Tänak se félicite d'un triplé Toyota qui va motiver l'équipe

Ott Tänak est revenu sur le triplé signé par Toyota en Allemagne, au terme d'un rallye où la Yaris était l'arme fatale et où ses rivaux ont été ralentis par des crevaisons.

Charger le lecteur audio

Pour la troisième fois de sa carrière, et pour la troisième année consécutive, Ott Tänak a remporté le Rallye d'Allemagne. En grande forme au volant d'une Yaris qui l'était tout autant, il emmène un triplé pour Toyota puisqu'il a été accompagné sur le podium par Kris Meeke et Jari-Matti Latvala. Après l'arrivée, il est revenu sur la satisfaction personnelle qu'apporte un tel résultat, mais aussi sur l'élan de motivation supplémentaire que le triplé va amener dans l'équipe.

Lire aussi :

Ott, c'est du déjà-vu par rapport à l'an dernier : une victoire en Finlande, une ici en Allemagne. C'est votre troisième victoire au Rallye d'Allemagne et ça a été un week-end sans faute. A-t-il été parfait pour vous ?

Presque. Je dirais que mon seul objectif était d'éviter toute erreur. Depuis le tout début, la lutte était intense avec Thierry Neuville. Vendredi, nous étions plus rapides d'un ou deux dixièmes par spéciale mais samedi, c'était l'inverse, Thierry était un peu plus rapide que je ne l'étais. Cela semblait difficile, donc je dois dire que si ça avait continué comme ça, j'aurais accepté la deuxième place. Bien sûr, j'ai essayé d'être à la limite tout le temps sans faire d'erreur. Finalement, nous y sommes parvenus, donc je suis heureux d'avoir fini.

C'est un excellent résultat d'équipe avec un triplé. C'est la première fois que nous voyons cela pour cette génération de Toyota. La dernière fois que trois Toyota ont terminé sur le podium, c'était lors du Safari Rally de 1993, il y a fort longtemps. À quel point un tel résultat est satisfaisant ?

C'est important de signer ce genre de résultat. Il n'y a pas si longtemps, on a eu une fin catastrophique au Rallye de Sardaigne (un problème de direction l'a privé d'une victoire qui lui semblait promise, ndlr), et ces situations amènent des tensions dans l'équipe. Nous avions deux voitures sur le podium en Finlande et trois ici, donc je pense que c'est important. Ça l'est pour chaque membre de l'équipe, pour leur donner de la motivation. Je suis sûr qu'ils peuvent aussi comprendre que le dur travail fourni a payé et j'espère que ça entretiendra la motivation de faire encore mieux.

Lire aussi :

Nous nous demandions si vous alliez tenter de marquer un maximum de points lors de la Power Stage. Nous avons déjà vu cela avant, lors d'anciennes victoires, mais vous avez expliqué à la fin de la spéciale précédente que vous n'étiez pas vraiment sûr. Le feeling n'était-il pas là, où avez-vous su dès le début de journée que ça ne serait pas un objectif ?

Pour être honnête, quelque chose s'est passé lors de l'avant-dernière et longue spéciale. À la fin, j'ai commencé à perdre de la stabilité au freinage et ensuite, je n'avais qu'une roue qui freinait à l'avant. Nous avons essayé de faire plusieurs choses différentes sur la liaison, mais nous n'avons pas pu comprendre ce qui se passait. J'ai essayé lors des premiers virages de la Power Stage mais finalement, il n'y avait aucune chance de vraiment attaquer avec cette voiture et il était important d'atteindre l'arrivée.

Vous augmentez votre avance au Championnat du monde des pilotes, et je suis sûr que vous êtes très satisfait alors que nous nous dirigeons ensuite vers le Rallye de Turquie, un autre événement que vous aviez gagné l'an dernier et qui avait été votre troisième victoire consécutive. Je suis sûr que dans votre esprit, il n'y a rien qui s'oppose à ce que vous reproduisiez ce résultat.

