Camier, le Leon sort de sa cage

Le Britannique a été l'un des grands animateurs de la Course 1 à Magny-Cours, en prenant la tête pendant un tiers de l'épreuve.

Camier, le Leon sort de sa cage
Leon Camier, MV Agusta
Leon Camier, MV Agusta Reparto Corse
Jonathan Rea, Kawasaki Racing, Leon Camier, MV Agusta
Leon Camier, MV Agusta Reparto Corse
Leon Camier, MV Agusta Reparto Corse
Leon Camier, MV Agusta Reparto Corse
Leon Camier, MV Agusta Reparto Corse
Leon Camier, MV Agusta Reparto Corse
Leon Camier, MV Agusta
Charger le lecteur audio

Certes, le résultat n'est pas des plus mirobolants. Mais la septième place finale de Leon Camier lors de cette Course 1 mouvementée ne saurait rendre justice aux progrès réalisés par le Britannique et sa MV Agusta.

À l'instar du duo de Kawasaki officielles, Camier s'est élancé avec des pneumatiques adaptés pour une piste détrempée. Depuis sa cinquième place sur la grille de départ, le porteur du numéro 2 a bondi de son emplacement tel un ''Leon'' pour suivre le rythme des leaders.

Très vite, l'épingle d'Adélaïde se convertit en un excellent spot pour dépasser ses adversaires. Nicky Hayden, Michael Van der Mark, puis le duo Jonathan Rea et Tom Sykes ; non, personne ne pouvait répondre à ses attaques ! Les observateurs avaient du mal à le croire : une MV Agusta en tête de la course, c'était du jamais-vu ! Et que dire de Leon Camier, qui n'a jamais remporté de succès dans la discipline.

L'opportunité rêvée d'ouvrir son score ainsi que celui de la mythique marque était là. Mais c'était sans compter sur l'amélioration des conditions de piste, qui ont avantagé les motos dotées de pneus secs ou ''intermédiaires''. Après s'être fait dépasser par l'Aprilia de Lorenzo Savadori, Camier ne pouvait que regarder les assauts de Chaz Davies et consorts, pour finalement glisser jusqu'au septième rang dans le dernier tour.

Difficile de voir l'état de la piste en tête

Cependant, l'Anglais, qui a fini l'exercice 2015 au 13e rang, a inscrit des points importants pour consolider sa huitième place au général. ''C'était super excitant de se retrouver à l'avant, surtout pendant la bagarre avec les Kawasaki'', s'enthousiasme Camier. ''Pendant les essais du matin, la moto était convenable, mais je me sentais à la limite sur chaque virage. D'ailleurs, je suis tombé en fin de Superpole 2, dans une courbe rapide.''

Mais c'est paradoxalement après cette chute que la paire anglo-italienne a travaillé sur ce set-up à moitié gagnant. ''Nous avons fait quelques changements sur les réglages ; je suis très content de l'électronique sur la moto, qui fonctionnait bien. Néanmoins, mes pneus se sont mis à chauffer à mesure que la course se décantait.''

Le choix de pneus aurait pu être modifié par le biais d'un passage aux stands ; il n'en fut rien, malgré une stratégie préparée en amont. ''On a une stratégie un peu lente dans les stands pour changer de pneus, donc ce n'était pas la solution idéale. C'est un domaine dans lequel on peut s'améliorer.''

''C'est facile de juger l'état de la piste lorsque vous êtes derrière un pilote. Mais aujourd'hui, j'étais tout seul à l'avant pendant un certain temps, c'était plutôt compliqué de voir les endroits secs ou mouillés. Tout se ressemble lorsque le soleil se reflète sur le bitume'', explique Camier.

partages
commentaires
Davies récompensé pour son audace, Giugliano forfait
Article précédent

Davies récompensé pour son audace, Giugliano forfait

Article suivant

Course 2 - Davies double la mise avec opportunisme

Course 2 - Davies double la mise avec opportunisme
Charger les commentaires