Demoustier veut hausser le ton sur le Slovakiaring

Alors qu'il s'apprête à disputer sa deuxième course sur une des trois Citroën C-Elysée du Sébastien Loeb Racing, Grégoire Demoustier entend bien passer la vitesse supérieure ce weekend sur le Slovakiaring, fort de son expérience du Castellet.

Demoustier veut hausser le ton sur le Slovakiaring
Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing
Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing Citroën C-Elysée WTCC
Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC

Après une première saison en WTCC, disputée sur une Chevrolet Cruze RML de l'écurie Craft-Bamboo, Grégoire Demoustier a fait le choix du Sébastien Loeb Racing et de la Citroën C-Elysée en 2016, la structure de Sébastien Loeb et Dominique Heintz ayant récupéré deux Citroën du giron officiel pour passer à trois unités cette saison.

Aux côtés de Mehdi Bennani, déjà membre du SLR en 2015, et de l'expérimenté Tom Chilton, lui aussi nouveau venu dans l'équipe après plusieurs saisons sur Chevrolet, Grégoire Demoustier a pris ses marques lors de l'ouverture de la saison au Castellet. Malgré le lest de 80 kg, embarqué également par les C-Elysée privées, le pilote franco-belge s'est montré à son aise durant les essais libres, se hissant notamment au troisième rang des EL1 sur le mouillé.

Sur le sec en revanche, le surpoids des Citroën s'est fait davantage ressentir, et l'inexpérience de Demoustier sur cette voiture l'a ensuite empêché de tirer son épingle du jeu en qualifications (14e). En course, il parvenait à marquer son premier point lors de la course 1 (10e), se classant également 3e des pilotes indépendants, avant de se classer 13e de la seconde manche (5e indépendant).

Ce weekend, Grégoire Demoustier entend bien améliorer son score, fort de cette première prise de marques, même si le lest de 80 kg risque de pénaliser encore davantage les Citroën sur le tracé slovaque, et ses longues courbes rapides.

Avec les ingénieurs nous avions commencé à comprendre comment aller plus vite sur le sec.

Grégoire Demoustier.

"Je suis impatient de reprendre la piste", commente le Français. "Avec les ingénieurs nous avions commencé à comprendre comment aller plus vite sur le sec, et il me tarde, en espérant que les conditions de piste soient similaires, de mettre en pratique les solutions imaginées".

"Je pense que l’on va davantage souffrir du poids, mais en dépit de ce handicap, je vais continuer à attaquer et nous pourrons comparer mes chronos avec ceux de mes équipiers", continue-t-il. "J’étais dans le coup, déjà, face à Tom qui est très expérimenté alors qu’il découvre lui-aussi l’auto et le team. Si ma marge de progression suit la sienne, je serai très satisfait. J’essayerai ainsi de faire aussi bien. Voire mieux. Tout le monde est motivé, je me dois donc de l’être aussi !"

partages
Honda veut poursuivre sur sa lancée en Slovaquie

Article précédent

Honda veut poursuivre sur sa lancée en Slovaquie

Article suivant

Le meilleur est à venir pour Volvo

Le meilleur est à venir pour Volvo