WSS : Mahias entame la défense de son titre de très belle manière !

partages
commentaires
WSS : Mahias entame la défense de son titre de très belle manière !
Par : Willy Zinck
26 févr. 2018 à 11:55

Le Français a décroché une victoire facile à Phillip Island en ouverture du championnat, profitant des déboires de son adversaire Kenan Sofuoglu ainsi que d'une bataille à couteaux tirés derrière lui pour le podium.

Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Le vainqueur Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Le vainqueur Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Le vainqueur Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Lucas Mahias, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Le deuxième, Randy Krummenacher, BARDAHL Evan Bros. WorldSSP Team
Randy Krummenacher, BARDAHL Evan Bros. WorldSSP Team
Randy Krummenacher, BARDAHL Evan Bros. WorldSSP Team
Sandro Cortese, Kallio Racing
Sandro Cortese, Kallio Racing
Federico Caricasulo, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Federico Caricasulo, GRT Yamaha Official WorldSSP Team
Luke Stapleford, Profile Racing
Luke Stapleford, Profile Racing
Raffaele De Rosa, MV Agusta Reparto Corse by Vamag
Raffaele De Rosa, MV Agusta Reparto Corse by Vamag
Jules Cluzel, NRT
Jules Cluzel, NRT
Kyle Kyle Smith, GEMAR Team Lorini
Kyle Smith, GEMAR Team Lorini
Kenan Sofuoglu, Kawasaki Puccetti Racing
Kenan Sofuoglu, Kawasaki Puccetti Racing examine un pneu Pirelli
Kenan Sofuoglu, Kawasaki Puccetti Racing
Mike Di Meglio, GMT94 Yamaha

Le championnat Supersport ne vient d'accomplir que sa toute première manche que des enseignements peuvent déjà être tirés. La principale leçon du premier meeting de la saison 2018, qui s'est tenu ce week-end à Phillip Island, c'est que le titre décroché l'an passé par Lucas Mahias semble avoir véritablement libéré le Français.

Il faut dire que le Montois avait sans doute à cœur de donner tort aux mauvaises langues, prompts à expliquer que le titre acquis en 2017 découlait pour une bonne part aux mésaventures rencontrées par son adversaire, Kenan Sofuoglu, victime de deux grosses blessures, qui l'avaient amené à déclarer forfait lors de quatre des 12 courses du calendrier.

 

Mais en s'adjugeant une victoire sans contestation possible sur un circuit aussi sélectif que le tracé australien, Mahias a mis tout le monde d'accord, d'autant plus que son rival turc était bien présent sur la grille, et sans doute lui aussi un peu revanchard après ses déboires de l'an passé.

Les premiers signes de cette domination de Mahias ont été visibles dès le vendredi, avec un meilleur temps signé lors de la toute première séance d'essais libres de l'année. Sofuoglu a alors répliqué dans la séance suivante, au cours d'une première journée marquée par une météo imprévisible, alternant bruine, ondées, et phases d'assèchement.

Mahias s'adjuge la première Superpole de l'année

Finalement, dans ce premier bras de fer entre les deux mieux classés du championnat 2017, Mahias a remporté le premier round en signant la Superpole le samedi – non sans avoir eu le dernier mot lors de la dernière séance d'essais libres. Un fait notoire alors que le Sudiste n'avait jusqu'ici réalisé qu'une seule fois le meilleur temps en qualifications… lors de la dernière manche en date, au Qatar début novembre dernier !

Celui-ci a même cru pouvoir bénéficier de la protection de son coéquipier au sein de l'équipe GRT Yamaha, Federico Caricasulo, deuxième avant de se voir sanctionné (tout comme Sandro Cortese, initialement quatrième sur la grille) pour un comportement dangereux plus tôt dans le week-end.

Finalement, le Français a donc dû voisiner en première ligne avec Sofuoglu, deuxième, et un remarquable Anthony West, troisième (l'Australien qui s'était illustré sur ses terres l'an passé en terminant sur la troisième marche du podium).

Le drapeau rouge de sortie

L'Aussie n'allait malheureusement pas pouvoir profiter de sa position flatteuse, en raison d'un accident lors du premier départ lors de la course. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé de rejoindre les stands alors que le drapeau rouge venait d'être brandi suite à un accrochage spectaculaire dans le dernier virage entre Hannes Soomer et Michael Canducci, sans succès malheureusement, au contraire de Hikari Okubo, victime lui aussi d'une chute.

