Muller s'attend à des écarts réduits en début de saison

Le quadruple champion du monde de WTCC estime que les écarts seront serrés entre Citroën et la concurrence, lors des deux premières courses du championnat, comme il l'a confié à Motorsport.com.

Muller s'attend à des écarts réduits en début de saison
Yvan Muller, Citroën World Touring Car team
José María López, Citroën World Touring Car team Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
Yvan Muller, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
José María López, Citroën World Touring Car team Citroën C-Elysée WTCC
José María López, Citroën World Touring Car team Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller et Jose Maria Lopez avec la livrée 2016 de la Citroën C-Elysée
Yvan Muller, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team, Jose Maria Lopez, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
Yvan Muller, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team

Depuis son arrivée en WTCC en 2014, et alors qu'elle s'apprête à disputer sa dernière saison en tant qu'équipe officielle avant de quitter la discipline, l'équipe Citroën peut s'attendre à être talonnée par les autres équipes, comme l'explique Yvan Muller à Motorsport.com.

"On ne sait pas trop où se situe la concurrence, notamment Volvo, dont on ne connaît pas le niveau de performance. On sait en revanche que l'on va devoir embarquer 80kg de lest pour les deux premières courses, et ça, ça risque de nous calmer", commente le pilote français.

Après avoir aligné quatre C-Elysée officielles l'an passé dans le championnat, Citroën n'a maintenu que deux voitures d'usines en 2016, pour Yvan Muller et le double Champion du monde en titre José Maria Lopez. C'est une unité de moins que Lada, dont les trois Vesta officielles seront confiées à Gabriele Tarquini, Hugo Valente et Nick Catsburg, mais aussi que Honda, qui passe à trois Civic d'usine cette saison avec Tiago Monteiro, Rob Huff et Norbert Michelisz. Pour sa première saison dans la discipline, Volvo se cantonnera également à deux S60, pour Thed Björk, et Fredrik Ekblom.

"Évidemment, il y aura moins le côté armada que l'an passé", continue Muller. "Mais en pratique, cela ne va pas changer grand-chose. L'an passé, les données techniques n'étaient échangées qu'entre trois pilotes chez Citroën, avec encore Sébastien (Loeb). Son départ n'est pas vraiment une bonne chose, mais on peut penser qu'il sera compensé par l'expérience et la plus grande connaissance que l'on a de la voiture."

Alors qu'il s'apprête à aborder sa onzième saison en WTCC, Yvan Muller visera un cinquième titre mondial, lui dont l'avenir dans la discipline n'est pas défini après 2016. "À l'heure actuelle, ma vision s'arrête à 2016", poursuit Muller, également directeur de sa propre écurie en ELMS et en Championnat de France de Supertourisme. "Je commencerai à réfléchir à mon avenir cet été. Je suis à un stade de ma carrière où ne je m'affole plus pour mon avenir."

Si je n'avais pas été reconduit par Citroën, j'étais sur le point de signer pour une saison complète en championnat du monde de rallycross.

Yvan Muller.

"Si je n'avais pas été reconduit par Citroën, j'étais sur le point de signer pour une saison complète en Championnat du monde de Rallycross", confie Yvan Muller, qui avait pris part à des essais avec l'équipe Albatec Racing l'an passé. "Dès lors que Citroën a pris sa décision, et m'a proposé de poursuivre pour un an, j'ai choisi de rester avec eux pour leur dernière année en WTCC. Si l'on regarde ma carrière, je suis toujours resté dans les équipes d'usine jusqu'à la fin de leur programme officiel, que ce soit avec Vauxhall en BTCC, puis en WTCC avec Seat, puis Chevrolet."

partages
commentaires
Le NIKA Racing mise sur le jeune John Bryant-Meisner
Article précédent

Le NIKA Racing mise sur le jeune John Bryant-Meisner

Article suivant

Lopez - N'attendez pas Citroën devant en début de saison

Lopez - N'attendez pas Citroën devant en début de saison
Charger les commentaires