ES13 à 17 - Ogier "maintient la pression", mais pas trop

Ott Tänak est toujours en tête en Allemagne au terme de la deuxième étape, samedi soir, mais la lutte reste indécise pour la deuxième place – même si Sébastien Ogier dit qu'il ne fera pas l'impossible pour l'obtenir.

Le pilote estonien de M-Sport, qui a signé sa première victoire en WRC cette année en Sardaigne, est bien parti pour récidiver puisqu'il a contrôlé la situation en ce samedi après-midi et conservé une avance de 21"4 et 29"6 sur ses deux plus proches poursuivants.

Andreas Mikkelsen et Sébastien Ogier, puisque c'est d'eux qu'il s'agit, sont donc séparés de 8"2 avant la courte troisième étape de dimanche. Le Norvégien de Citroën a vu son avance se réduire quand il a calé au départ du second des deux passages de l'après-midi dans la super spéciale du jour (ES14), et le pilote M-Sport en a remis une petite couche en signant dans l'ES16 son premier meilleur temps depuis... le Rallye du Portugal, en mai – avant de lui rendre trois dixièmes dans la dernière spéciale. 

"Je ne peux pas prendre de risques inconsidérés pour trois points de plus, mais je maintiens la pression et on verra bien", a déclaré le Champion du monde en titre au point-stop de cette spéciale.

À plus d'une minute du Français, on assiste à un autre duel serré pour la quatrième place. Juho Hänninen l'a ravie à Elfyn Evans lors du premier des deux passages dans la super spéciale, puis a creusé l'écart dans les deux spéciales suivantes pour le porter à 5"6. Mais il a déploré un amortisseur cassé sur sa Toyota à l'arrivée du second run dans les 42 km de Panzerplatte (ES15), et vu son rival revenir à 0"3 puis lui passer devant pour 4"2 dans les deux derniers secteurs chrono. M-Sport a donc trois voitures dans le top 4 à ce stade.

Camilli en tête du WRC2

Craig Breen reste un solide sixième devant Jari-Matti Latvala, qui a confessé plusieurs erreurs le matin et perdu du temps sur une crevaison cet après-midi dans l'ES15, puis signé le dernier scratch. Derrière Hayden Paddon, huitième, Éric Camilli a profité d'une crevaison de Jan Kopecky dans l'ES15 pour prendre la tête du WRC2 sur sa Fiesta R5 M-Sport, et devance de plus d'une minute les Skoda officielles.

Reparti en Rally2 le matin, très loin au général, Dani Sordo a été le plus rapide dans les trois premières spéciales de l'après-midi. Kris Meeke, dans le même cas de figure vendredi matin après sa déconvenue de jeudi soir à Sarrebruck, a de nouveau abandonné au départ de l'ES15 – cette fois avec un souci technique sur sa C3 WRC.

Dimanche, la troisième et dernière étape, qui débutera dès 7h25 et verra le retour de Thierry Neuville, ne comprendra qu'une cinquantaine de kilomètres répartis en quatre spéciales dont, bien sûr, la Power Stage rapportant des points de bonus au championnat... 

Classement après ES17/21

 

Pilote

Copilote

VoitureCat.

Écarts & 

intervalles

1

 Ott Tänak

 Martin Järveoja

Ford 

RC1  2h31'32"2
2

 Andreas Mikkelsen

 Anders Jæger

Citroën

RC1

21"4

21"4

3

 Sébastien Ogier

 Julien Ingrassia

Ford 

RC1 

29"6

8"2

4

 Elfyn Evans

 Daniel Barritt

Ford 

RC1 

1'48"3

1'18"7

5

 Juho Hänninen

 Kaj Lindström

Toyota 

RC1 

1'52"5

4"2

6

 Craig Breen

 Scott Martin

Citroën 

RC1 

2'06"7

14"2

 Jari-Matti Latvala

 Miikka Anttila

Toyota 

RC1 

4'04"9

1'58"2

8

 Hayden Paddon

 Seb Marshall

Hyundai 

RC1 

4'31"3

26"4 

9

 Éric Camilli

 Benjamin Veillas

Ford

RC2

8'41"9

4'10"6

10

 Armin Kremer

 Pfirmin Winklhoffer

Ford

RC1

8'54"5

12"6

Le classement complet sera disponible ici.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye d'Allemagne
Type d'article Rapport d'étape
Tags deuxième étape, wrc allemagne