Adaptation réussie pour Van der Mark chez Yamaha

Le pilote néerlandais a pris le risque cette année de quitter ses compatriotes de l'équipe Ten Kate pour tenter l'aventure Yamaha. Un changement radical d'atmosphère qui ne l'a pas dérouté, bien au contraire.

Adaptation réussie pour Van der Mark chez Yamaha
Michael van der Mark, Pata Yamaha
Alex Lowes, Pata Yamaha, Michael van der Mark, Pata Yamaha
Michael van der Mark, Pata Yamaha
Alex Lowes, Pata Yamaha, Michael van der Mark, Pata Yamaha
Alex Lowes, Pata Yamaha, Michael van der Mark, Pata Yamaha
Alex Lowes, Pata Yamaha, Michael van der Mark, Pata Yamaha
Michael van der Mark, Pata Yamaha
Michael van der Mark, Pata Yamaha
Michael van der Mark, Pata Yamaha
Michael van der Mark, Pata Yamaha

Michael van der Mark et l'équipe Yamaha, c'est un peu la belle histoire de ce début de saison 2017 de Superbike. Après deux premiers exercices passés chez ses compatriotes de l'équipe Ten Kate, le Néerlandais a troqué cette année sa Honda contre une Yamaha, avec un succès certain pour le moment.

Jugez plutôt : après trois manches, le Batave figure à la sixième place du classement général, juste derrière son coéquipier Alex Lowes. La paire ne cesse d'impressionner, à telle enseigne qu'elle permet pour le moment à Yamaha de faire office de troisième force du championnat, derrière les indétrônables Kawasaki et Ducati.

Leur dernière performance d'ensemble, sur le circuit de MotorLand Aragón, en est la preuve, le pilote anglais manquant de peu le podium lors de la Course 1 et Van der Mark signant deux solides cinquième places. 

Alors que beaucoup s'attendaient à ce que le jeune transfuge de chez Ten Kate rencontre des difficultés d'adaptation à sa nouvelle équipe, l'acclimatation s'est finalement déroulée sans encombre et un déclic a même semblé avoir lieu à l'issue de la première manche à Phillip Island. "Mon début de saison est très bon jusqu'ici", reconnaît Van der Mark au micro du site officiel du Superbike. "Les premières manches avec Yamaha se sont bien déroulées, en particulier lors de la seconde course en Australie, où nous avons fait un vrai pas en avant avec la moto, et à partir de là j'ai été très content de nos résultats."

Le pilote néerlandais a donc dû s'habituer à sa nouvelle machine, la Yamaha R1. Sur ce point, la situation de Van der Mark n'est pas très différente de celle d'Alex Lowes, alors que selon les dires du patron de l'équipe, Andrea Dosoli, environ 80% des éléments de la monture sont nouveaux cette saison. 

Révolution culturelle

Mais la modification la plus importante pour le natif de Gouda réside probablement davantage dans le changement culturel que constitue son passage au sein de l'équipe Yamaha. Un changement que le numéro 60 semble avoir finalement bien digéré.

Le principal intéressé estime même que celui-ci est venu à point nommé. "J'avais besoin de travailler avec des gens différents et de piloter une nouvelle moto, et l'opportunité de rejoindre Yamaha est arrivée en ce sens au bon moment", explique-t-il. "La principale différence entre les deux équipes, c'est l'environnement. Dans ma précédente équipe, il y avait plein de Néerlandais, tout le monde parlait la même langue, mais ce n'est plus le cas où je suis, dans une équipe à dominante anglaise. Mais tout cela est bon pour moi, le fait de travailler avec de nouvelles personnes, et en anglais."

Le Batave souhaite à présent rééditer sa performance de l'an dernier aux Pays-Bas, où il avait signé l'un de ses six podiums de 2016. Le pilote Yamaha cherchera aussi à émuler son week-end plein en Aragón, et de ne pas faire preuve d'inconstance, comme l'an dernier où il avait chuté lors de la Course 1 à Assen dans les derniers tours, alors qu'il se dirigeait vers son premier succès dans la discipline. "L'an dernier je suis tombé à Assen, alors que c'était une course que j'aurais pu gagner", regrette-t-il. "J'ai eu la sensation que je pouvais y décrocher ma première victoire, mais finalement j'ai eu cet accident, qui était de ma faute."

Pour tenter de signer enfin un premier triomphe en Superbike, Van der Mark pourra compter sur la ferveur du public, tout acquis à la cause du régional de l'étape. "Bien sûr, Assen a toujours quelque chose de spécial [pour moi]. Je pense que tout pilote détient un surplus de puissance lors de sa course à domicile, et j'espère donc faire la même chose [qu'en 2016] cette année." 

Michael van der Mark sera-t-il capable de réaliser un exploit chez lui ? Réponse lors de la prochaine manche, du 28 au 30 avril prochains pour l'échéance néerlandaise du calendrier.

partages
commentaires
Retour tardif mais gagnant en Superbike pour Mercado

Article précédent

Retour tardif mais gagnant en Superbike pour Mercado

Article suivant

Les pilotes Kawasaki liment le bitume en essais privés

Les pilotes Kawasaki liment le bitume en essais privés
Charger les commentaires