Citroën - "Meeke aura la victoire pour objectif"

Le patron de Citroën Racing, Yves Matton, ne revoit pas les ambitions de son équipe à la baisse après l'issue décevante du Rallye Monte-Carlo, il y a trois semaines, pour les nouvelles C3 WRC.

Seul Stéphane Lefebvre, septième à l'arrivée des dix pilotes de nouvelles World Rally Cars habilitées à inscrire des points au championnat des constructeurs – et qui a pris ceux de la sixième place puisque trois Ford Fiesta M-Sport le précédaient alors que les deux mieux classées des voitures d'une même équipe rapportent désormais des points à celle-ci –, avait permis à Citroën d'ouvrir son score au Monte-Carlo pour son retour en tant qu'équipe officielle en WRC. Victime comme son jeune coéquipier d'une erreur de pilotage et d'un souci mécanique, Kris Meeke, sur la seconde voiture engagée, avait quant à lui abandonné le samedi soir après un accident de la circulation.

Ces diverses mésaventures n'avaient cependant pas de quoi remettre déjà en cause le potentiel de la nouvelle C3 WRC, et l'objectif affiché en Suède, ce week-end, est une nouvelle fois la victoire pour le Britannique.

"Dès notre retour de Monaco, l’équipe s'est remise au travail avec sérénité et détermination", dit en effet Yves Matton, le directeur de Citroën Racing. "L'analyse du Rallye Monte-Carlo a démontré que notre contre-performance était liée à une accumulation de faits isolés et le plus souvent imprévisibles, plutôt qu'à un problème majeur. De ce point de vue, c’est plutôt rassurant et nous restons confiants dans notre potentiel."

"En Suède, nous espérons évidemment un meilleur résultat. À nouveau, Kris Meeke aura la victoire pour objectif, tandis que Craig Breen devra apprendre et progresser pour son premier rallye avec la C3 WRC. Nous n'aurons toujours que deux voitures nominées, mais nous espérons réduire l’écart au Championnat du monde des constructeurs."

Les réglages sont dérivés de ceux que nous utilisons sur la terre et nous avons constaté en essais que la C3 WRC réagit bien avec nos solutions habituelles.

Laurent Fregosi, directeur technique WRC de Citroën

Le Rallye de Suède aux conditions si spécifiques n'est pas le terrain de prédilection de Citroën, qui ne s'y est imposé qu'à une reprise (en 2004 avec Sébastien Loeb) alors que M-Sport a remporté six fois de suite (entre 2006 et 2012) cette épreuve restée ensuite la chasse gardée de Volkswagen lors des quatre dernières éditions.

"Au fil des années, nous avons appris à maîtriser les spécificités de ce rallye. Les réglages sont dérivés de ceux que nous utilisons sur la terre et nous avons constaté en essais que la C3 WRC réagit bien avec nos solutions habituelles", explique Laurent Fregosi, le directeur technique.

"Si les conditions se dégradent avec moins de neige et de glace, il faut être en mesure d’adapter le set-up, avec des suspensions adaptées aux rails qui se creusent dans la trajectoire. Dans ces conditions, les clous des pneumatiques ont tendance à casser et il faut également limiter ce phénomène en jouant sur certains paramètres. Au fil des kilomètres, la neige s’accumule sur la voiture et le poids ainsi embarqué nuit à la performance. Nous en avons tenu compte en dessinant la carrosserie, mais ce phénomène reste inéluctable."

Les clous risquent également de se détacher davantage que les années précédentes en raison de la vitesse plus élevée des nouvelles World Rally Cars. Mais un autre phénomène amplifié sur cette 65e édition pourrait être la conséquence, en raison des nombreux appendices aérodynamiques arborés par ces voitures, du fait que les pilotes s'appuient, quand ils le peuvent, sur les murs de neige pour "guider" leur trajectoire. Le règlement interdisant leur renforcement, des équipes ont indiqué avoir amené davantage de pièces aéro de remplacement que d'habitude sur ce rallye.  

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Événement Rallye de Suède
Pilotes Kris Meeke
Type d'article Preview
Tags citroen, presentation, rallye de suede