Nestor Girolami : "Un moment difficile"

Victime lui aussi d'une crevaison dans la Course d'Ouverture, qui l'a contraint à l'abandon, puis même à déclarer forfait pour la seconde manche, Nestor Girolami (Volvo) est l'autre grand déçu de la Nordschleife.

Après des débuts en fanfare à Marrakech (avec une deuxième place en qualifications puis une troisième place en course) pour ses débuts chez Volvo, Nestor Girolami a par la suite connu une série de déconvenues lors des courses suivantes.

À Monza, le pilote argentin a été contraint à l'abandon lors de la Course d'Ouverture après un accrochage dans le premier tour (il terminait cinquième de la Course Principale). En Hongrie, il était encore la victime innocente d'un contact entre son équipier Nick Catsburg et la Citroën de Rob Huff, étant contraint à l'abandon dans le premier tour de la Course Principale, après s'être classé cinquième de la première manche.

Sur la Nordschleife, le Sud-américain avait l'opportunité de prendre une petite revanche en s'élançant de la pole position pour la Course d'Ouverture (grille inversée) après s'être classé dixième des qualifications.

Après un bon départ, il conservait la tête mais son équipier Thed Björk le dépassait peu avant la dernière boucle. Mais, alors qu'il s'acheminait vers une précieuse deuxième place, "Bebu" Girolami était victime d'une crevaison à haute vitesse, sa S60 percutant violemment le rail.

S'il sortait indemne de l'accident, Girolami était contraint de déclarer forfait pour la Course Principale, sa Volvo ayant subi des dégâts trop importants. Une grosse déception, et surtout une grosse frayeur.

"C'était un moment difficile", a expliqué l'Argentin à Motorsport.com quelques heures après la course. "Si vous m'aviez demandé à quel virage je ne voulais pas sortir, j'aurais dit précisément celui-ci. C'est l'un des plus difficiles car il est presque à fond, environ 220 km/h, et surtout il est en aveugle, et si vous avez une crevaison à cet endroit c'est un gros problème."

"Les commissaires ont été très bons, ils ont mis de suite les doubles drapeaux jaunes, et tous les concurrents derrière moi ont ralenti. Je suis vraiment content que les pilotes du WTCC mais aussi de l'ETCC ont respecté cela."

Je n'ai pas attaqué fort, je ne suis pas monté sur les bordures, pour préserver mes pneus. Et cette m… est arrivée.

Nestor Girolami

"Mais je suis surtout déçu. Une nouvelle fois, nous avions la vitesse, nous avions l'opportunité de marquer beaucoup de points. Et comme à Monza, comme sur le Hungaroring, nous avons connu des problèmes. Des problèmes différents, certes, mais c'est comme ça, il n'y avait rien à faire, je n'y suis pour rien."

"En tant que pilote, vous voulez attaquer autant que vous pouvez. Mais dans cette course, nous savions qu'il y avait des problèmes avec les pneumatiques et j'ai vraiment été prudent dans le premier tour, je n'ai pas attaqué fort, je ne suis pas monté sur les bordures, pour préserver mes pneus."

"Et cette m… est arrivée, c'est difficile à comprendre. Nous avons les mêmes voitures [avec mes équipiers], les mêmes réglages, et nous avions même le même rythme en course. Thed [Björk] m'a passé et je n'ai pas voulu insister, je l'ai laissé filer, et cette crevaison est survenue. Je suis très déçu…"

Avec ce score vierge, Nestor Girolami décroche au championnat, occupant désormais un lointain neuvième rang, à quelques 75 points du nouveau leader, son équipier Nick Catsburg. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Événement Nürburgring
Circuit Nürburgring
Pilotes Nestor Girolami
Équipes Polestar Cyan Racing
Type d'article Interview
Tags accident, pneu