2016, une saison bénéfique pour le développement de Pirelli

partages
commentaires
2016, une saison bénéfique pour le développement de Pirelli
Par : Léna Buffa
1 déc. 2016 à 18:00

Le manufacturier unique du Championnat du monde Superbike tire un bilan très positif de la saison qui vient de s'achever et continue à penser à l'avenir de ses produits.

Les motos se préparent pour le second départ
La moto de Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Les motos en dehors des stands avant le départ
Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Chaz Davies, Ducati Team
Départ : Tom Sykes, Kawasaki Racing mène
Jonathan Rea, Kawasaki Racing mène
Tom Sykes, Kawasaki Racing

Partenaire historique du Championnat du monde Superbike et manufacturier unique depuis 2004, Pirelli poursuit le développement des produits utilisés dans la discipline, toujours en lien avec le marché selon le principe même du Superbike. Ainsi, après une saison 2015 qui avait vu le travail se concentrer tout particulièrement sur les pneus arrière, 2016 a permis d'avancer sur la qualité des pneus slicks avant proposés aux équipes.

Le travail abattu en ce sens ravit le responsable du manufacturier italien, à l'heure de dresser le bilan de l'année. "Nous avons fait changer d'avis à tous les teams. Ils étaient habitués à n'avoir qu'une paire de solutions dans lesquelles ils avaient confiance et au final nous avons réussi à leur faire changer d'avis. Nous avons désormais de nouveaux pneus qui seront disponibles sur le marché dans quelques mois, pour l'année prochaine", indique Giorgio Barbier, directeur de la compétition moto chez Pirelli, auprès du site officiel du WSBK.

"Nous avons par ailleurs un nouveau pneu arrière soft. Nous avons travaillé assez dur sur le SC0, le plus tendre, et lui aussi est désormais prêt pour le marché", poursuit Barbier, en référence au premier pneu de l'allocation arrière, qui vient s'ajouter au SC1 (medium) et au SC2 (hard). À l'avant, les pneus Pirelli Diablo Superbike utilisés sont nommés SC1 (soft), SC2 (medium) et SC3 (hard).

"En WSBK et WSS, nous avons eu un test assez intéressant à Jerez, après la course", précise Giorgio Barbier. "Nous avons apporté sept nouvelles solutions et les teams ont trouvé que six d'entre elles étaient bonnes. Nous entamons donc les tests hivernaux en travaillant sur ce point."

Rappelons qu'à cette allocation de pneus slicks s'ajoutent celles des pneus pluie, intermédiaires et de qualifications, ce dernier étant un supersoft réservé à la phase finale de la Superpole qui est disputée par les 12 pilotes les plus rapides.

Plus de choix pour les équipes

Pendant l'été, Pirelli avait évoqué l'éventualité de proposer aux équipes WSBK deux types de gommes distincts pour les courses du samedi et celles du dimanche. Le manufacturier italien précise toutefois aujourd'hui qu'il ne s'agit que d'une hypothèse et qu'elle n'a pas donné lieu à plus de développement.

"Ce à quoi nous pensons réellement, comme d'habitude, c'est de donner aux équipes l'opportunité de changer de choix quand elles le veulent. Donc si elles veulent courir avec des pneus différents pour la seconde manche, ça nous va, ça n'est absolument pas un problème", explique Giorgio Barbier.

Article suivant
Opération du genou réussie pour Marco Melandri

Article précédent

Opération du genou réussie pour Marco Melandri

Article suivant

Yamaha, un nouveau défi au bon moment pour Van der Mark

Yamaha, un nouveau défi au bon moment pour Van der Mark
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WSBK
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités