De Puniet - Chute et abandon volontaire, un lourd bilan à Assen

La série noire continue pour Randy de Puniet, qui quitte les Pays-Bas sur un double abandon, sans avoir connu un seul instant de soulagement durant ce week-end.

Nécessitant d'être considérablement amélioré, le système électronique introduit chez Suzuki à Aragón est à l'origine de performances globalement faibles et irrégulières, voire de sorties de piste. L'équipe met pourtant tout en oeuvre pour venir à bout de ces difficultés, néanmoins les résultats des simulations semblent ne pas se retrouver sur le terrain. "Nous découvrons beaucoup de nouveaux problèmes, des soucis de software insoupçonnés et des stratégies qui fonctionnent en simulation mais auxquelles la moto ne répond pas de la même manière en piste," explique Paul Denning, team manager.

Une grande partie de la première séance néerlandaise a même dû être dédiée à l'analyse des données, dans l'espoir d'avancer. Une fois entré dans un rythme d'essais libres plus classique, Randy de Puniet s'est vu relégué au 16e rang, la faute à la mauvaise direction prise dans les réglages de son traction control. "Ca n'est pas le moment de perdre notre motivation," martelait-il vendredi soir. "Il faut que l'on reste concentrés et que l'on se batte demain pour décrocher une bonne place en grille."

Las, c'est à la 18e place qu'il a conclu samedi la Superpole, des problèmes de pneus s'ajoutant à ses soucis d'électronique. "Nous n'avons pas réussi à trouver la solution que je cherchais avec le frein moteur, j'ai donc été en difficulté durant toutes les séances du jour. J'ai aussi souffert d'un manque d'adhérence et j'ai failli partir en highside à deux reprises à cause de ça. J'ai aussi eu des vibrations avec le pneu qualifs en Superpole," détaillait-il samedi soir.

Il nous faut régler la moto. Quand ce sera fait, nous aurons besoin de deux pilotes en forme et motivés.

Paul Denning

Après les cinq petits points marqués une semaine plus tôt en Espagne, cette fois Randy de Puniet a bu le calice jusqu'à la lie, contraint à l'abandon par deux fois. Durant la première épreuve, c'est une chute qui l'a écarté, chute qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques puisque, une fois à terre, la moto du Français a frappé de plein fouet celle de son coéquipier Alex Lowes, qui venait de tirer tout droit dans le bac à gravier. Le soulagement de voir les deux pilotes indemnes sera de courte durée dans les stands Suzuki. La deuxième manche s'avérant plus compliquée encore pour lui, De Puniet a fait le choix de l'abandon.

"Je ne sais pas quoi dire. On a été en difficulté sur chaque séance du week-end," résume Randy de Puniet. "En Course 1, ça se passait plutôt bien pour moi et j'étais proche d'Alex après son erreur. Mes temps étaient bons, mais j'étais à la limite parce que je n'arrivais pas à arrêter la moto comme je le souhaitais. Je suis tombé au premier virage et j'ai heurté Alex en arrivant dans la voie de dégagement."

"Heureusement on n'a pas été blessés, par contre le châssis de ma moto était complètement détruit et j'ai dû prendre le départ de la Course 2 avec ma seconde machine. Je ne l'avais jamais utilisée auparavant et on a continué à avoir des problèmes de frein moteur, de connexions et de suspensions avant," poursuit le pilote français. "J'étais 16e ou 17e, je n'étais pas en confiance, j'ai donc décidé de m'arrêter au lieu de risquer de tomber à nouveau."

Cet abandon volontaire est parfaitement compris par Paul Denning : "Nous avions donné à nos deux pilotes la consigne de ne pas prendre de risques. Il nous faut régler la moto et, quand ce sera fait, nous aurons besoin de deux pilotes en forme et motivés."

Si Alex Lowes s'en sort globalement un peu mieux malgré des problèmes identiques, Denning estime que Randy de Puniet souffre particulièrement de son statut de rookie en Superbike. "Randy possède moins d'expérience sur cette moto. Il a rencontré les mêmes problèmes [qu'Alex], mais l'impact sur son potentiel a été encore plus fort," indiquait-il dès l'entame du week-end. "Nous faisons tout notre possible pour que la situation s'améliore, mais le simple fait de copier les réglages d'Alex ne va pas nécessairement apporter les résultats escomptés. Il faut d'abord comprendre de quoi a besoin Randy et faire de notre mieux pour que le système réagisse mieux."

Le prochain rendez-vous est fixé à Imola du 8 au 10 mai. D'ici-là, le travail se poursuit sans relâche dans les ateliers de l'équipe britannique.

Le classement du Championnat du Monde WSBK

A propos de cet article
Séries WSBK
Événement Assen
Sous-évènement Course 2
Circuit Assen
Pilotes Randy de Puniet , Paul Denning , Alex Lowes
Équipes Crescent Racing
Type d'article Résumé de course
Tags assen, superbike, suzuki, wsbk