WRC - Bilan 2014 : Une saison en demi-teinte pour M-Sport

Plus encore qu'en 2013, cette saison s'annonçait très délicate pour M-Sport

WRC - Bilan 2014 : Une saison en demi-teinte pour M-Sport

Plus encore qu'en 2013, cette saison s'annonçait très délicate pour M-Sport. En difficulté financière depuis le retrait de Ford fin 2012 - dont l'équipe britannique assurait l'exploitation des voitures en course depuis 1997 - et sans réelle vision à long terme, le team de Malcolm Wilson avait en effet été déserté par la quasi totalité de ses pilotes durant l'intersaison.

Evgeny Novikov avait été remercié faute de résultats. Thierry Neuville était parti tenter l'aventure Hyundai. Et Mads Ostberg celle de Citroën. Même Nasser Al-Attiyah quitta le monde du rallye, privant M-Sport des budgets qataris qui allaient avec.

Faute de moyens financiers suffisants, l'équipe de Malcolm Wilson a donc du restreindre le développement de la Fiesta RS WRC et réduire les essais privés à leur portion congrue. Ce manque de roulage s'est traduit irrémédiablement par un manque de performance et de fiabilité tout au long de la saison.

Un retour de Hirvonen en deux temps

Et ce en dépit du retour de l'enfant prodigue Mikko Hirvonen, revenu au bercail après deux saisons bien décevantes chez Citroën. Le pilote finlandais retrouvait ainsi son premier amour, avec qui il passa tout près du titre à trois reprises, en 2008, 2009 et 2011.

Mais celui-ci a du se rendre bien vite à l'évidence : l'équipe M-Sport version 2014 n'avait plus rien à voir avec celle qu'il avait quittée un peu plus de deux ans plus tôt. Après un début de saison sur la pointe des pieds, marqué par une discrète quatrième place en Suède, Mikko parvint toutefois à décrocher une belle deuxième place au Portugal.

Cependant, ce coup d'éclat n'a pas suffit à occulter les affres d'une voiture mal dégrossie et en mal de développement. Hirvonen a ainsi dû mettre pied à terre au Monte Carl' et au Mexique suite à des pannes d'alternateur, avant qu'un incendie ne vienne mettre un terme à sa course en Sardaigne. Même la légendaire régularité du pilote suomi fut mise à mal avec une sortie de route en Argentine. Décidément, tout allait de travers chez M-Sport dans cette première partie de saison.

Mais l'équipe est enfin parvenue à redresser la barre à partir de l'été. Mikko Hirvonen semblait en effet avoir recouvert sa constance avec une quatrième place en Pologne, et ne quitta plus le top cinq de tout le reste de la saison.

Parallèlement au rétablissement du Finlandais, M-Sport a pu compter sur l'éclosion du jeune gallois Elfyn Evans. Le champion WRC-2 2012, qui avait lui aussi vécu un début de saison en dents de scie, a haussé son niveau de jeu au fil de l'année pour finalement terminer huitième du championnat, avec deux quatrièmes places décrochées au Mexique et en Allemagne comme meilleurs résultats.

M-Sport a finalement terminé la saison en trombe, avec deux podiums lors des deux dernières manches de la saison, en Catalogne et au Pays-de-Galles. Tous du fait de Mikko Hirvonen, qui a signé de la plus belle des manières sa sortie de la discipline. Le Finlandais a tiré ainsi sa révérence après 163 rallyes disputés et quinze victoires.

Toujours est-il que ce regain de performance a permis à l'équipe de finir la saison à la troisième place des constructeurs, à deux petits points de Citroën. Mais le départ d'un pilote chevronné comme Hirvonen et la montée en puissance de Hyundai pourraient bien compromettre la prochaine saison.

Un avenir incertain

M-Sport remballera en effet en 2015 avec des moyens financiers des plus limités, mais surtout un duo de pilotes peu expérimentés, composé d'Elfyn Evans et d'Ott Tänak. Ce dernier se voit offrir une seconde chance au sein de l'équipe, après un premier bout d'essai peu concluant en 2012 et une année de purgatoire en WRC-2. Quant à Evans, si son talent n'est plus à démontrer, sa marge de progression demeure encore très importante.