Réduite à neuf tours, la course a pu reprendre ses droits après une petite vingtaine de minutes d'attente. Une nouvelle durée de course qui a dispensé les pilotes du Supersport de l'arrêt initialement obligatoire, mais qui devait être observé uniquement si les pilotes faisaient au moins 12 tours.

Lors du second départ, Mahias a de nouveau préservé son avantage face à Sofuoglu. Mais le duel tant attendu n'a pas eu lieu, alors que le Turc a commencé à être en délicatesse avec sa machine, et à ressentir des douleurs suite à un accident survenu vendredi, glissant jusqu'à la 13e place finale.

 

Cela a laissé les coudées franches à Mahias pour s'échapper, et dès lors l'intérêt de la course s'est recentré sur les pilotes qui revenaient à vitesse grand V sur Sofuoglu.

Randy Krummenacher, de retour dans la catégorie où il avait déjà glané une paire de victoire par le passé, a été le fer de lance du groupe de chasse derrière Mahias, emmenant dans sa roue le Champion 2012 de Moto3 mais néanmoins rookie en Supersport, Sandro Cortese, ainsi que Federico Caricasulo.

Ces deux derniers, plutôt bien remis après leur pénalité sur la grille, ont offert à l'image de Melandri et Rea en Superbike une arrivée à la photo-finish, Cortese prenant l'avantage sur la ligne pour 39 millièmes sur l'Italien, et réalisant ainsi des débuts idéaux en Supersport.

 

Derrière eux, Luke Stapleford est le premier pilote non muni d'une Yamaha dans la hiérarchie, sur Triumph, alors que Raffaele de Rosa termine pour sa part sixième. Ils devancent Jules Cluzel, deux fois vainqueurs par le passé à Phillip Island, mais qui a connu un week-end sans après une qualification quelque peu lointaine et une sortie de piste en début de course. Le troisième et dernier tricolore du plateau, Mike Di Meglio, a fini pour sa part hors des points, à la 17e place, pour ce qui était sa première course dans la catégorie.

Passée cette première mise en bouche remportée par un Mahias qui semble insatiable cette année, les pilotes du Supersport vont à présent avoir un mois pour digérer les premiers enseignements de Phillip Island avant la prochaine manche au menu, en Thaïlande sur le circuit de Buriram.

Revivez les meilleurs moments du week-end WSBK de Phillip Island sur Motorsport.tv le 1er mars à 21h30.

 Phillip Island - WSS - Course

Pos. Pilote Moto  Temps/Écart
1  Lucas Mahias Yamaha 14'07.811
2  Randy Krummenacher Yamaha 1.274
3  Sandro Cortese  Yamaha 1.517
4  Federico Caricasulo Yamaha 1.556
5  Luke Stapleford Triumph 4.270
6  Raffaele de Rosa  MV Agusta 6.696
7  Jules Cluzel Yamaha 14.403
8  Kyle Smith Honda 14.476
9  Ayrton Badovini MV Agusta 14.926
10  Thomas Gradinger Yamaha 15.124
11  Niki Tuuli Honda 16.545
12  Loris Cresson Yamaha 17.789
13  Kenan Sofuoglu Kawasaki 19.210
14  Hikari Okubo Kawasaki 19.359
15  Tom Toparis Kawasaki 19.362
16  Jaimie van Sikkelerus Honda 19.678
17  Mike Di Meglio Yamaha 19.723
18  Nacho Calero Kawasaki 32.888
Ab.  Lachlan Epis Kawasaki 4 tours
Ab.  Michael Canducci Kawasaki  
Ab.  Hannes Soomer Honda  
Ab.  Anthony West Kawasaki  

Prochain article WSBK
Les plus belles photos du week-end à Phillip Island

Article précédent

Les plus belles photos du week-end à Phillip Island

Article suivant

Sofuoglu échappe à une opération après sa blessure de Phillip Island

Sofuoglu échappe à une opération après sa blessure de Phillip Island
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WSBK
Événement Phillip Island
Catégorie Course Supersport
Lieu Phillip Island Grand Prix Circuit
Auteur Willy Zinck
Type d'article Résumé de course