Le promoteur du WTCC se félicite d'avoir relancé la carrière de Lopez

François Ribeiro, le promoteur du WTCC, est fier d'avoir contribué à ramener José Maria Lopez au sommet du sport automobile international.

Le promoteur du WTCC se félicite d'avoir relancé la carrière de Lopez
Jose Maria Lopez
Jose Maria Lopez
Le vainqueur de la pole position Jose Maria Lopez
Ken Anderson, Jose Maria Lopez et Peter Windsor
Gabriele Tarquini, Honda Civic, Honda Racing Team J.A.S, Jose Maria Lopez, BMW 320 TC, Wiechers-Sport et Pepe Oriola, SEAT Leon WTCC, Tuenti Racing
Vainqueur: José María López heureux
Vainqueur et Champion 2014: José Maria Lopez, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën Total WTCC
Jose Maria Lopez, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
Le poleman Jose Maria Lopez, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
José María López, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
José María López, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC

Après avoir effectué ses classes en formules de promotion en Europe (Formule Renault, Formule Renault V6, F3000 et GP2), José Maria Lopez avait été intégré au programme de développement Renault F1, le pilote argentin effectuant à l'époque quelques séances de test pour le constructeur français.

Mais, faute de place pour lui au sein de l'écurie française, Lopez était contraint de poursuivre sa carrière en Argentine, où il effectuait ses débuts en TC2000, le très populaire championnat local de supertourisme, où il était titré en 2008 et 2009.

Il était lié par la suite au projet de l'équipe US F1, dont les débuts étaient programmés en 2010, mais qui n'a finalement jamais vu le jour. Après des contacts non aboutis avec le Campos Racing pour cette même saison, Lopez s'en retournait au TC2000 et remportait un troisième titre en 2012.

En 2013, toujours impliqué dans sa série nationale, il était placé par François Ribeiro, le promoteur du WTCC, au volant d'une BMW 320 TC de l'équipe Wiechers Sport avec laquelle il effectuait une pige en WTCC sur le circuit de Termas de Rio Hondo. Une pige victorieuse puisque Lopez s'imposait lors de la deuxième manche.

Une performance qui tombait à pic, alors que Citroën préparait son arrivée en WTCC pour 2014 et cherchait un troisième homme pour épauler ses deux pilotes star Sébastien Loeb et Yvan Muller. Ces deux derniers allaient finalement être éclipsés par José Maria Lopez, champion en 2014 et 2015, et en route vers un troisième titre consécutif cette année.

Je suis très heureux que le WTCC ait permis à Lopez de devenir un roi des voitures de tourisme, avec un profil international.

François Ribeiro, promoteur du WTCC.

Un parcours qui ravit François Ribeiro, le promoteur du WTCC. "J'ai une énorme admiration pour ce qu'il fait, et ce qu'il a accompli par le passé", explique ce dernier. "Je suis vraiment content, vous ne pouvez pas savoir à quel point, de voir que nous sommes le championnat [dans lequel il a brillé]", a confié ce dernier à Motorsport.com.

"Beaucoup de gens me disent 'ah, mais je savais que Lopez était super fort, je savais qu'il avait le potentiel pour être Champion du monde, je savais, c'était évident lorsque vous regardiez sa carrière en kart et en tant que pilote de développement Renault, c'était évident qu'il allait être Champion du monde un jour'", poursuit Ribeiro.

Adieux au WTCC fin 2016 ?

"D'accord, mais lorsque je l'ai rencontré pour la première fois en 2013, il ne courait qu'en Argentine et, au plan international, personne ne s'intéressait à lui. Personne. Je suis donc très heureux que le WTCC ait permis à Lopez de devenir un roi des voitures de tourisme, avec un profil international. Il le mérite, et je pense que c'est l'une des forces du Championnat du monde, de créer ses héros."

Après trois années pleines en WTCC, et alors que Citroën s'apprête à stopper son programme officiel dans le championnat, José Maria Lopez est pressenti pour quitter la série et rejoindre l'écurie DS Virgin Racing (la marque satellite du constructeur français) en Formule E, mais également l'équipe Toyota Racing dans le championnat WEC en 2017.

partages
commentaires
Chronique Yvan Muller - Du Mans à Vila Real
Article précédent

Chronique Yvan Muller - Du Mans à Vila Real

Article suivant

Esteban Guerrieri débutera en WTCC en Argentine

Esteban Guerrieri débutera en WTCC en Argentine
Charger les commentaires