Le tour du monde de Gabin Moreau : entre Pologne et... Madère

Juste avant de partir pour les reconnaissances du Rallye d'Allemagne auquel ils ne participent pas ce week-end, le copilote de Stéphane Lefebvre est revenu sur leur superbe performance du Rallye de Pologne et les semaines qui ont suivi.

Avec Stéphane, après avoir appris que nous ne disputerions pas le Rallye de Sardaigne, nous nous étions mis à travailler directement sur la Pologne. Comme c'est un rallye qui nous avait assez bien réussi l'année dernière, nous avions d'autant plus à cœur d'y faire quelque chose de bien. Nous avions vraiment "les crocs" au départ et du coup, après la semaine de tests effectuée la semaine précédant le rallye, avions trouvé un bon set-up qui nous mettait à l'aise avec la voiture.

Nous espérions qu'il fasse beau et que les routes soient sèches, parce que la C3 WRC est vraiment compétitive et ne souffre d'aucun problème dans ces conditions. C'est un peu plus délicat dans les conditions boueuses qui ont été celles du rallye, mais nous avons réussi à nous en sortir. Nous avons fait une belle première journée, et y sommes allés crescendo. Au début, nos temps étaient corrects, et nous avons haussé un peu le rythme à partir du samedi. Nous avons fait une deuxième et une troisième journées solides, pour terminer dans les cinq premiers avec un petit coup de pouce de la chance quand Teemu Suninen a fait un tête-à-queue.

De notre côté, nous n'avons fait aucune erreur sur ce rallye, ne nous sommes fait aucune frayeur, et je pense que nous avons fait une course suffisamment intelligente pour prouver à tout le monde que nous étions là et bien là et que notre présence au sein du WRC n'est pas usurpée. Quand on regarde autour de nous, tout le monde y est allé au moins de sa petite erreur. Du côté de l'équipe, on n'a pu que regretter que Craig Breen ait rencontré un problème dès la première vraie spéciale du vendredi matin car par la suite, il a fait lui aussi une course parfaite.

La Pologne est, de plus, un de mes rallyes préférés de tout le championnat. Au niveau des sensations, c'est exceptionnel. Les vitesses sont hallucinantes, on est entre 120 et 130 km/h de moyenne en spéciale. C'est particulier comme atmosphère, et il y a eu quelques problèmes au niveau de la gestion des spectateurs, mais les Polonais ont aussi une grande culture du rallye et c'est toujours plaisant de retrouver un public de passionnés.

Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team

Notre réussite sur ce rallye est aussi celle de notre ingénieur Thomas Breton. Il est avec nous depuis la Corse, qui a été le premier rallye sur lequel un trio de C3 a été engagé. Il a déjà pas mal d'expérience puisqu'il travaillait avec Craig, justement, chez Peugeot il y a quelques années en ERC. Et en 2016, il travaillait avec Suninen et ORECA en WRC2. Ce n'est pas comme un papa, mais presque, car il nous remotive "à bloc", il est là avec nous et a tout autant envie de réaliser une bonne performance. Nous nous sentons vraiment bien avec lui et c'est un élément de motivation supplémentaire. C'est même rassurant car les choix que nous avons effectués avec lui en Pologne se sont avérés performants. On parle toujours du pilote et du copilote, mais on peut inclure l'ingénieur dans ce cercle un peu fermé, si l'on peut dire.

Les spéciales finlandaises sont exceptionnelles car un paramètre unique entre en ligne de compte : la notion verticale.

Gabin Moreau, copilote de Stéphane Lefebvre chez Citroën

Après la Pologne, j'ai pu découvrir en reconnaissances les spéciales de la Finlande, exceptionnelles car un paramètre unique entre en ligne de compte : la notion verticale, car les jumps doivent être notés en fonction de leur intensité. De plus, c'est un rallye magnifique, au milieu des forêts et des lacs. Cette année, avec l'arrivée des WRC nouvelle génération, on aura pu constater la présence d'innombrables chicanes inutiles et dangereuses, positionnées dans des carrefours ou sur des portions adjacentes très étroites. Mais en dehors de cela, ces routes rapides font vraiment rêver.

Puis Stéphane et moi sommes allés disputer le Rally Vinho Madeira, qui est apparu pour nous comme une épreuve bonus au calendrier. Nous étions invités par Citroën Portugal pour faire rouler la DS3 R5 aux couleurs Vodafone, suite à l'indisponibilité de son pilote habituel José Pedro Fontes qui a été accidenté au Rallye du Portugal en WRC.

Stéphane Lefebvre, Gabin Moreau, Citroën DS3 R5

Ce rallye est lui aussi superbe, avec des spéciales type toboggan, rapides, où le grip est particulier. Les pilotes, là-bas, sont extrêmement rapides et la partie n'allait pas être simple. Mais alors que nous étions troisièmes au général et en lutte pour la victoire, nous avons dû renoncer au cours de la première journée de course avec un problème de boîte de vitesses. La deuxième étape ne fut pas plus glorieuse, une pompe à essence récalcitrante nous stoppant – encore – dans la troisième spéciale du jour...

L'expérience fut donc brève mais nous aura permis de découvrir cette île et de rencontrer des gens passionnés et investis, comme toute l'équipe qui entoure José Pedro. Hélas, le retour fut à l'image du rallye, à savoir compliqué... Une tempête arrivant des Açores, tous les vols ont été annulés et nous avons mis trois jours avant de pouvoir être chez nous.

Déçus de ne pas être en Allemagne

Bien sûr, Stéphane et moi sommes très déçus de ne pas courir en Allemagne ce week-end. Je comprends les choix qui peuvent être faits par l'équipe concernant les pilotes, depuis l'arrivée d'Andreas Mikkelsen, mais de notre côté, nous étions archi-prêts pour faire l'Allemagne. D'autant plus que c'est un rallye que nous connaissons bien, où nous aurions pu faire une autre belle performance.

Notre prochain rallye devrait donc être l'Espagne, en octobre, où nous n'avions pu courir l'année dernière. Stéphane y a fait seulement deux spéciales en 2015 car il avait un problème avec la voiture, et moi je ne connais pas du tout, donc nous allons découvrir un rallye entièrement nouveau là-bas. Je vous raconterai...

Rendez-vous, donc, après la Catalogne !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Pilotes Stéphane Lefebvre , Gabin Moreau
Type d'article Chronique