Le Sébastien Loeb Racing a relevé le challenge

La structure française, également engagée en rallye ce weekend, a connu une entame de saison satisfaisante en WTCC, avec notamment une 2e place pour Bennani dans la course 1, alors qu'elle alignait pour la première fois trois Citroën privées.

Le Sébastien Loeb Racing a relevé le challenge
Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Tom Chilton, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Tom Chilton, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Tom Chilton, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Mehdi Bennani, Sébastien Loeb Racing, Citroën C-Elysée WTCC
Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing Citroën C-Elysée WTCC
Grégoire Demoustier, Sébastien Loeb Racing Citroën C-Elysée WTCC

Alors que la structure dirigée par Sébastien Loeb et Dominique Heintz avait découvert le WTCC l'an passé en engageant une C-Elysée pour Mehdi Bennani, son effectif se garnit cette saison de deux autres voitures de la marque aux Chevrons pour Tom Chilton et Grégoire Demoustier.

Tandis que la saison du WTCC s'ouvrait au Castellet, le SLR était présent dans le même temps sur les routes du Rallye d'Epernay - Vins de Champagne avec deux Peugeot 208 T16 et une Citroën DS3 R3 Max. Malgré ce programme pour le moins chargé, le Loeb Racing a eu la satisfaction de repartir du Var avec une bonne deuxième place au général, décrochée par Mehdi Bennani dans la course 1.

Le pilote marocain, 8e des qualifications, a su tirer profit de la grille inversée pour la course 2, et d'un bon envol qui le voyait sauter de sa 3e place à la deuxième position dans le sillage de la Honda du futur vainqueur, Rob Huff. S'il ne pouvait menacer le Britannique, Bennani se mettait hors d'atteinte de ses poursuivants pour décrocher son premier podium de la saison, et remporter la victoire dans le WTCC Trophy, le trophée des indépendants. S'il ne pouvait faire mieux que 8e dans la course 2, le Nord Africain empochait une nouvelle fois la victoire du côté des pilotes privés, sous les yeux de Sébastien Loeb lui-même, venu rendre visite à ses troupes.

"Le week-end a été bon", se réjouit Mehdi Bennani. "Un podium au général, deux victoires dans le trophée des Indépendants : on commence comme on avait fini au Qatar ! J’ai pris deux bons départs, même si le second aurait pu être meilleur car j’ai dû éviter Tom Coronel. D’une manière générale, le rythme était plutôt bon. Je pense que nous aurions pu viser un peu plus haut dans la deuxième course, mais compte tenu du résultat de la première manche, je ne voulais pas prendre trop de risques et risquer de tout perdre. Il faut aussi garder en tête que nous embarquions un lest de 80kg. Honnêtement, c’est difficile de faire mieux. Je suis content de ce premier week-end. Nous sommes en tête du WTCC Trophy et dans le bon wagon au général."

Premiers points pour Chilton et Demoustier

De son côté, Tom Chilton, qui s'était classé 13e des qualifications, a échoué aux portes des points (11e) dans la course 1, avant d'ouvrir son compteur pour sa nouvelle équipe dans la seconde manche (9e). Quant à Grégoire Demoustier, qui s'était invité à la fête lors des EL1 en signant le 3e meilleur temps absolu, le pilote français se qualifiait juste derrière son équipier Chilton, avant de conclure ses deux courses aux 10e et 13e rang, repartant avec un point de ce premier rendez-vous.

"Mener de front un triple engagement en WTCC et aligner trois voitures en rallye le même week-end était un sacré challenge", explique Dominique Heintz, directeur du Sébastien Loeb Racing. "Nous l’avons relevé avec une certaine réussite. Le WTCC Trophy était un objectif, avec dans un coin de l’esprit la possibilité de jouer les trouble-fêtes au général. C’est chose faite. Mehdi a été au rendez-vous avec déjà deux victoires et le podium scratch. Tom est en pleine découverte mais sa progression entre les deux courses montre son potentiel. Grégoire a aussi répondu présent avec un bon Top 10. Chacun des trois pilotes a goûté au podium, cela confirme que nous avons trois hommes capables de se battre aux avant-postes. Le Castellet est donc synonyme de satisfaction."

partages
commentaires
Honda se positionne en rival de Citroën

Article précédent

Honda se positionne en rival de Citroën

Article suivant

La chronique d'Yvan Muller - "Il n'y a aucune excuse à trouver..."

La chronique d'Yvan Muller - "Il n'y a aucune excuse à trouver..."
Charger les commentaires