Ehrlacher : une première victoire "extraordinaire"

Auteur de sa première victoire en WTCC lors de la Course d'Ouverture à Termas de Río Hondo, en Argentine, Yann Ehrlacher (Lada) concède que ce résultat a dépassé toutes ses espérances.

Pour ses débuts en WTCC cette saison au volant d'une Lada Vesta du RC Motorsport, Yann Ehrlacher a connu une première moitié de campagne prometteuse, mais souvent marquée par le manque de réussite. Un manque de réussite qui l'a notamment empêché de se hisser dans le top 10 des qualifications − souvent de très peu −, lors des cinq premiers rendez-vous de la saison, et de bénéficier de la grille inversée pour la Course d'Ouverture.

Ce fut finalement chose faite en Argentine, où le jeune tricolore signait le résultat le plus avantageux en décrochant la très convoitée dixième place de Q2 lors des qualifications, synonyme de pole position pour la Course d'Ouverture, où il s'apprêtait ainsi à s'élancer devant la Honda de Ryo Michigami, neuvième de Q2, mais surtout les deux Citroën C-Elysée de Tom Chilton et Mehdi Bennani.

"Nous étions vraiment performants en Q1, avec une bonne neuvième place", explique Ehrlacher à Motorsport.com. "En revanche, en Q2, j'ai fait une ou deux erreurs qui m'ont fait perdre du temps. La performance était légèrement moins bonne, mais cela m'a tout de même permis d'assurer la dixième place, et surtout la pole avec la grille inversée pour la Course d'Ouverture. C'était notre objectif, et nous l'avons atteint, il nous était difficile de faire mieux de toute façon."

Ehrlacher savourait alors l'opportunité de s'élancer de la pole position pour la première fois en Championnat du monde de Supertourisme WTCC, tout en demeurant conscient de la tâche qui se présentait à lui.

"Je ne pensais qu'à mettre les choses dans l'ordre"

"Partir en pole position d'une course de WTCC est quelque chose d'énorme", poursuit-il. "C'est vrai que j'y ai beaucoup pensé le samedi après les qualifications, où je me mettais un peu la pression par rapport à ça. Le dimanche matin en revanche, j'étais déjà concentré sur le travail que j'avais à faire, et sur la grille de départ, je ne pensais qu'à mettre les choses dans l'ordre et faire le boulot."

De fait, Yann Ehrlacher prenait un bon départ, et contrait une première attaque de la Citroën de Tom Chilton pour virer en tête au premier virage. Mais, quelques centaines de mètres plus loin, le Britannique s'appuyait sur la Lada pour s'emparer de la tête de manière musclée. Dans la foulée, la seconde Citroën de Mehdi Bennani se portait à la hauteur de la Lada mais Ehrlacher ne lâchait pas et reprenait la deuxième place avant de se donner de l'air devant le pilote marocain.

Vainqueur... sans le savoir

Une résistance qui allait se montrer cruciale pour la suite des opérations : alors que Bennani ne pouvait suivre le rythme du pilote français lors des tours suivants, ce dernier héritait finalement de la première place suite à la pénalité de Tom Chilton, puni pour sa manœuvre du premier tour sur la Lada.

Ehrlacher passait ainsi la ligne en vainqueur… sans le savoir.

"Dans les derniers tours, je n'étais même pas au courant de la pénalité de Chilton, mon ingénieur ne m'en a informé qu'une fois la ligne franchie", continue-t-il. "D'ailleurs, je ne pensais même plus à ce contact dans le premier tour, il y avait eu tellement de choses sur lesquelles se concentrer après cela… Mais lorsque j'ai su que j'avais gagné, je n'y croyais pas…"

"Honnêtement, avec les Citroën et les Volvo juste derrière moi sur la grille, l'objectif était surtout de terminer dans le top 5, et avant tout de 'survivre' aux Citroën dans les premiers tours. Mon départ était assez bon, c'était même le meilleur avec la Lada depuis le début de la saison. J'ai un peu contenu Chilton dans les premiers virages, mais ensuite il m'a mis une bonne 'boîte' et cela lui a permis de passer. Bennani était ensuite pressant lors des quatre ou cinq premiers tours, mais j'ai réussi à prendre mes distances par la suite, et j'ai pu commencer à gérer mes pneus."

J'aurais déjà été très heureux de faire un podium, mon premier en WTCC, mais là cela dépassé toutes mes espérances.

Yann Ehrlacher

"Tout ce qui a suivi était magique pour moi : la voiture dans la Victory Lane, le podium, la conférence de presse avec des pilotes comme Tiago [Monteiro] que je suis depuis tout petit [la conférence de presse finale regroupe les trois premiers des deux manches de la journée, ndlr], tout cela était extraordinaire. J'aurais déjà été très heureux de faire un podium, mon premier en WTCC, mais là cela dépassé toutes mes espérances."

Après son succès dans la Course d'Ouverture, Yann Ehrlacher accrochait encore les points de la huitième place dans la Course Principale après un autre exploit, celui d'avoir contenu durant toute la course les attaques de la Citroën de l'expérimenté Rob Huff.

"Paradoxalement, on m'a quasiment plus félicité après la seconde manche pour avoir résisté à Rob Huff durant toute la course que pour ma victoire dans la Course d'Ouverture", avoue Ehrlacher. "C'est vrai que, depuis Vila Real, j'ai passé un cap. Je me sens plus en confiance avec la voiture, avec mon pilotage. Il y a encore quelque temps, j'aurais été impressionné de me mesurer à des pilotes de la trempe de Rob, mais maintenant je sais que je peux me battre avec eux d'égal à égal, et c'est de bon augure pour la suite."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Événement Termas de Rio Hondo
Circuit Autodromo Termas de Rio Hondo
Pilotes Yann Ehrlacher
Équipes RC Motorsport (France)
Type d'article Interview
Tags lada