Tour de Corse - "Un parcours comme à l’origine, très endurant"

partages
Tour de Corse -
Par : Thomas Baron
28 sept. 2015 à 16:00

David Serieys, Directeur du Tour de Corse qui aura lieu en fin de semaine, juge la préparation de l’épreuve et vante les qualités d’un tracé long de plus de 900 kilomètres, qui relie les principales villes de l’île.

Magnifique Ajaccio, la ville qui accueille le Tour de Corse
Sébastien Loeb et Daniel Elena fêtent leur victoire
Magnifique Ajaccio, la ville qui accueille le Tour de Corse
Mikko Hirvonen et Jarmo Lehtinen, Ford World Rally Team Ford Focus RS WRC
Magnifique Ajaccio, la ville qui accueille le Tour de Corse
François Duval et Patrick Pivato, Ford World Rally Team Ford Focus RS WRC

L’effervescence est palpable en Corse. Les pilotes s’élanceront d’Ajaccio vendredi matin pour un tracé long de 987,69 km (dont 332,57 de spéciales).

Cette 53e édition du Tour de Corse marque le retour de l’épreuve en Championnat du Monde des Rallyes, au calendrier duquel elle avait laissé sa place au Rallye Alsace-Vosges depuis 2009. L'épreuve insulaire avait dû se contenter cette année-là de la Coupe de France des Rallyes, puis, après avoir fait une parenthèse en 2010, elle avait intégré l'International Rally Challenge (IRC) devenu Championnat d'Europe (ERC) en 2013.

C’est très simple d’organiser le Tour de Corse. On est accueilli de manière exemplaire, il y a un engouement terrible derrière cette épreuve.

David Serieys

À en croire David Serieys, mettre ce retour en œuvre n'a pas été trop compliqué.

Il n’y a eu aucun problème majeur rencontré en terme d’organisation,” nous avait assuré le Directeur du Tour il y a quelques semaines. “C’est très simple d’organiser le Tour de Corse. On est accueilli de manière exemplaire, il y a un engouement terrible derrière cette épreuve.”

Fin juin, le faste de l’hôtel de Région à Ajaccio, dans lequel s’était déroulée la présentation officielle du Tour de Corse, avait témoigné de l’enthousiasme local. Une réception digne des plus grands événements internationaux. Car c’est bien de cela qu’il s’agit.

Un parcours très étendu

Un événement comme celui-là se prépare généralement d’une année sur l’autre,” avait expliqué David Serieys. “Nous avons commencé à travailler sur l’événement à partir du mois de janvier. Une fois que la chose a été officialisée en février, nous nous sommes mis au travail sérieusement pour organiser le parcours.”

Au final, les organisateurs du Tour de Corse ont même reçu une dérogation de la FIA, celle-ci interdisant auparavant de couvrir un aussi grand territoire (près de 1000 kilomètres) – par ailleurs réparti en seulement neuf spéciales.

D’Ajaccio (lieu de départ et d’arrivée) à Porto-Vecchio, de Bastia à Corte, la onzième étape du Mondial empruntera des routes déjà utilisées il y a 30 ans.

Il s'agit d'un parcours en ligne, comme à l’origine, très endurant avec la particularité d’avoir des sections marathon,” avait poursuivi Serieys. “Il faudra enchaîner deux spéciales sans assistance avec un seul ravitaillement en carburant entre les deux. On revient à l’essence même du Tour de Corse.” 

Prochain article WRC
Sébastien Ogier - "Ma faim de victoires n'est pas satisfaite"

Article précédent

Sébastien Ogier - "Ma faim de victoires n'est pas satisfaite"

Article suivant

WRC2 - Al-Attiyah augmente son avance, mais...

WRC2 - Al-Attiyah augmente son avance, mais...

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye de France
Auteur Thomas Baron
Type d'article Preview