Stefan Bradl : "Ce n'est pas le résultat que nous attendions"

Après deux premières manches à oublier, les choses ne se sont pas vraiment améliorées pour l'équipe néerlandaise, malgré les avancées de Stefan Bradl.

La manche d'Aragón ne restera sans doute pas dans les annales de l'équipe Ten Kate, qui n'a pas montré de signes probants d'amélioration lors de cette troisième épreuve du calendrier Superbike. Rare satisfaction, la performance de Stefan Bradl, qui a réalisé son meilleur week-end jusqu'ici dans la discipline. Le pilote allemand, qui manque encore d'expérience avec seulement trois meetings derrière lui, a néanmoins réussi à faire mieux que son coéquipier Nicky Hayden lors des deux courses.

Le week-end avait pourtant mal débuté, l'équipe s'emmêlant les pinceaux au niveau des pneus en concentrant son roulage sur la mauvaise option, celle de la gomme tendre. Crédités seulement des 11e et 12e chronos à l'issue des essais libres, les deux pilotes Honda ont donc dû passer par la case Superpole 1 pour poursuivre plus en avant les qualifications, s'emparant finalement de bien ternes dixième (Hayden) et 11e (Bradl) places sur la grille.

Roue dans roue durant la première partie du week-end, les deux hommes ont poursuivi leur mano a mano lors de la Course 1. Bradl et Hayden ont d'abord ferraillé avec Jordi Torres et Eugene Laverty, avant de laver leur linge sale en famille dans le tout dernier tour, avec un avantage pour le pilote allemand sous le drapeau à damier.

Manque de puissance pour Bradl 

À l'arrivée, le pilote de 27 ans pouvait souffler après avoir éprouvé toutes les difficultés pour se maintenir devant son coéquipier, la faute à un changement de moteur de dernière minute. "Pour la première fois cette année, je me suis retrouvé à me bagarrer sur la piste et j'ai vraiment pris du plaisir avec Laverty", explique le pilote Honda. "Mais j'ai souffert un peu dans la ligne droite de retour car nous utilisions un vieux moteur après un problème lors de la Superpole 2."

Loin de se satisfaire de ce résultat, le pilote germanique a ensuite peaufiné les réglages de sa machine en vue de la Course 2, qu'il allait débuter depuis la sixième position sur la grille. Trop peut-être, car si la nouvelle géométrie appliquée à l'avant de sa Fireblade a semblé être pertinente lors du warm-up, celle-ci a été contre-productive sur la durée d'une course, où elle a engendré une usure prématurée des gommes.

Réglages inadéquates pour la Course 2

Ajoutez à cela un mauvais départ qui l'a fait rétrograder en dixième position dès le premier tour, et vous obtenez un résultat bien loin des espérances du numéro 6. "Ce n'est pas le résultat que nous attendions", admet l'ancien pilote MotoGP. "Nous avons essayé de nouveaux réglages par rapport à hier [samedi], car nous voulions obtenir un meilleur comportement de la moto en virage, ce qui a semblé bénéfique lors du warm-up. Nous avons donc décidé de les conserver, mais malheureusement cela ne nous a pas aidés durant la course."

Bradl est ainsi remonté provisoirement jusqu'en huitième position, avant de devoir abaisser son rythme en raison d'un manque d'adhérence, et de boucler cette seconde course à la 12e position. "J'ai fait surchauffer le pneu avant, ce qui m'a laissé très peu de grip pour les derniers tours de course, lorsque je me battais avec [Román] Ramos et [Leon] Camier."

Les progrès de Bradl sur ce week-end ne suffisent pas cependant à effacer la déception de Ten Kate, qui a encore été en grande difficulté en Espagne, et se voit désormais distancée au championnat par Yamaha, BMW, MV Agusta mais aussi par Aprilia.

Mais ces difficultés ont permis à l'équipe de cibler ses principaux points noirs, qu'il lui faut impérativement gommer si elle souhaite renouer avec son niveau de compétitivité de l'an passé. Bradl a donc mis l'accent lors de la journée d'essais organisée lundi sur de nouvelles géométries, ainsi que sur une meilleure répartition des masses et le réglage des suspensions, dans le but d'une part d'améliorer le comportement de la Honda en virage, tout en ménageant les pneus.

Malgré des progrès certains et des temps au tour corrects au cours d'un run approchant la distance d'une simulation de course, le pilote allemand n'a pu que constater l'ampleur du chemin qu'il reste à parcourir pour s'inviter parmi les têtes d'affiche. "Nous avons déniché un peu plus de grip à l'arrière, ce qui nous a donné l'opportunité d'être plus rapides de façon régulière lors de notre 'presque' [sic] simulation de course. Dans l'ensemble nous avons fait un petit pas en avant, mais il reste à coup sûr beaucoup de travail à faire, et c'est pourquoi je suis impatient d'être à Portimão pour nos prochains tests."

Deux autres journées d'essais, privés cette fois-ci, sont en effet prévues dans un peu moins de deux semaines sur le circuit de Portimão, au Portugal. De quoi espérer une meilleure prestation sur les terres de Ten Kate, aux Pays-Bas, lors de la prochaine manche du calendrier à Assen.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WSBK
Événement Aragon
Sous-évènement Course 2
Circuit Motorland Aragon
Pilotes Stefan Bradl
Équipes Ten Kate Racing
Type d'article Réactions