L'équipe britannique pourrait néanmoins compter sur le renfort de pigistes de luxe sur certains rallyes, tels que Bryan Bouffier - auteur d'une magnifique deuxième place au Rallye Monte Carlo - ou bien encore Robert Kubica. Mais sans un line-up stable et sans moyens suffisants pour envisager l'avenir avec sérénité, il sera difficile pour M-Sport de viser plus haut en 2015.

partages
commentaires
WRC - Bilan saison : Retour réussi pour Hyundai
Article précédent

WRC - Bilan saison : Retour réussi pour Hyundai

Article suivant

WRC - Bilan 2014 : Une année de transition pour Citroën

WRC - Bilan 2014 : Une année de transition pour Citroën
Charger les commentaires
Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende Prime

Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende

Sébastien Ogier quitte son rôle de pilote WRC à plein temps de la plus belle des manières, avec un huitième titre mondial en poche. Comparé tout au long de sa carrière au nonuple Champion du monde Sébastien Loeb, il a démontré de manière convaincante qu'il pouvait lui-même être considéré comme l'un des plus grands pilotes de rallye de l'Histoire.

WRC
23 nov. 2021
La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises " Prime

La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises "

Ce week-end, le Rallye de Monza marque la fin d'une ère en WRC : Sébastien Ogier s'apprête à mettre un terme à sa présence à temps plein dans le championnat et vise avant cela un huitième titre mondial. Malgré sa longévité, le pilote Toyota révèle dans une interview exclusive que l'incertitude persistante l'a poussé dans une quête incessante de perfection.

WRC
19 nov. 2021
McRae, la troisième génération Prime

McRae, la troisième génération

Le patronyme McRae est ancré dans l'histoire du rallye, partageant huit titres britanniques entre Jimmy, Colin et Alister, auxquels il faut ajouter le sacre de 1995 en WRC. Le prochain sur la liste est le fils d'Alister, Max McRae, qui à 17 ans va tenter de se faire un prénom.

WRC
13 nov. 2021
Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ? Prime

Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ?

Les critiques de Thierry Neuville contre les futures Rally1 (ces voitures qui inaugureront la nouvelle ère hybride du WRC) sortent de l'ordinaire, à une époque où les pilotes sont généralement réticents à exprimer leurs opinions en public. Mais les inquiétudes du Belge concernant la vitesse, la sécurité et le coût sont-elles tout à fait justifiées ?

WRC
17 sept. 2021
Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ? Prime

Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ?

Les pilotes français ont dominé le WRC ces deux dernières années : Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont accumulé les titres de manière impressionnante. Alors que le second mettra fin à sa présence à plein temps dans le championnat à l'issue de la saison, la France fera reposer ses espoirs sur le rookie Adrien Fourmaux, à qui semble promis un avenir brillant.

WRC
11 août 2021
Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles Prime

Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles

Avant de conquérir neuf titres en WRC, Sébastien Loeb a dû faire face à plusieurs coups durs qui ont failli le priver d'une carrière au plus haut niveau. Dans une interview exclusive, l'Alsacien se remémore les étapes qui ont mené à sa domination sur les routes.

WRC
22 févr. 2021
Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire Prime

Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire

La saison 2020 du WRC a connu un dénouement inhabituel dans le cadre du Rallye de Monza. Même si elle était loin d'être idéale, cette épreuve a peut-être épargné au Championnat du monde de sérieux problèmes en offrant une vitrine lui permettant d'assurer la présence de plusieurs acteurs à long terme.

WRC
9 déc. 2020
Les enseignements que Toyota doit retenir dans la lutte pour le titre Prime

Les enseignements que Toyota doit retenir dans la lutte pour le titre

Un étrange dilemme attend peut-être Tommi Mäkinen en cette fin de saison WRC, avec le pilote leader de l’équipe Toyota qui espère revenir sur son numéro deux, le tout dans un contexte compliqué par la pression de Hyundai au championnat des constructeurs.

WRC
7 oct. 2020