WRC - M-Sport veut poursuivre sur sa lancée au Mexique

Près de trois semaines après un rallye séduisant en Suède, l'équipe M-Sport vise à capitaliser lors de la prochaine échéance du mondial, au Mexique

Près de trois semaines après un rallye séduisant en Suède, l'équipe M-Sport vise à capitaliser lors de la prochaine échéance du mondial, au Mexique. L'objectif premier de l'équipe anglaise sera d'accumuler de la confiance, à l'occasion de la première manche terre de la saison.

"C'est une sensation un peu étrange au début car on n'a pas roulé sur les graviers depuis le mois de septembre dernier", confie Elfyn Evans, quatrième de l'épreuve l'an passé. Le Rallye du Mexique ouvrira en effet une séquence de six épreuves consécutives disputées sur le gravier.

Pour maximiser leurs chances de réussite, les hommes de Malcolm Wilson ont déjà leur stratégie : tirer profit de leur position avantageuse dans l'ordre des départs. L'idée pour les pilotes de l'équipe est donc d'attaquer au maximum sur la première boucle de spéciales lors de la matinée, alors que les routes ne sont pas encore "nettoyées". Il sera en effet trop tard l'après-midi pour gagner du temps, une fois que les conditions de piste se seront égalisées pour tous les concurrents.

A l'instar de Hyundai, M-Sport a effectué deux jours de roulage sur des routes typées "Mexique" pour être pleinement opérationnelle le jour-J. Et comme le reste du plateau, M-Sport devra faire face aux chaleurs caniculaires qui sévissent sur les routes escarpées serpentant dans les sierras de Lobos et de Guanajuato. La température ambiante peut en effet atteindre les 30°C , et jusqu'à 50°C dans les cockpits !

Une gageure pour les pilotes, mais aussi pour les machines qui voient leur puissance décroître à mesure que l'altitude s'élève. Dans ces conditions, les pilotes sont amenés à ajuster leur style de pilotage, afin de minimiser les besoins de relance à basses vitesses. Ford a aussi pris soin d'usiner un moteur spécifique, qui a été validé au banc d'essais, répondant aux spécificités de l'altitude.

"Le manque de puissance affecte considérablement le pilotage", reconnaît Evans, "On manque tellement de puissance qu'on a parfois l'impression d'évoluer à bord d'une Ford Fiesta R2 !" La réduction du nombre de chevaux disponibles font de la recherche d'un pilotage propre une impérieuse nécessité. "L'an passé, on n'avait pas fait d'erreur", poursuit Evans, "On n'avait commis aucun impair, mais on avait capitalisé sur ceux des autres."

Ott Tänak se met quant à lui au diapason de son coéquipier : "Le principal défi réside dans la réduction de puissance moteur, qui bride les reprises. Il faut faire en sorte de conserver un certain élan, un certain rythme, afin de ne pas perdre de temps à essayer de ré-accélérer plein pot."

Le pilote estonien évoque par ailleurs, et non sans humour, l'importance d'une bonne préparation physique pour être fin prêt en vue de ce rallye, qui s'annonce rude pour les organismes : "On a fait des séances de sauna en amont de l'épreuve, de sorte qu'on soit déjà acclimatés à la fournaise qui nous attend !"

Troisième au championnat du monde des constructeurs, M-Sport espère continuer dans cette bonne voie. En 2014, ses pilotes d'alors avaient terminé quatrième (Evans) et huitième (Mikko Hirvonen) du Rallye du Mexique.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WRC
Pilotes Mikko Hirvonen , Malcolm Wilson , Ott Tänak , Elfyn Evans
Type d'article Actualités