"Volkswagen a élevé l'intérêt pour le championnat", dit le WRC

partages
commentaires
Par : Jean-Philippe Vennin
4 nov. 2016 à 12:45

Le directeur de WRC Promoter, Oliver Ciesla, a réagi à l'annonce par Volkswagen de son retrait du Championnat du monde au soir du prochain Rallye d'Australie, dans deux semaines.

Le concept-car Citroën C3 WRC
Kris Meeke, Paul Nagle, Craig Breen and Scott Martin, Citroën World Rally Team, Citroën C3 WRC 2017
Malcolm Wilson, M-Sport Ford Fiesta WRC
Toyota Yaris WRC 2017
Toyota Yaris WRC Plus 2017
La version de développement de la Hyundai i20 New Generation WRC 2017
Hyundai i20 WRC 2017

Le départ de Volkswagen est incontestablement un coup dur pour le WRC, qui perd une marque devenue emblématique de cette compétition en seulement quatre saisons - au même titre que Citroën et Lancia, par exemple, dans un passé plus ou moins récent. Quarante-deux victoires en 51 rallyes, ainsi que quatre titre mondiaux des pilotes, des copilotes et bien sûr des constructeurs (le premier chiffre étant bien sûr susceptible d'augmenter d'une unité aux antipodes), sont venus couronner ce passage pourtant relativement court dans la discipline.

Nous sommes désolés d'apprendre la décision de Volkswagen de se retirer en tant qu'équipe d'usine du Championnat du monde FIA des Rallyes”, déclare Oliver Ciesla, directeur de la société chargée de la promotion du WRC, sur le site officiel de celui-ci. “Cependant, la confirmation par Volkswagen du développement d'une R5 pour utilisation par des clients indique que [la marque] reconnaît que le WRC est la plateforme parfaite pour montrer mondialement la qualité de ses produits.”

Si ce dernier argument peut être nuancé, une voiture de la catégorie R5 signée Skoda, autre marque du groupe, ayant déjà fait ses preuves et dominant encore aujourd'hui le WRC2, Ciesla ne s'y trompe pas en soulignant la réelle implication de Volkswagen non seulement d'un point de vue purement technique et sportif mais aussi pour la promotion du championnat.

Dans les quatre saisons qui ont suivi son arrivée dans le WRC, Volkswagen a obtenu de grands succès et aidé à contribuer à une résurgence de l'intérêt pour le championnat. Nous remercions l'équipe Volkswagen Motorsport tout entière pour son soutien et son enthousiasme”, souligne ainsi Oliver Ciesla.

Quitte à en faire peut-être un peu trop parfois, d'ailleurs, Jost Capito, l'ancien directeur de l'équipe allemande aujourd'hui chez McLaren en F1, ayant même avancé quelques propositions radicales comme celle de faire de chaque étape un rallye en soi, avec attribution de points au terme de chaque journée.

Un mal pour un bien ?

Ce retrait de Volkswagen créera évidemment un grand vide, mais le championnat ne perdra pas forcément au change si après des années de domination sans partage de Citroën puis Volkswagen, une lutte serrée oppose les constructeurs participants à partir de 2017.

La saison prochaine ouvrira une excitante nouvelle ère pour le WRC. Toyota et Citroën ont choisi de revenir pour rejoindre Hyundai et M-Sport, ce qui signifie que quatre des plus grands constructeurs automobiles du monde participeront”, rappelle Ciesla. “Des World Rally Cars plus puissantes et plus agressives visuellement fourniront un fabuleux spectacle, et le public du monde entier peut se préparer pour une saison pleine de frissons.”

Article suivant
Photos - Le film du 72e Rallye de Grande-Bretagne

Article précédent

Photos - Le film du 72e Rallye de Grande-Bretagne

Article suivant

Un pilote titré dont l'employeur s'en va : pas une première...

Un pilote titré dont l'employeur s'en va : pas une première...
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Actualités