Non. Mais comme nous le savons, la Turquie est l'épreuve la plus difficile de la saison. Nous pouvons aussi dire que l'an dernier, dans un sens, c'était le rallye lors duquel nous avions été le plus en difficulté. Nous n'avions pas vraiment de performance et nous étions lents mais au final, nous avions été plus intelligents et nous avions signé un doublé. Cette année, nous avons travaillé très dur et j'espère que notre performance sera à un meilleur niveau. Notre équipe a essayé de se préparer au mieux pour ce difficile événement. Je sais qu'il nécessite une approche similaire que celle que nous avions ici [en Allemagne], en étant réguliers et en évitant les crevaisons. Disons qu'il ne faut pas s'arrêter en cours de spéciale, ce serait le mieux pour finir ce rallye. Je crois que nous devons essayer de faire la même chose que l'an dernier, mais un peu de rythme en plus nous aiderait.

partages
commentaires
Championnat - Tänak enfonce le clou, Toyota talonne Hyundai
Article précédent

Championnat - Tänak enfonce le clou, Toyota talonne Hyundai

Article suivant

Citroën déplore un manque de préparation et de la malchance

Citroën déplore un manque de préparation et de la malchance
Charger les commentaires
La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs Prime

La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs

Après avoir remporté un huitième titre mondial, Sébastien Ogier va cesser son engagement à plein temps en WRC. Pour comprendre l'héritage qu'il laisse, plusieurs de ses anciens adversaires, coéquipiers ou collègues témoignent de cette carrière riche en succès.

WRC
30 nov. 2021
Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende Prime

Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende

Sébastien Ogier quitte son rôle de pilote WRC à plein temps de la plus belle des manières, avec un huitième titre mondial en poche. Comparé tout au long de sa carrière au nonuple Champion du monde Sébastien Loeb, il a démontré de manière convaincante qu'il pouvait lui-même être considéré comme l'un des plus grands pilotes de rallye de l'Histoire.

WRC
23 nov. 2021
La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises " Prime

La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises "

Ce week-end, le Rallye de Monza marque la fin d'une ère en WRC : Sébastien Ogier s'apprête à mettre un terme à sa présence à temps plein dans le championnat et vise avant cela un huitième titre mondial. Malgré sa longévité, le pilote Toyota révèle dans une interview exclusive que l'incertitude persistante l'a poussé dans une quête incessante de perfection.

WRC
19 nov. 2021
McRae, la troisième génération Prime

McRae, la troisième génération

Le patronyme McRae est ancré dans l'histoire du rallye, partageant huit titres britanniques entre Jimmy, Colin et Alister, auxquels il faut ajouter le sacre de 1995 en WRC. Le prochain sur la liste est le fils d'Alister, Max McRae, qui à 17 ans va tenter de se faire un prénom.

WRC
13 nov. 2021
Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ? Prime

Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ?

Les critiques de Thierry Neuville contre les futures Rally1 (ces voitures qui inaugureront la nouvelle ère hybride du WRC) sortent de l'ordinaire, à une époque où les pilotes sont généralement réticents à exprimer leurs opinions en public. Mais les inquiétudes du Belge concernant la vitesse, la sécurité et le coût sont-elles tout à fait justifiées ?

WRC
17 sept. 2021
Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ? Prime

Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ?

Les pilotes français ont dominé le WRC ces deux dernières années : Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont accumulé les titres de manière impressionnante. Alors que le second mettra fin à sa présence à plein temps dans le championnat à l'issue de la saison, la France fera reposer ses espoirs sur le rookie Adrien Fourmaux, à qui semble promis un avenir brillant.

WRC
11 août 2021
Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles Prime

Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles

Avant de conquérir neuf titres en WRC, Sébastien Loeb a dû faire face à plusieurs coups durs qui ont failli le priver d'une carrière au plus haut niveau. Dans une interview exclusive, l'Alsacien se remémore les étapes qui ont mené à sa domination sur les routes.

WRC
22 févr. 2021
Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire Prime

Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire

La saison 2020 du WRC a connu un dénouement inhabituel dans le cadre du Rallye de Monza. Même si elle était loin d'être idéale, cette épreuve a peut-être épargné au Championnat du monde de sérieux problèmes en offrant une vitrine lui permettant d'assurer la présence de plusieurs acteurs à long terme.

WRC
9 déc. 2020