WRC2 - Un avant-goût de la lutte pour le titre ?

partages
commentaires
WRC2 - Un avant-goût de la lutte pour le titre ?
Par : Jean-Philippe Vennin
17 mars 2017 à 10:18

Pontus Tidemand et Éric Camilli se sont livré un superbe duel dans la catégorie WRC2 au Mexique, en tout cas jusqu'au samedi soir. Le titre pourrait se jouer entre eux, mais tout dépend aussi d'un certain Mikkelsen...

Pontus Tidemand, Jonas Andersson, Skoda Fabia R5
Pontus Tidemand, Jonas Andersson, Skoda Fabia R5
Pontus Tidemand, Jonas Andersson, Skoda Fabia R5, Skoda Motorsport
Podium : Pontus Tidemand, Skoda Motorsport
Pontus Tidemand, Jonas Andersson, Skoda Fabia R5, Skoda Motorsport
Éric Camilli, Benjamin Veillas, Ford Fiesta R5, M-Sport
Eric Camilli, M-Sport
Eric Camilli, M-Sport
Éric Camilli, Benjamin Veillas, Ford Fiesta R5, M-Sport
Eric Camilli, Benjamin Veillas, M-Sport, Fiesta R5
Éric Camilli, M-Sport, Fiesta R5
Éric Camilli, Benjamin Veillas, Ford Fiesta R5, M-Sport
Eric Camilli, Benjamin Veillas, Ford Fiesta WRC, M-Sport
Andreas Mikkelsen, Anders Jäger, Skoda Fabia R5, Skoda Motorsport
Andreas Mikkelsen, Anders Jäger, Skoda Fabia R5, Skoda Motorsport
Teemu Suninen, Mikko Markkula, Ford Fiesta R5, M-Sport
Teemu Suninen, Mikko Markkula, Ford Fiesta R5, M-Sport

Le pilote officiel Škoda, favori logique pour succéder à son ancien coéquipier Esapekka Lappi (désormais chez Toyota), et celui de M-Sport, redescendu de l'étape supérieure en 2017, sont les deux principaux candidats à la couronne WRC2 cette année. Le week-end dernier, les deux pilotes ont été au centre d'un affrontement comme on adorerait en voir souvent chez leurs grands frères du WRC.

"Je me sens très bien. On a eu une bonne performance dès le départ, une bonne coopération et tout a bien fonctionné", a déclaré un Tidemand auréolé de sa seconde victoire consécutive après celle de la Suède. "C'est un début de saison parfait pour nous et je suis impatient d'être au prochain rallye. Jonas [Andersson, son copilote, qui œuvrait auparavant avec Mads Østberg] est déjà venu plusieurs fois ici mais c'était la première pour moi sur ce rallye. Cela a été une belle lutte avec Éric. Il était très rapide le samedi, et nous avons été très agressifs le dimanche pour remporter la victoire."

Premier leader, le Suédois a connu des débuts d'étape difficiles vendredi et samedi. Le premier des deux jours, en délicatesse avec ses freins ("Je les utilise trop, c'est entièrement de ma faute"), il a vu Camilli le devancer de 17"6 sur les 54,90 km d'El Chocolate (ES4) pour prendre la tête. Mais le Suédois a vite repris l'avantage sur son rival, victime d'une casse d'amortisseur, pour compter 25"4 au terme de la première étape, après que tous deux ont encaissé une pénalité de dix secondes pour un pointage en retard.

Le samedi, ce fut plus dur encore pour Tidemand dont le manque d'expérience au Mexique s'est fait sentir, alors que son rival était présent l'an dernier sur une WRC. Il a perdu du temps au fil des trois spéciales de la boucle matinale pour se retrouver devancé de 1”1. L'écart s'est d'abord accru en début d'après-midi, avant de se maintenir aux alentours d'une seconde et d'être fixé à 0"6, de nouveau en faveur du pilote Škoda, le deuxième soir.

"Non, aucun problème. J'en gardais un peu sous le pied", a répondu Tidemand quand il lui fut demandé s'il avait rencontré des problèmes. "On avait notre stratégie, mais je n'avais pas un bon rythme. Ce n'était pas parfait. Quand on commence à attaquer, c'est facile de faire des erreurs. C'était mieux dans l'après-midi et dimanche. On avait un plan et ça a fonctionné."

"Pas les meilleures recos"

Le dimanche, c'est en fait Camilli qui s'est trouvé affaibli par des reconnaissances insuffisantes des deux dernières spéciales, Tidemand s'imposant avec une avance de 42"7 – pas négligeable mais pas représentative de l'intensité du duel.

"Je suis content de ma deuxième place mais en même temps, je mentirais si je disais que je ne voulais pas gagner. Malheureusement, ça n'a pas été le cas. Pontus a très bien piloté et nous n'avons pas eu les meilleures recos pour les spéciales d'aujourd'hui [dimanche], donc ça n'a pas été possible de faire plus", a confirmé le Niçois, qui voit cependant des raisons d'être optimiste pour la suite.

"Je reste très content de ma vitesse. On a eu quelques soucis le premier jour, mais ce rallye a démontré clairement que nous avons le rythme pour viser des victoires sur la terre – et c'est très bien. Quand tout fonctionnait bien, nous nous sentions très à l'aise dans la voiture et nos temps étaient très bons."

En attendant, c'est bien sur asphalte que se situe le prochain rendez-vous de Camilli, en Corse où Tidemand (dont la prochaine épreuve inscrite à son programme est le Portugal) sera absent mais remplacé par un certain Andreas Mikkelsen, dominateur au Monte-Carlo... Sa tâche ne sera donc pas aisée sur la manche française du calendrier, d'autres pilotes, comme Bryan Bouffier, pouvant de plus être en mesure de s'intercaler et, le cas échéant, de lui "prendre" des points.

Après le Mexique, Tidemand pointe en tête du championnat avec 50 points contre 42 pour Camilli. Tout à leur lutte ces prochains mois, il leur faudra toutefois surveiller notamment le coéquipier du Français chez M-Sport, Teemu Suninen, qui reste sur les 18 points de sa deuxième place en Suède où il a effectué sa seule apparition pour l'instant cette année. Mais aussi (et surtout ?) Mikkelsen, actuel troisième avec 25 points et qu'un bon résultat en Corse pourrait convaincre de jouer lui aussi le titre – ce qui changerait évidemment la donne.

Article suivant
Neuville : "J'ai eu beaucoup moins de chance" que Meeke

Article précédent

Neuville : "J'ai eu beaucoup moins de chance" que Meeke

Article suivant

Le tour du monde de Gabin Moreau : Mexique

Le tour du monde de Gabin Moreau : Mexique
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye du Mexique
Pilotes Pontus Tidemand , Éric Camilli
Équipes M-Sport , Skoda Motorsport
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Réactions