"On l'a joué stratégique" explique Rea après sa victoire

La gestion des pneus a été un paramètre prédominant de la première course de l'année, qui s'est courue aujourd'hui à Phillip Island. Un challenge remporté par Jonathan Rea, en parfaite maîtrise.

Jonathan Rea a décroché ce samedi la 39e victoire de sa carrière, la 24e depuis qu'il évolue sous les couleurs de Kawasaki. Plus tôt dans la journée, il avait remporté la Superpole, or si celle-ci avait été le fruit d'un tour bouclé à un rythme record, le rythme s'est avéré bien moindre en course, ce qui a quelque peu surpris le Nord-Irlandais et l'a même inquiété.

"C'est l'une des courses les plus étranges que j'aie jamais vues", assure-t-il, "notamment parce qu'à certains moments, le rythme était lent, dans les 1'33. Malgré tout, j'ai fait attention à toujours rester dans le groupe de tête et à me tenir loin des soucis. Je crois que le plus loin que j'ai été, c'est troisième, mais j'ai essayé de ne pas trop en faire en tête."

"À vrai dire, j'étais un peu inquiet pendant la course, parce que personne ne voulait vraiment prendre la tête et donner le rythme", précise Rea sur le site officiel du WSBK. "Alors j'y suis allé et j'ai essayé d'attaquer, mais tout le monde m'a suivi. J'étais un peu inquiet à l'idée que les gars de Ducati gardent de la réserve, épargnent leurs pneus et qu'ils en aient un peu plus dans les derniers tours, mais j'ai répliqué à chaque attaque et je l'ai joué un peu sur la défensive dans le dernier secteur du dernier tour quand j'ai eu une piste dégagée devant moi."

Après l'élimination ou l'éloignement progressif des autres prétendants à la victoire, il ne restait à Rea qu'un seul rival à affronter dans les ultimes kilomètres, et non des moindres : Chaz Davies, celui qui a privé le pilote Kawasaki de la victoire depuis septembre dernier en remportant les six dernières courses de 2016. Toujours aussi pugnace, le Gallois a tenté sa chance jusqu'au bout et s'il s'est finalement classé deuxième, ce n'est qu'à 42 millièmes de la Ninja victorieuse.

"Chaz m'a passé dans le premier virage, un tout petit peu trop vite, je lui ai refait l'intérieur et j'ai réussi à récupérer ma position", raconte Rea lorsqu'il relate le dernier tour de la course. "Ensuite, j'ai protégé mon intérieur dans le virage 4 et dans le MG corner. Je savais que la seule façon pour lui de passer serait de porter une attaque vraiment agressive dans le dernier virage ou alors de prendre mon aspiration dans la ligne droite, j'ai donc fait en sorte de bien réussir le dernier virage et de me protéger de sa roue dans la ligne droite. On y est arrivé, alors je suis très, très heureux."

"On l'a tout simplement joué stratégique", résume le double Champion du monde en titre, vainqueur quatre fois lors des cinq dernières courses sur lesquelles il s'est aligné en Australie. "J'ai gagné pas mal de courses à Philip Island et toutes d'une façon différente. Celle-ci était assez stratégique, je ne m'attendais pas à ce qu'on soit en 1'33 au début. Le rythme était vraiment lent à certains moments, mais compte tenu de la nature de la piste, c'est la stratégie ici, à Phillip Island, d'épargner les pneus. On l'a clairement fait aujourd'hui."

De 1er à... 9e dimanche

À l'instar de ces deux dernières années, Jonathan Rea entame donc l'année par une victoire. Il réalise même le carton plein qui lui avait échappé jusqu'ici, en y ajoutant le meilleur tour en course ainsi que la Superpole et le record absolu de la piste qui l'accompagne. "Je ne pourrais pas être plus heureux. Marquer 25 points, c'est ce que tout le monde vise sur la première course", rappelle-t-il, assurant que "cela [lui] donne de la confiance pour demain".

En l'occurrence, la journée de dimanche s'accompagnera d'un nouveau défi, car elle verra la mise en application du nouveau règlement sur la définition de la grille de départ. Celle-ci étant désormais établie sur la base du résultat de la Course 1, Jonathan Rea en tant que vainqueur prendra place sur le neuvième emplacement de la grille. Pas de quoi inquiéter celui qui, depuis deux ans, n'a été absent que de six podiums en 53 départs.

"On a travaillé dur pour cela pendant l'intersaison. On a fait beaucoup de tests pour améliorer la moto et, aujourd'hui, les conditions nous ont surpris parce que les températures ont augmenté  - je ne sais pas de combien de degrés mais beaucoup ! Il faisait beaucoup plus chaud et on a été très réactifs, aussi je suis très fier de mon team et de l'effort qu'on a fourni aujourd'hui", conclut Jonathan Rea.

Grille de départ Course 2

1ère ligne 1. united_kingdom A. Lowes 2. united_kingdom L. Camier 3. spain X. Forés
2e ligne 4. spain J. Torres 5. ireland E. Laverty 6. netherlands M. vd Mark
3e ligne 7. united_kingdom T. Sykes 8. united_kingdom C. Davies 9. united_kingdom J. Rea
4e ligne 10. italy M. Melandri 11. italy L. Savadori 12. united_states N. Hayden
5e ligne 13. germany M. Reiterberger 14. switzerland R. Krummenacher 15. germany S. Bradl
6e ligne 16. australia J. Brookes 17. spain R. Ramos 18. italy R. Russo
7e ligne 19. czech_republic O. Jezek 20. san_marino A. de Angelis 21. italy A. Badovini
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WSBK
Événement Phillip Island
Sous-évènement Samedi - Course 1
Circuit Phillip Island Grand Prix Circuit
Pilotes Jonathan Rea
Équipes Kawasaki
Type d'article Réactions