Randy de Puniet : "Quand rien ne va, c'est un cauchemar"

Randy de Puniet : "Quand rien ne va, c'est un cauchemar"
Paul Denning, VOLTCOM Crescent Suzuki
Alex Lowes, Crescent Racing
Randy de Puniet, VOLTCOM Crescent Suzuki
Alex Lowes, Crescent Racing
Randy de Puniet, VOLTCOM Crescent Suzuki
Alex Lowes, Crescent Racing
Randy de Puniet, VOLTCOM Crescent Suzuki
Alex Lowes, VOLTCOM Crescent Suzuki
Randy de Puniet, VOLTCOM Crescent Suzuki

Suzuki faisait partie des équipes qui passaient ce week-end au système électronique Magneti Marelli, le délai d'homologation prenant fin avec la première manche européenne. Or ce changement a placé l'équipe britannique dans une situation très complexe, qui a connu son apogée en course.

Tout le week-end, les pilotes ont dû jongler avec les soucis du nouveau package électronique de la GSX-R. Si Alex Lowes est parvenu à participer samedi à la phase finale de la Superpole pour décrocher la huitième place sur la grille, Randy de Puniet apparaissait bien plus en difficulté.

"Randy a rencontré les mêmes difficultés qu'Alex, mais il a eu plus de mal à s'adapter et à continuer à attaquer," expliquait Paul Denning, directeur de l'équipe. "Après sa blessure de Phillip Island, il a besoin d'une manche solide pour regagner en confiance, malheureusement le timing de ce changement électronique n'aurait pas pu être pire le concernant. Nous savons tous à quel point il est rapide et nous allons tout faire pour lui donner les meilleures chances de prouver son talent."

Victime d'un highside samedi matin, le Français s'en est sorti indemne et c'était bien là l'unique satisfaction à ce stade du week-end. Les problèmes de frein moteur et de traction control ne lui ont pas laissé de répit et la petite faute commise dans son tour de qualifications - une trajectoire élargie - n'aura été qu'un moindre mal au milieu d'une série ininterrompue de pépins. "Quand rien ne va, c'est un cauchemar," résumait Randy de Puniet samedi soir, dépité.

Ce week-end s'annonçait très difficile, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il le soit autant !

Randy de Puniet

Malgré la difficulté, les pilotes et le staff technique Suzuki n'ont pas baissé les bras, tous ayant bien conscience que le roulage est indispensable aux progrès, essentiels, qui doivent être accomplis.

Ce dimanche, les deux GSX-R sont plusieurs fois passées par les stands durant la première course. Randy de Puniet finira par définitivement renoncer, tandis qu'Alex Lowes a repris la piste essentiellement pour récolter des données. La deuxième épreuve s'est avérée plus prometteuse, à l'exception de l'excursion hors-piste de l'Anglais due à un problème sur le contrôle de frein moteur. Avec une double entrée dans le top 15, Suzuki a finalement marqué cinq petits points.

"Ce week-end s'annonçait très difficile, mais je ne m'attendais peut-être pas à ce qu'il le soit autant !" reconnaît Randy de Puniet. "Nous avons appris beaucoup de choses. Pendant la première course, la moto était impossible à piloter, les problèmes techniques étaient trop nombreux. Je suis rentré trois fois aux stands pour les régler, mais j'ai fini par être obligé de m'arrêter. Pour la seconde course, nous avons décidé de complètement changer de stratégie et, même si c'était loin d'être parfait, c'était beaucoup mieux. J'ai fini 13e, proche de la 11e place, nous avions donc peut-être le potentiel pour faire mieux."

"Nous sommes encore loin du niveau que nous souhaitons afficher et nous voulons trouver rapidement la solution, alors nous verrons bien à Assen à quel point nous parviendrons à avancer. Merci à l'équipe pour les efforts fournis durant ce difficile week-end. J'ai donné le meilleur de moi-même et eux aussi. Il est maintenant temps d'étudier les informations collectées et de progresser pour la prochaine course," conclut le pilote français.

Des remerciements, Paul Denning lui en adresse également, assumant au nom de l'équipe la responsabilité des difficultés extrêmes connues cette semaine. "Je souhaite remercier Randy pour sa patience et les efforts qu'il a accomplis pendant le week-end," explique le team manager, qui trouve une lueur d'espoir dans résultats du jour : "Pendant les dix derniers tours de la Course 2, Alex avait un rythme plus rapide que le pilote qui a terminé à la sixième place. Etant donné les problèmes qu'il a connus en piste, cela réaffirme le potentiel de notre package et nous laisse penser que nous serons en mesure de bien nous rattraper quand les soucis seront réglés."

Comptes-rendus : Course 1 | Course 2

partages
Tom Sykes indemne malgré sa lourde chute

Article précédent

Tom Sykes indemne malgré sa lourde chute

Article suivant

Chaz Davies et Ducati savourent un succès important

Chaz Davies et Ducati savourent un succès important