WSBK
28 févr.
-
01 mars
Événement terminé
C
Assen
17 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
28 jours
C
Imola
08 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
49 jours
C
Aragon
22 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
63 jours
C
Misano
12 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
84 jours
C
Donington Park
03 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
105 jours
C
Oschersleben
31 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
133 jours
C
Algarve
04 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
168 jours
C
Barcelone
18 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
182 jours
02 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
196 jours
C
Villicum
09 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
203 jours
C
Jerez
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
217 jours

Redding : Le WorldSBK peut changer ma vie

partages
commentaires
Redding : Le WorldSBK peut changer ma vie
Par :
Co-auteur: Lorenza D'Adderio
20 févr. 2020 à 12:30

L'ancien trublion des Grands Prix disputera la semaine prochaine ses premières courses en WorldSBK. Reboosté l'an dernier par son sacre en BSB, il rêve de gloire.

Scott Redding est appelé cette année à tenter de stopper l'hégémonie Kawasaki sur le WorldSBK. Après avoir connu les plus grandes difficultés en MotoGP, puis être passé par le purgatoire du BSB dont il est sorti titré, l'Anglais est désormais prêt à briller à nouveau sur la scène internationale. "Cela peut beaucoup changer ma vie, d'un point de vue mental surtout", estime-t-il, se sachant revenu de loin.

"J'ai fait du MotoGP pendant des années, j'ai failli remporter le titre Moto2 et j'ai ensuite suivi une sorte de courbe descendante à partir de là", décrit-il. "J'ai saisi une grosse opportunité en allant en BSB. Je devais gagner le championnat. J'avais dit avant de commencer qu'il fallait que je gagne, quoi qu'il arrive, et maintenant ça m'a mis dans une position où je peux gagner à nouveau. J'ai l'une des meilleures motos, dans l'une des meilleures équipes et je crois être l'un des meilleurs pilotes engagés, alors avec ce package il faut se battre pour le championnat."

"Si je me bats pour le titre, que je le gagne ou pas, je sais que je me serais donné à 110% et je pourrais être heureux dans la vie. Quand on a une moto qui n'est pas performante et qu'on a tout donné, qu'on est passé près de son objectif, mentalement c'est dur. Maintenant j'ai la moto qui peut le faire, je crois que je peux le faire. Je l'ai prouvé à des milliers de personnes l'année dernière, et je voudrais le prouver à encore plus de personnes cette année. Mais maintenant les gens croient en moi et cela me donne plus de confiance."

Lire aussi :

Reboosté par son titre dans son championnat national, celui qui avait créé la sensation en Grand Prix à seulement 15 ans, lorsqu'il avait signé sa première victoire dès sa première saison en 125cc, se reprend à rêver de gloire mondiale. "Quand j'ai commencé à réaliser que j'aimais la course, peut-être autour de 14-15 ans, mon objectif a été de devenir Champion du monde. Malheureusement, cela n'est pas arrivé en Grand Prix, mais si j'arrive à le faire en Superbike, ce sera une grande chose pour moi et pour Ducati."

Les essais qu'il a menés jusqu'à présent l'ont montré plutôt à l'aise avec son nouveau bolide, au point qu'il s'apprête à prendre la direction de l'Australie avec des rêves plein la tête et se dit prêt à gagner dès Phillip Island : "c'est l'objectif". Il l'admet, "la saison sera longue", mais il n'a pourtant pas l'intention de jouer les spectateurs durant cette première manche. "J'ai de l'expérience sur ce circuit, j'ai perdu le championnat Moto2 là-bas et j'aimerais commencer par des victoires, ou au moins par me battre pour les victoires pour essayer de ramener le titre à la fin de l'année. Phillip Island est l'une de mes pistes préférées et je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas se battre pour la victoire là-bas", souligne Scott Redding, qui résume les choses simplement : "Si je vais courir, c'est pour essayer de gagner."

Afin de parfaire sa préparation, Redding pourra compter sur deux derniers jours d'essais de pré-saison, organisés précisément sur le circuit australien au début de la semaine prochaine. "Je suis assez prêt pour le début de la saison. Dès que je suis monté sur la moto, je me suis senti bien. On a testé des choses, oui, non... Je me suis senti à l'aise. Peut-être que faire de longs runs sera un peu plus important à Phillip Island. Je voulais le faire à Portimão, mais il fallait qu'on teste d'autres choses", explique-t-il. "Je crois qu'avoir deux jours avant [le week-end de course] me sera très utile. C'est une nouvelle piste pour moi avec la Superbike et les Pirelli. Il faut aussi se souvenir que tout est nouveau pour moi, quasiment sur tous les circuits, donc sur chaque piste il faudra que j'apprenne aussi vite que possible. J'aime le challenge alors je vais faire de mon mieux."

"C'est dur de voir ce que font les autres pendant les tests. Le fait que certains soient en pneus neufs et d'autres en pneus usés fait une grande différence. Alors j'ai dit à l'équipe qu'il fallait qu'on se concentre sur nous-mêmes, sur nos temps, est-ce qu'on est en difficulté, est-ce qu'on progresse. C'est la raison pour laquelle j'ai roulé dans toutes les conditions, qu'il pleuve ou pas, que ce soit mixte, en pneus pluie ou slicks. J'ai tout essayé parce que je voulais être préparé. Mais je ne saurai pas ce qu'il en est avant la première course."

Apprendre à se battre contre un Rea intelligent

Ce n'est également que lorsqu'il disputera sa première course dans le championnat qu'il pourra savoir exactement de quel bois se chauffe Jonathan Rea. Car parmi les nombreuses nouveautés qui l'attendent cette année, il lui faudra surtout apprendre à percer les secrets de celui qui enchaîne les titres depuis 2015. De six ans son cadet, il n'a jamais eu l'opportunité de l'affronter en piste, cependant il a tenté de se préparer en observant le plan infaillible déroulé par le Nord-Irlandais, notamment l'an dernier lorsqu'il est parvenu à renverser un championnat initialement dominé par Álvaro Bautista.

Lire aussi :

"Je ne peux qu'écouter ce que les gens disent quant à sa manière de piloter, ce qu'il fait, que j'essaye de le voir à la télévision sur ses courses de l'année dernière. Mais il faut s'adapter sur le moment. On est des pilotes de niveau mondial et il faut qu'on s'adapte en un quart de seconde pour décider quoi faire, et ensuite on peut apprendre. Comme en boxe : on apprend à connaître l'autre pendant les premiers rounds, puis on porte sa propre attaque. C'est similaire pour la course. Peut-être qu'il va falloir que j'apprenne pendant les deux premières courses à Phillip Island. C'est nouveau pour moi, mais mon objectif est d'essayer de me battre avec lui."

"J'ai regardé certaines de ses courses. Dans sa stratégie de course il est très intelligent. Il a différentes stratégies et si les choses ne se passent pas comme prévu, il a un plan B. C'est un pilote intelligent, j'en suis parfaitement conscient, et il a beaucoup d'expérience", observe Redding. "Je crois qu'il est très prudent, respectueux, qui ne fait pas trop de manœuvres agressives, même si je comprends que parfois il faille un peu forcer. Alors j'ai hâte de me battre contre lui."

Article suivant
La pression liée à son contrat n'est pas le moteur de Davies

Article précédent

La pression liée à son contrat n'est pas le moteur de Davies

Article suivant

Honda dévoile la nouvelle CBR de Bautista et Haslam

Honda dévoile la nouvelle CBR de Bautista et Haslam
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WSBK
Pilotes Scott Redding
Équipes Ducati Aruba.IT
Auteur Léna Buffa