit miracle, mais pas sûr que cela console l'intéressé, qui voit le même scénario se renouveler rallye après rallye.

Une issue d'autant plus rageante que le pilote Hyundai a une nouvelle fois témoigné d'une bonne pointe de vitesse durant tout le week-end, avec notamment le meilleur temps de la Power Stage devant Sébastien Loeb et Sébastien Ogier.

Kenya Safari Rally - Résultats de la Power Stage

Son coéquipier Ott Tänak a lui aussi souffert au Kenya, avec un levier de vitesses cassé dès le vendredi, avant qu'un abandon sur la dernière spéciale disputée samedi, arbre de transmission rompu, ne douche ses espoirs de résultats valables ce week-end. Le sort s'est d'ailleurs acharné sur l'Estonien qui a de nouveau abandonné ce matin en raison d'une défaillance de sa direction assistée. Quand ça ne veut pas…

Face à l'infortune de ses coéquipiers, Oliver Solberg a quant à lui longtemps semblé relativement épargné par les aléas de la course. Le Suédois, qui reprenait au Kenya le volant de la troisième Hyundai (pour son quatrième rallye de la saison) à Dani Sordo, semblait même en bonne voie pour réitérer sa meilleure arrivée en WRC avec une sixième place, jusqu'à ce qu'une perte de puissance sur la première spéciale du jour à cause du fech-fech ruine sa prestation d'ensemble. Il termine finalement à la dixième place, bien loin de ses ambitions ce week-end.

Lire aussi :

Quid de M-Sport ? L'équipe anglaise a elle aussi vécu un véritable calvaire sur les pistes africaines. Tout avait pourtant bien commencé vendredi matin lorsque les quatre Ford Puma Rally1 étaient présentes dans le top 6, mais la situation n'a fait que se déliter par la suite.

Sébastien Loeb a d'abord dû renoncer, dans l'impossibilité de rejoindre l'assistance après la première boucle de spéciales vendredi midi suite à une extinction de son moteur et un départ de feu heureusement maîtrisé.

L'Alsacien, qui à l'instar d'Ogier participait ce week-end à sa troisième pige cette saison, a tout de même réalisé quelques coups d'éclat avec un total de trois scratchs remportés. Sa constance a tout de même été récompensée avec la huitième place finale, derrière la surprise Jourdan Serderidis, pilote privé dont la performance sur les routes kenyanes est à saluer !

Breen sauvé des eaux chez M-Sport

Craig Breen est pour sa part le pilote M-Sport le mieux placé, sixième, après avoir livré une prestation de bonne tenue pour prendre des points précieux au championnat après son podium lors de la manche précédente en Sardaigne.

L'Irlandais a en effet surnagé face à l'océan de problèmes qui a noyé ses coéquipiers : Gus Greensmith a ainsi perdu plus de 13 minutes dès l'ES4 suite à un changement de roue récalcitrante, avant de devoir abandonner le lendemain en raison de problèmes de refroidissement consécutifs à un tonneau survenu lors de l'ES8.

Adrien Fourmaux n'a été quant à lui guère mieux loti, avec un abandon samedi après-midi sur problème de transmission. Tout comme Greensmith, le Français termine au-delà du top 10, mais aura réussi à prendre le point de la cinquième place à l'issue de la Power Stage (l'Anglais ayant fini pour sa part quatrième).

Enfin, en catégorie WRC2, la victoire est revenue au Polonais Kajetan Kajetanowicz. La prochaine manche du championnat, la septième du calendrier et qui marquera l'entrée dans la seconde partie de saison, aura lieu en Estonie, du 14 au 17 juillet prochains.

Kenya Safari Rally - Classement à l'issue de l'ES19

partages
commentaires

Voir aussi :

ES17 à 18 - Victoire en vue pour Rovanperä avant la Power Stage
Article précédent

ES17 à 18 - Victoire en vue pour Rovanperä avant la Power Stage

Article suivant

Championnat - Rovanperä et Toyota prennent le large

Championnat - Rovanperä et Toyota prennent le large