Vers une dernière victoire de Volkswagen... ou pas

Andreas Mikkelsen et Sébastien Ogier vont entamer la dernière étape au coude-à-coude en Australie, dans la soirée de samedi en France, pour offrir un 43e succès en 52 rallyes à la Polo R WRC.

Les deux pilotes de l'équipe allemande n'auront toutefois pas droit à l'erreur car Mikkelsen, leader du rallye depuis la première spéciale presque sans interruption (il n'a cédé le commandement qu'à l'arrivée de l'ES2) avec désormais deux secondes d'avance sur Ogier, n'a un avantage que de 12 sur Hayden Paddon. Et nul doute que le pilote Hyundai sera à l'affût de la moindre opportunité sur les 57,18 km restant à parcourir contre le chronomètre.

La journée a été marquée par la remontée du champion du monde qui s'est d'entrée débarrassé de Paddon et a repris du temps à son équipier dans chaque spéciale à l'exception du premier passage dans la longue Nambucca (ES12), puis de deux super spéciales dont une où ils ont signé le même chrono. Après son choix de pneus osé du matin, où il avait privilégié les tendres au contraire de tous ses rivaux chaussés de durs, c'est dans la boucle de l'après-midi qu'il a refait la plus grosse partie de son retard.

Cela a été une journée parfaite pour nous”, a déclaré le Français. “Julien [Ingrassia] et moi avons décidé de prendre le risque et d'y aller. J'ai utilisé les bornes le long de la piste tel un slalomeur, comme vous pouvez les voir avec les fentes sur le capot. On a mis tous nos œufs dans le même panier avec notre sélection de pneus aussi - et, par chance, choisir quatre tendres [dans la première boucle] a payé.”

En effet, ces gommes tendres lui ont permis de minimiser la perte de temps due au fait d'ouvrir la route lors du premier passage dans les spéciales du jour, ne concédant que 1”4 à son équipier.

Avant le rallye, je ne m'attendais pas à ce que nous ayons une telle chance dans la lutte pour la victoire”, a ajouté Ogier. “Demain [dans la soirée de samedi et la nuit de samedi à dimanche en France] sera une journée de frissons pour les fans. Andreas et Hayden donneront tout pour gagner, et de plus, je n'ai rien à perdre.”

Mikkelsen, pour sa part, a semblé moins à l'aise lors du second passage dans les 50,80 km de Nambucca, avant de perdre gros dans la dernière et plus courte vraie spéciale du jour.

“Dimanche sera très intéressant, même si je vivrais aussi bien avec un peu moins de tension”, a admis celui qui pourrait signer une troisième victoire en Mondial. “On a eu une journée géniale, on était toujours rapides et on a réussi à rester très bien devant. On a perdu un peu de temps sur la fin, quelques dégâts sur le pédalier faisant que l'embrayage et le frein se chevauchaient. C'était une situation étrange.”

Ça ne change pas grand-chose à la grande finale de demain : que l'écart soit de deux, de 12 secondes ou plus, ce sera une dure bataille pour la victoire, et on sera heureux de la gagner. On doit tout donner jusqu'à la ligne d'arrivée - et c'est exactement ce qu'on a l'intention de faire.”

Un déclic tardif

Sur la troisième Polo, Jari-Matti Latvala, écarté de la lutte pour la victoire depuis son erreur de la spéciale d'ouverture qui lui a valu d'endommager la suspension arrière droite, a réalisé deux temps scratch en cette deuxième étape et dit avoir eu un déclic - quelque peu tardif, hélas pour lui.

Malheureusement, mon erreur d'hier [dans la nuit de jeudi à vendredi] signifie que je ne peux apporter de contribution décisive au résultat général”, regrette-t-il. “Je vais donc croiser les doigts pour que mes équipiers Sébastien et Andreas franchissent la ligne en tête. Et puis, avec toute l'équipe, on lèvera nos verres aux quatre années extraordinaires que nous avons connues.”

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye d'Australie
Pilotes Jari-Matti Latvala , Andreas Mikkelsen , Sébastien Ogier
Type d'article Réactions
Tags volkswagen