Dominée en qualifications, l'équipe Citroën relativise

Absent de Q3 pour la première fois depuis le début de son engagement en WTCC, le clan Citroën n'est pas surpris de son déficit de performance en Russie, mais garde espoir de bien figurer lors des deux manches au programme dimanche.

Dominée en qualifications, l'équipe Citroën relativise
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
José María López, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yves Matton, directeur de Citroen Racing
José María López, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
José María López, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
José María López, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC

Le Moscow Raceway fut le théâtre de plusieurs premières lors de ces qualifications. Première pole position pour Nick Catsburg, première pole pour une Lada (et même un triplé), mais c'est aussi la première fois qu'une Citroën ne figure pas en Q3, depuis les débuts de la marque aux Chevrons en avril 2014 ! La faute au lest de 80 kg embarqué sur les C-Elysée (contre 30 à Honda et 20 à Lada), qui s'est fait cette fois fortement ressentir sur le Moscow Raceway.

En effet, depuis 2014, José Maria Lopez avait toujours su se hisser dans le top 5 de Q2 pour aller disputer la pole position. L'Argentin était sur le point de poursuivre sa série, avant d'être relégué au 6e rang lors des dernières secondes du second segment de qualifications par la Honda de Norbert Michelisz. Le double Champion du monde en titre, et (très) large leader du championnat, s'élancera ainsi du 5e rang au départ de la course d'ouverture, et du 6e rang pour la course principale.

"C’est un sentiment un peu étrange de ne pas accéder à la Q3, mais il fallait bien que cela arrive un jour !", commentait le sud-américain à l'issue de la séance. "Je crois que ce que nous avons réalisé depuis le début de la saison, avec un lest de 80 kg, est assez exceptionnel. Mais aujourd’hui, nous avons souffert en raison d’une conjugaison de différents facteurs."

"Sur ce circuit, nos concurrents ont toujours été très performants et nous savions que ce serait encore plus difficile cette fois-ci", continue Lopez. "Nous avons cherché le grip depuis les premiers essais libres… mais sans jamais réellement le trouver ! Le compétiteur que je suis est déçu, mais la situation n’est pas mauvaise. Mes plus proches poursuivants au championnat sont derrière moi et mes positions de départ me permettront peut-être de jouer le podium."

Avec un lest de 80 kg, le comportement de nos voitures est fortement affecté sur ce circuit très technique.

Yves Matton, directeur de Citroën Racing.

Même constat du côté de son équipier Yvan Muller. Le quadruple Champion du monde de la discipline n'a jamais été en mesure de jouer les premiers rôles depuis le début du meeting, et doit se contenter du 8e rang en qualification. Un résultat qui lui permettra en revanche de s'élancer de la troisième position au départ de la manche d'ouverture, en raison de la règle de la grille inversée.

"Il semble évident que notre niveau de performance est un peu plus bas que d’habitude", concède le pilote français. "Mais nous avons tellement gagné que nous devons composer avec le lest maximal de 80 kg. Sans ce handicap, je pense que nous aurions pu jouer une place dans le top 5 des qualifications."

"Cela n’aurait toutefois pas été suffisant pour aller chercher la pole position", poursuit Muller. "Quand nous avons constaté que je ne pourrais pas accéder à la Q3, je n’ai pas cherché à améliorer pour me rapprocher de la dixième place. Ce n’est pas une stratégie que j’affectionne, mais le règlement est ainsi fait."

"Nous nous attendions à un week-end difficile", commente de son côté Yves Matton, le directeur de Citroën Racing. "Avec un lest de 80 kg, le comportement de nos voitures est fortement affecté sur ce circuit très technique. Malgré les efforts de l’équipe et des pilotes, nous n’avons pas été en mesure de compenser notre déficit de performance et nous devons nous contenter de ce résultat. Notre avance aux Championnats du Monde nous permet de relativiser et il reste deux courses à disputer demain pour repartir de Russie avec un bilan positif."

partages
commentaires
Le clan Lada incrédule après son triplé en qualifications
Article précédent

Le clan Lada incrédule après son triplé en qualifications

Article suivant

James Thompson vit un rêve éveillé

James Thompson vit un rêve éveillé
Charger les commentaires