Le WRC pourrait s'inspirer de la F1 pour ses tests

partages
commentaires
Le WRC pourrait s'inspirer de la F1 pour ses tests
Par : David Evans
5 juil. 2018 à 10:11

Le Championnat du monde des Rallyes réfléchit à la mise en place d'une restriction des tests privés similaire à celle opérée en Formule 1, et ce dans une volonté de réduction des coûts.

Sébastien Loeb, Daniel Elena, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën World Rally Team Citroën C3 WRC
Ott Tänak, Martin Järveoja, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
Esapekka Lappi, Janne Ferm, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
Ott Tänak, Martin Järveoja, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
Elfyn Evans, Phil Mills, M-Sport Ford WRT Ford Fiesta WRC
Jan Kopecky, Pavel Dresler, ŠSkoda Motorsport SŠkoda Fabia R5
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
Elfyn Evans, Phil Mills, M-Sport Ford WRT Ford Fiesta WRC
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai Motorsport Hyundai i20 Coupe WRC

Les équipes, en majorité, poussent la FIA à réduire le nombre de journées d'essais privés pouvant être réalisées en WRC, celui-ci étant passé de 42 à 55 lors de l'introduction des voitures de nouvelle génération en début de saison dernière.

Mais l'approche la plus innovante pour réduire les coûts pourrait être celle d'un potentiel test groupé en amont des rallyes, réunissant les quatre équipes dans la même zone sur des routes de tests qui seraient parcourues en roulement, quelque chose de comparable aux tests de pneus et de développement réalisés en F1 en courant de saison.

Cette mesure est en discussion pour les rallyes asphalte, sachant que la logistique d'un tel test sur terre pose bien plus de difficultés compte tenu du fait que le sol se dégrade rapidement.

Alors que les équipes préparent actuellement le Rallye de Finlande, selon les informations de Motorsport.com, l'organisation d'un test de cinq jours à proximité de Jyväskylä présente un coût fixe de 125'000€, et ce rien que pour faire venir la voiture et le team sur les lieux du test, sans comprendre les coûts inhérents au roulage et aux réparations de la voiture.

Sachant que le budget de tests requis en WRC est de plus de 1,1M d'euros, la plupart des équipes ressentent qu'il est plus nécessaire que jamais que la FIA intervienne sur le sujet. Chez Toyota, Tommi Mäkinen est à l'aise avec le niveau de tests permis actuellement par le championnat.

Du côté de M-Sport, Richard Millener a indiqué à Motorsport.com : "Pour la terre, nous devons réduire le nombre de jours à disposition. C'est une première direction équitable dans laquelle aller − cela ne va probablement pas plaire aux pilotes, mais les coûts deviennent absurdes."

"Pour l'asphalte, nous avons une opportunité de suivre les pas de la F1 et de faire quelque chose d'intéressant, en réunissant les équipes. Pour la plupart des rallyes [asphalte], nous pouvons trouver quatre routes représentatives dans une même zone et les partager, avec un roulement entre elles. De cette façon, nous partageons les coûts des routes et créons quelque chose qui peut être excitant pour le promoteur et les fans − nous générerions probablement autant d'exposition pour ces tests que nous le ferions pour un autre rallye."

"Dans le même temps, je pense que la FIA devrait regarder attentivement la quantité d'essais que réalisent certains teams de WRC2. A ce niveau, la quantité d'essais réalisés est directement liée au budget dont dispose un team ou un pilote et cela risque de dénaturer le championnat. Tout ce que la FIA a besoin de faire c'est d'offrir aux équipes de WRC2 des règles similaires mais réduites, comme elle le fait pour le plateau principal en WRC."

Yves Matton, directeur du rallye auprès de la FIA, a déclaré à Motorsport.com : "Les tests sont un sujet dont nous discutons et sur lequel nous voulons travailler avec les constructeurs, quant à une potentielle réduction des coûts - ce dont nous sommes clairement en faveur. L'un des principes que nous devons regarder est celui d'une réduction générale des coûts au travers de différents domaines qui ne bénéficient pas aux fans et aux spectateurs, sans réel retour sur investissement en faveur du spectacle. Les tests sont potentiellement l'un de ces domaines."

Prochain article WRC
Le Japon en passe de faire son retour en WRC en 2019

Article précédent

Le Japon en passe de faire son retour en WRC en 2019

Article suivant

Toyota, Citroën et Hyundai au départ du Rallye d'Estonie

Toyota, Citroën et Hyundai au départ du Rallye d'Estonie
Load comments

À propos de cet article

Séries WRC
Auteur David Evans
Type d'article Actualités