Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
38 jours
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
2 jours
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Les pilotes réagissent au chaos de la Course Tissot Superpole

partages
commentaires
Les pilotes réagissent au chaos de la Course Tissot Superpole
Par :
9 juil. 2019 à 09:40

Victime collatérale de l’incident de fin de course, Tom Sykes est revenu sur sa disqualification, tandis que ses compatriotes et Loris Baz ont soulevé le problème du manque d’informations qu'ils reçoivent en piste avec l'agitation du drapeau de changement d’adhérence.

La Course Tissot Superpole de Donington a été arrêtée au drapeau rouge ce dimanche, et Tom Sykes a été l’un des protagonistes, bien malgré lui, d’une fin de course marquée par la confusion. Son coéquipier, Peter Hickman (remplaçant de Markus Reiterberger, victime d’une infection grippale), a rencontré une casse moteur sur sa BMW et a ainsi répandu de l’huile sur la piste, bien qu’il se soit tout de suite écarté. Cela n’a néanmoins pas été suffisant, et les quatre pilotes qui le suivaient ont tous volé dans le bac à gravier, provoquant la sortie du drapeau rouge.

Lire aussi :

Alors deuxième de la course au classement, Sykes a effectué son tour de décélération avant de se rendre dans la voie des stands avec le reste du plateau. Mais si de nombreux pilotes ont glissé sur les traces, l’Anglais a été le plus malchanceux en chutant. "J’ai vu le drapeau de changement d'adhérence à l’intérieur du Melbourne Loop, mais à ce moment-là, il y avait une voiture garée sur le tarmac, tous ces pilotes, motos et commissaires partout", a-t-il raconté à Motorsport.com "J’ai donc regardé pour comprendre si quelqu’un arrivait sur la piste et je suis passé sur l’huile. Il y avait une tonne d’huile, Jonathan [Rea] a presque chuté et moi je l’ai malheureusement fait, Toprak [Razgatlioglu] a failli. Je n’étais pas loin de la voiture, ma moto a presque tapé un commissaire. Je pense juste que c’est un peu une blague."

Dans sa malchance, le pilote BMW a été disqualifié pour ne pas être arrivé dans la voie des stands en cinq minutes et sans prendre de raccourcis. Sa seconde place est donc revenue au Turc et le podium a été complété par Leon Haslam. Une situation jugée "sévère" par le principal intéressé, qui accepte néanmoins la sentence.

"Je comprends les règles. Je pensais juste que dans ces circonstances, la course était déjà terminée, actée, il y avait le résultat et pas de nouveau départ, [cela serait différent]. Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent, mais il y avait clairement de la confusion et l’accident était assez bizarre, lorsque l’on arrivait dans le Melbourne Loop. […] Lorsque je suis arrivé, même à basse vitesse, mon attention s’est portée sur ce qu’il se passait, et j’ai roulé sur l’huile. Mais c’est en raison de cette ambiance étrange, et comme tout le monde avait terminé la course, je n’ai pas pensé à remonter sur ma moto et à venir sur la grille dans les cinq minutes."

Dans le paddock, il n’a pas fallu longtemps avant que l’incident ne fasse réagir. "Les règles sont les règles et je me sens juste mal pour Tom car il a fait une course incroyable", a commenté Rea lors de son point presse. "Je dois admettre que je n’ai pas vu de drapeaux [de changement d’adhérence] jusqu’à ce que j’entre dans le virage. Il y en avait un à droite mais avant la chicane je n’en ai vu aucun. J’ai bien sûr vu des drapeaux rouges tout autour du circuit, je suis donc vraiment mal pour lui… Pour ma part je me sens très chanceux car j’ai pu me rattraper avec le pied, mais c’est un résultat cruel pour Tom. […] Il était dans un no-man’s land, il n’avait aucune chance. Il y avait tellement d’huile, c’était énorme."

"C’était une mauvaise situation", a déclaré Haslam. "Tout le monde a rencontré des problèmes en passant dans la zone et a rattrapé des chutes. C’est malheureux, Tom méritait sa deuxième place, il a vraiment bien roulé, mais ce sont les règles, il faut revenir dans les cinq minutes."

Le problème du drapeau "changement d'adhérence"

De son côté, Alex Lowes s’est montré un peu plus en désaccord avec la sanction prise à l’égard de Sykes : "Je ne comprends pas car il n’a pas chuté pendant la course, elle avait déjà été arrêtée. Tom a fait une super course, il y a eu le drapeau rouge, il a chuté sans que ce soit de sa faute… Je ne vais rien dire de négatif sur les commissaires, car sans eux nous ne courions pas. J’apprécie donc vraiment leur soutien et l’important travail qu’ils mènent pour que nous puissions courir. Mais vous ne pouvez pas voir l’huile si vous êtes sur la moto. […] Il y avait un drapeau à la chicane, mais un drapeau de changement d’adhérence peut signifier du liquide, un danger sur la piste. L’entrée du Melbourne Loop est à l’aveugle, donc quand vous y arrivez c’est déjà trop tard."

"Les règles sont les règles, mais ce qui est arrivé à Tom est vraiment injuste !" a commenté Loris Baz sur Twitter, partageant l’avis de Lowes. "C’est pourquoi nous avons besoin d’un référant à la direction de course qui prenne ces décisions et qui puisse juger la différence entre deux choses différentes." Le Français a par ailleurs pointé du doigt le véritable souci rencontré par les pilotes à l’interruption de la course, et dont tous ont parlé, qui est le drapeau de changement d’adhérence, pas assez explicite selon lui.

"Je n’ai pas vu l’huile comme Tom, et la seule raison pour laquelle je n’ai pas chuté, c’est parce que je l’ai vu voler! Je n’avais pas vraiment vu les drapeaux ‘changement d’adhérence’, mais quoi qu’il en soit nous voyons ce drapeau rouge et jaune à chaque course. Mais ce n’est pas un drapeau d’huile, cela veut juste dire ‘changement d’adhérence’, nous l’avons vu à chaque course cette semaine ! La plupart du temps ce sont des graviers sur la piste, ou ils l’agitent juste pour la sécurité. Pour moi il devrait y avoir un autre drapeau qui ne serait agité que lorsqu’il y a de l’huile sur la piste afin d’avertir les pilotes, comme ça nous saurions que cet endroit est vraiment dangereux, et pas juste peut-être."

Propos recueillis par Sebastian Fränzschky

Article suivant
Rea devient le nouveau leader du championnat à Donington

Article précédent

Rea devient le nouveau leader du championnat à Donington

Article suivant

WorldSSP300 - Sabatucci sort vainqueur d'une manche complètement folle

WorldSSP300 - Sabatucci sort vainqueur d'une manche complètement folle
Charger les commentaires