Hayden remercie la confiance de Honda et les efforts de Ten Kate

partages
commentaires
Hayden remercie la confiance de Honda et les efforts de Ten Kate
Par : Willy Zinck
9 janv. 2017 à 15:00

Après 13 saisons passées en MotoGP et un titre mondial à la clé, Nicky Hayden a rejoint le WSBK l’an passé, avec succès puisqu'il a terminé à la cinquième place du championnat. De bon augure en attendant l’arrivée de la nouvelle Honda.

Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda WSBK Team, fête sa première victoire WSBK
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team, fête sa troisième place sur le podium
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Nicky Hayden, Honda World Superbike
Nicky Hayden, Honda World Superbike Team
Podium : le vainqueur Nicky Hayden, Honda WSBK Team, le deuxième Davide Giugliano, Ducati Team, et le troisième Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Nicky Hayden, Honda WSBK Team

Nicky Hayden est du genre à se remettre en question. Après 216 départs en MotoGP agrémentés de trois victoires et surtout d’un titre mondial obtenu en 2006 face à Valentino Rossi, le Kentucky Kid aurait pu persister dans la catégorie en dépit de résultats en baisse.

Au contraire, le natif d’Owensboro a pris la décision fin 2015 de plier bagages pour mieux se relancer dans le Mondial Superbike, bien aidé par le concours de Honda. "Honda Europe me soutient beaucoup ainsi que ce projet. Ce sont eux qui ont rendu possible mon arrivée en WSBK, et je leur suis reconnaissant pour cette opportunité", explique-t-il dans une interview accordée à Crash.net, admettant sans détour qu'il n'avait pas véritablement d'autre choix pour rebondir : "Le deal est arrivé assez tard. Je n'avais pas énormément d'options, mais l'option Honda était celle en laquelle j'avais le plus confiance et j'y suis allé."

Avec un succès décroché sur une piste détrempée à Sepang ainsi que trois autres podiums (à Assen, Laguna Seca et au Lausitzring) au cours de cette première saison, Hayden a finalement démontré à ses employeurs qu’ils avaient raison de lui faire confiance. Cinquième de l'exercice, à 19 petits points de son coéquipier au sein de l’équipe Ten Kate, Michael Van der Mark, le pilote Honda ne cache pas sa joie de faire partie de ce programme : "C’est vraiment une super équipe pour laquelle courir. Le team fonctionne comme une vraie famille et je me sens vraiment chez moi. Ils investissent énormément d'efforts dans la moto et tentent d'obtenir des résultats."

Un développement technique rationnel

Une bonne ambiance qui a permis à l’équipe de réaliser une saison satisfaisante et de gagner en performance, en dépit de moyens financiers limités, eux qui n'avaient pas de sponsor-titre. "Certaines équipes dépensent leur argent en spectacle plus qu'en actes, mais Ten Kate investit là où c’est nécessaire", explique Hayden. "L’équipe a vraiment su prioriser certains domaines de sorte que la moto aille plus vite, en particulier au niveau de l’électronique, ce que j’ai remarqué dès que je suis monté dessus, quand nous avons fait d'assez gros changements pour adoucir les choses."

Avec un déficit en termes d’accélération et de régime moteur, les travaux entrepris au niveau électronique n’ont pas tardé à porter leurs fruits pour permettre une prise en main plus aisée de la machine. "Nous voulions obtenir un feeling plus direct avec l'arrière et globalement adoucir la distribution de puissance", explique le pilote.

La marge de manœuvre était néanmoins limitée. "La moto est à la fin de son cycle de développement", rappelle le Kentucky Kid, "il s'agit donc plus de quelques petits réglages ici ou là pour obtenir ce que l'on recherche. Malheureusement, nous n'avons pas été en mesure d'en trouver assez pour nous battre en permanence avec les leaders sur les motos d’usine."

Une adaptation rapide à la discipline

En termes d’adaptation, le moins que l’on puisse dire est qu’Hayden a su prendre le pli du Superbike assez rapidement, malgré un système électronique, des freins et des pneus différents. "Je n'ai pas changé mon style, par exemple, pour la prise immédiate du point de corde, bien connue en Superbike", affirme l'Américain. "La Superbike vous pousse à changer un peu vos trajectoires et vos points de freinage. Vous pouvez aussi accélérer un peu plus tôt, étant donné que vous n'avez tout simplement pas la puissance [d'une MotoGP], mais globalement je n'ai pas radicalement changé mon style."

Après une première saison concluante dans la catégorie, reste donc à voir si la nouvelle Honda, prévue pour la saison à venir, sera à la hauteur pour permettre à Nicky Hayden de tenter de devenir le premier à décrocher le titre à la fois en MotoGP et en Superbike.

Casquette Nicky Hayden
Casquette Nicky Hayden, en vente sur Motorstore.com
Article suivant
Les marques du WSBK - Yamaha, le défi de trouver le bon accord

Article précédent

Les marques du WSBK - Yamaha, le défi de trouver le bon accord

Article suivant

Hayden s'attend à piloter la nouvelle Honda sur le prochain test

Hayden s'attend à piloter la nouvelle Honda sur le prochain test
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WSBK
Pilotes Nicky Hayden Boutique
Équipes Ten Kate Racing
Auteur Willy Zinck
Type d'article Actualités