ES2 à 5 - Une erreur de Meeke profite à Paddon

partages
commentaires
ES2 à 5 - Une erreur de Meeke profite à Paddon
Par : Jean-Philippe Vennin
9 juin 2017 à 10:07

Le pilote Hyundai occupe le commandement après la première boucle de quatre spéciales, ce vendredi matin, en Italie où se déroule la septième manche du Championnat du monde des Rallyes.

Hayden Paddon, Sebastian Marshall, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Juho Hänninen, Kaj Lindström, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Juho Hänninen, Kaj Lindström, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Mads Østberg, Ola Fløene, Ford Fiesta WRC
Ott Tänak, Martin Järveoja, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai Motorsport, Hyundai i20 Coupe WRC
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai i20 WRC, Hyundai Motorsport
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Sébastien Ogier, Julien Ingrassia, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Andreas Mikkelsen, Citroën World Rally Team
Elfyn Evans, Daniel Barritt, M-Sport Ford Fiesta WRC
Eric Camilli, Benjamin Veillas, Ford Fiesta R5, M-Sport

Sans avoir signé le moindre temps scratch, Hayden Paddon est le leader du Rallye de Sardaigne en milieu de première étape, avec une avance de 4”3 sur un surprenant Juho Hänninen et de 4”4 sur un non moins surprenant Mads Østberg (qui a pourtant dit avoir eu du mal à trouver un bon rythme).

Auteur “seulement” de deux troisièmes et deux quatrièmes chronos, au cours d'une boucle où les pilotes ont été fortement gênés par la poussière restant en suspension en raison de l'absence de vent, le Néo-Zélandais s'est montré très régulier et a profité d'une (nouvelle) erreur de Kris Meeke dans la quatrième et dernière spéciale de la matinée (ES5).

"On suit notre plan. Aujourd'hui, il s'agit de piloter proprement", a expliqué le leader, qui a signalé à l'arrivée de l'ES4 un trou dû à l'échappement faisant entrer beaucoup de fumée et de poussière dans la Hyundai. "Il y a beaucoup de bruit dans la voiture et c'est difficile de se concentrer sur les notes."

Meeke encore dehors

Deuxième temps dans la première spéciale de la matinée sur sa Toyota, derrière Kris Meeke, Juho Hänninen a ensuite délogé le Britannique du commandement en se montrant à son tour le plus rapide, devant lui, dans la seconde. Il lui a rétrocédé la tête dans la suivante, en s'étant montré moins à l'aise dans les derniers kilomètres, qu'il a qualifiés de "très glissants". Le Finlandais a cependant conclu la boucle en deuxième position en profitant de la sortie de route du pilote Citroën.

Celui-ci a été signalé arrêté après 4,6 km dans l'ES5, avant de revenir sur la route avec l'aide de spectateurs, et il a perdu près de huit minutes sur le meilleur temps signé par Esapekka Lappi. L'état de sa C3 WRC, très endommagée au niveau du capot, de l'arrière et sur le côté droit, laisse supposer qu'il est même parti en tonneaux.

La matinée a été une nouvelle fois catastrophique pour la marque aux chevrons puisque Craig Breen a été la première victime du rallye, avec une fuite d'huile provenant de la boîte de vitesses sur sa Citroën après une réception un peu trop violente qu'il a dit avoir sous-évaluée lors des reconnaissances. Auteur d'un bon quatrième temps dans cette ES3, la seconde spéciale de la journée, il occupait la cinquième place du général. L'Irlandais et son copilote Scott Martin ont bien cru avoir réparé, au point que leur équipe a annoncé qu'ils avaient pris la direction de l'ES4, mais ils se sont de nouveau arrêtés sur la liaison – définitivement cette fois.

