Tänak : La fin de saison pourrait être intéressante

partages
commentaires
Tänak : La fin de saison pourrait être intéressante
Par : Jean-Philippe Vennin
12 juin 2017 à 17:55

Vainqueur ce week-end de son premier rallye du WRC, l'Estonien, qui a pris la troisième place de la hiérarchie provisoire, se verrait apparemment bien jouer un rôle dans la course au titre – et sans doute pas que pour aider Sébastien Ogier.

Le vainqueur Ott Tänak, M-Sport, Ford Fiesta WRC
Ott Tänak, Martin Järveoja, M-Sport, Ford Fiesta WRC
Ott Tänak, Martin Järveoja, M-Sport, Ford Fiesta WRC
Le vainqueur Ott Tänak, M-Sport, Ford Fiesta WRC
Ott Tänak, Martin Järveoja, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Ott Tänak, Martin Järveoja, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Ott Tänak, M-Sport, Ford Fiesta WRC, et Jari-Matti Latvala, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Ott Tänak, Martin Järveoja, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Ott Tänak, Martin Järveoja, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Ott Tänak, Martin Järveoja, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Ott Tänak, Martin Järveoja, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Ott Tänak, M-Sport
Ott Tänak, Martin Järveoja, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Ott Tänak, Martin Järveoja, M-Sport, Ford Fiesta WRC
Malcolm Wilson, M-Sport

Extrêmement régulier depuis le début de saison, en ayant aussi fait montre d'une belle attaque et d'un vrai courage – comme par exemple dans la descente du second passage dans le Turini, au Monte-Carlo –, Ott Tänak a fini par remporter avec Martin Järveoja, son copilote depuis le début de cette saison chez M-Sport, sa première victoire en WRC.

Il paraissait évident que le jour de l'Estonien, quatre fois sur le podium et toujours dans les quatre premiers cette année à l'exception du Tour de Corse, finirait par arriver. Évident aussi depuis le Rallye de Pologne 2016, où la victoire lui semblait promise avant qu'un ennui mécanique ne survienne à deux spéciales de l'arrivée sur sa Ford alors équipée de pneus DMACK.

"C'est un sentiment sympa, évidemment", dit Tänak au sujet de ce premier succès tant attendu. "Tout le monde pose toujours des questions à propos du feeling, mais, pour dire la vérité, après la ligne d'arrivée, il n'y a vraiment pas eu tant d'émotion que ça, car cela a été difficile − beaucoup de travail, [avec] de longues spéciales, et pas facile à réaliser. Le sentiment est celui du devoir accompli, c'est un gros soulagement et je suis content aussi pour l'équipe. Nous restons une équipe privée et nous avons déjà tellement de podiums et de victoires dans ce championnat. On se sent forts en ce moment."

Un championnat sur le podium provisoire duquel Tänak rejoint son leader au sein du team britannique, Sébastien Ogier. Pas de quoi le réjouir vraiment à ce stade, cela dit, lui qui n'a rien tenté dans la Power Stage mais espérait que... Jari-Matti Latvala y ferait mieux ! Explications.

"[Ce n'est] pas si bien, j'espérais vraiment [que Latvala obtienne] plus de points de la Power Stage afin que je parte quatrième en Pologne, donc ça me rendra la vie un peu plus difficile là-bas. Mais, bon, on continuera d'attaquer comme on le fait depuis le début de saison. Notre travail a été assez bon et régulier, prenant toujours quelques points. C'est important de continuer sur le même rythme et je pense que ça pourrait être assez intéressant en fin de saison."

Une alerte dimanche matin

Tänak s'est emparé du commandement en Sardaigne grâce à une erreur de Hayden Paddon, samedi après-midi. Puis il a contrôlé l'écart avec Latvala, mais s'est offert une petite chaleur dans la première spéciale du dimanche en rendant une poignée de secondes à son dauphin finlandais.

"C'est assez rare de voir une erreur de ma part", rigole le premier Estonien à remporter une manche de WRC depuis Markko Märtin, qui fut son mentor, en 2004. "J'ai en quelque sorte manqué un carrefour, je suis allé tout droit et il y avait beaucoup de poussière au début de la spéciale, qui me gênait pas mal. J'avais du mal à comprendre d'où elle venait, la visibilité dans la voiture était très mauvaise et on a perdu un peu de temps. Mais ensuite, je me suis bien concentré, j'ai continué à attaquer et après la spéciale suivante [dans laquelle Latvala a fait une petite erreur, ndlr], la situation était sous contrôle et il n'y a plus eu de problème."

Premier pilote depuis Paddon, il y a un peu plus d'un an, à ouvrir son palmarès en WRC, celui qui fêtera ses 30 ans en octobre prochain est aujourd'hui l'archétype de celui qui peut réussir malgré un parcours en dents de scie, et si on lui en laisse le temps, le crédit en revenant à Malcolm Wilson. Après l'avoir engagé une première fois en 2012, le patron de M-Sport l'a en effet écarté de ses effectifs l'année suivante mais l'a repris en 2015 avant de le remettre en retrait l'an dernier sur la Fiesta DMACK aujourd'hui dévolue à Elfyn Evans – laquelle n'inscrivait alors pas de points pour l'équipe –, puis de le rappeler cette année encore.

Désormais, l'Estonien pourrait enfin susciter plus de clics sur la toile en raison de ses résultats que pour le plongeon resté célèbre de sa Fiesta dans un lac, au Mexique en 2015.

Article suivant
Championnats - Deux équipages M-Sport sur le podium provisoire

Article précédent

Championnats - Deux équipages M-Sport sur le podium provisoire

Article suivant

Un Latvala furieux se dit prêt à enfreindre le règlement

Un Latvala furieux se dit prêt à enfreindre le règlement
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye de Sardaigne
Pilotes Ott Tänak
Équipes M-Sport
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Réactions