Davies déçu, Melandri enfin sur le podium

Les pilotes Ducati quittent la Thaïlande la mine préoccupée : Davies perd du terrain sur Rea, tandis que Melandri, malgré un podium, s'est de nouveau fait piéger par Sykes.

Pour les Rouges, ce dimanche ne figurera pas dans la rangée des bons souvenirs : un seul homme sur la plus petite marche du podium, et la pierre angulaire de l’équipe à terre.

Chaz Davies, auteur d’une prestation remarquée la veille, est retombé dans ses coupables travers en Course 2. Le Gallois était auteur d’un départ probant : parti 8e, son nom s’affichait au deuxième rang dès la fin du premier tour, juste derrière son équipier Marco Melandri ! C’est alors que ce que l’on pensait éradiqué chez le rapide pilote revint au galop. Il commit une erreur aussi dommageable qu’évitable. Davies freinait trop tard en bout de ligne droite, ce qui forçait sa Panigale à tirer tout droit. En tentant à tout prix de rester sur la piste, Davies perdit le contrôle de sa moto. Ce fut la chute. 

Un accident qui intervenait en tout début d’épreuve. Dans d’autres circonstances, l’erreur aurait pu être compréhensible (comme à Phillip Island en 2016, où il chutait dans le dernier tour pour la gagne). Ici, Davies disposait encore de 17 tours pour dépasser son collègue italien, qui a jusqu’à présent démontré un certain déficit de régularité en course. Le porteur du numéro 7 revient sur cet instant. "Tout allait bien, mais j’ai mal évalué le freinage derrière Marco. On roulait dans le même espace, il a réussi à bien ralentir la machine. Je suis passé à l’extérieur pour l’éviter. L’arrière s’est bloqué, je ne pouvais pas rattraper ça. Ça continuait à se bloquer, et j’étais large à ce moment. C’était impossible pour moi de prendre le virage."

Poignée d’accélérateur endommagée, la Ducati pouvait néanmoins repartir, en dernière place. Dans son malheur, Davies reçut le soutien inattendu du drapeau rouge. La course étant interrompue, une nouvelle procédure de départ devait se mettre en place. Le délai imparti permettait aux mécaniciens de rafistoler la moto italienne.

Davies disposait d’une opportunité rare : celle de réparer son erreur. Placé au 19e rang sur la grille, il entamait une folle remontée. Déjà aux portes du top 10 après trois tours, il butait quelques minutes sur Leon Camier, avant de s’en défaire pour le gain de la 7e place. Après la chute d’Eugene Laverty, il devait se débarrasser de la BMW de Jordi Torres s’il souhaitait finir dans le top 5. Peine perdue, l’Espagnol étant un obstacle trop rude. "Ce n’est pas une bonne journée", reconnaît Davies au micro du site officiel du WorldSBK. "J’ai été chanceux d’avoir l’interruption de course. J’espère que Savadori n’a rien, c’était une grosse chute."

"On en a profité pour faire des réparations, par exemple l’accélérateur n’était pas réglé avec mon électronique. Quoi que je fasse avec mes mains sur le guidon, la moto faisait ce qu’elle voulait, c’était très difficile. Je ne pouvais pas vraiment progresser, j’étais dans le peloton en difficulté. C’est un peu le désastre, mais parvenir à finir 6e dans ces conditions, ce n’est pas le pire", conclut Davis. Il accuse désormais un retard de 30 points sur Jonathan Rea.

La Ducati moins rapide que la Kawasaki

Quant à Marco Melandri, en pole position grâce au règlement, s’il parvient enfin à signer un podium cette saison, c’est encore et toujours derrière les Kawasaki officielles. Néanmoins, il est à noter la vaillance de l’expérimenté italien (34 ans) en début de course, y compris au restart. Signe de sa confiance au guidon de la Panigale, Melandri a plusieurs fois contesté le commandement de Jonathan Rea.

Or, comme la veille, Melandri a échoué à défendre son bien pour la deuxième place face à Tom Sykes. Dans le rush final, la Ducati a progressivement diminué la cadence, pour le plus grand plaisir de l’Anglais qui a généreusement plongé à l’intérieur du dernier virage ! Melandri fait contre mauvaise fortune bon cœur. "C’est énorme de revenir sur le podium ! Les conditions étaient difficiles pour moi, étant donné que je n’étais pas venu en Thaïlande. Bien sûr, vivre le même dernier tour deux fois ce week-end, ce n’est pas très plaisant. Mais j’avais des difficultés avec le freinage dès la première séance d’essais libres", confie-t-il.

Concernant la performance globale de l’Italienne, Melandri reconnaît qu’il existe un certain déficit auprès de la Kawasaki. "Il faut travailler pour rattraper les pilotes Kawasaki, mais j’espère qu’en Europe ça sera une différente musique. On manque un peu de vitesse, dans presque tous les domaines. Le châssis est super, mais on manque un peu d’efficacité. J’espère qu’on aura le temps d’apporter des nouveautés lors de la journée de tests prévue à Aragón."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WSBK
Événement Buriram
Circuit Chang International Circuit
Pilotes Marco Melandri , Chaz Davies
Équipes Ducati Team
Type d'article Réactions