Elfyn Evans est ensuite sorti de la route dans l'ES4 avec sa Ford, sans gravité pour lui et son copilote Daniel Barritt. Ils ont toutefois été contraints eux aussi à l'abandon avec la suspension avant droite cassée. De son côté, Esapekka Lappi a perdu le second rapport sur sa Yaris dès l'ES2 et a perdu beaucoup de temps également dans les deux suivantes, mais le profil bien plus rapide de l'ES5 lui a permis de signer son premier scratch en WRC. "Dites à Tommi [Mäkinen, directeur de l'équipe Toyota] que cinq rapports suffisent", a-t-il plaisanté au point stop.

Le suivant sur la liste de ceux qui ont rencontré des problèmes est Dani Sordo, qui a laissé plus d'une minute dans la même ES5, ayant perdu de la puissance à mi-parcours, après avoir signé le meilleur chrono dans la précédente. L'Espagnol a d'abord indiqué que le moteur avait cassé, mais il a finalement pu prendre le direction du parc d'assistance.

Ogier et Neuville à la lutte

Passant les premiers dans les spéciales, Sébastien Ogier, Thierry Neuville et Jari-Matti Latvala ont perdu beaucoup de temps à balayer la route (chacun un peu plus que ceux qu'il précédait) mais les déboires de Breen, Evans, Sordo, Lappi et Meeke leur permettent de limiter les dégâts au classement puisque le Belge de Hyundai est cinquième devant le Finlandais de Toyota et le Français de M-Sport. Celui-ci a déclaré ne même pas user ses gommes avec le peu de grip qu'il trouvait, mais Neuville, qui a tout fait pour creuser l'écart avec lui, a estimé que le leader du championnat avait peut-être fait une erreur en n'embarquant que des pneus tendres. Le trio est précédé par Ott Tänak.

Enfin, Andreas Mikkelsen est resté très discret pour ses débuts chez Citroën et a expliqué apprendre palier par palier avant, probablement, de hausser le rythme au fil du week-end.

Martin Prokop a cassé une roue de sa Fiesta dans un choc et abandonné lui aussi, laissant Yazeed Al Rajhi seul en tête du WRC Trophy réservé aux World Rally Cars de l'ancienne génération. Prokop avait déjà perdu une trentaine de secondes sur l'Émirati dans l'ES2, mais avait refait la quasi-totalité de son retard dans la spéciale suivante.

Éric Camilli, qui n'est pas inscrit pour marquer des points au championnat WRC2 ce week-end, mène la catégorie RC2 (ou R5) devant Jan Kopecky, Oliver Christian Veiby, Yohan Rossel et Pierre-Louis Loubet.

La boucle de l'après-midi, qui reprendra les quatre mêmes spéciales, débutera à 15h25.

Classement après ES5/19

 

Pilote

Copilote

VoitureCat.

Écart & 

intervalle

1

 Hayden Paddon

 Seb Marshall

Hyundai

RC1 46'55"7
2

 Juho Hänninen

 Kaj Lindström

Toyota

RC1

4"3

4"3

3

 Mads Østberg

 Ola Fløene

Ford

RC1

4"4

0"1

4

 Ott Tänak

 Martin Järveoja

Ford M-Sport

RC1

14"7

10"3

5

 Thierry Neuville

 Nicolas Gilsoul

Hyundai

RC1

19"6

4"9

6

 Jari-Matti Latvala

 Miikka Anttila

Toyota

RC1

21"8

2"2

7

 Sébastien Ogier

 Julien Ingrassia

Ford M-Sport

RC1

37"7

15"9

8

 Andreas Mikkelsen

 Anders Jæger

Citroën

RC1

53"4

15"7

9

 Dani Sordo

 Marc Marti

Hyundai

RC1

1'14"5

21"1

10

 Esapekka Lappi

 Janne Ferm

Toyota

RC1

1'18"8

4"3

Le classement complet sera disponible ici.

Article suivant
ES1 - Meilleur temps pour Thierry Neuville

Article précédent

ES1 - Meilleur temps pour Thierry Neuville

Article suivant

Abandon définitif pour Kris Meeke

Abandon définitif pour Kris Meeke
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye de Sardaigne
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Résumé de spéciale