Toujours privé de victoire cette saison, Muller ne se formalise pas

Même s'il n'a plus retrouvé la plus haute marche du podium depuis novembre dernier, Yvan Muller demeure philosophe à l'heure d'aborder l'étape argentine du championnat, sur les terres de son équipier José Maria Lopez.

Toujours privé de victoire cette saison, Muller ne se formalise pas
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yvan Muller, Citroën World Touring Car Team, Citroën C-Elysée WTCC
Yves Matton, Citroën World Touring Car team

Vainqueur de l'ultime manche de la saison 2015 sur le circuit de Losail, au Qatar, en novembre dernier, Yvan Muller n'a plus eu l'occasion de revivre les joies de la victoire au volant de sa Citroën C-Elysée.

Le quadruple Champion du monde de la discipline a certes manqué de réussite lors de cette première partie de saison, avec notamment une pénalité pour départ anticipé au Castellet qui l'avait empêché de marquer des points, puis surtout son violent accrochage avec la Honda de Tiago Monteiro sur la Nordschleife, qui l'avait évidemment contraint à l'abandon lors de la première manche, mais également à déclarer forfait pour la deuxième course dans l'Eifel.

Par la suite, les Citroën, lourdement lestées, étaient loin du compte sur le Moscow Raceway, et ne pouvaient ensuite exploiter leur potentiel dans les rues de Vila Real, au Portugal, sur un circuit qui interdit tout dépassement en course.

Aujourd'hui cinquième du classement provisoire du championnat, loin, très loin (111 points) de son équipier José Maria Lopez qui a su lui éviter toutes les embûches, Yvan Muller a en revanche la deuxième place dans le viseur, ne pointant qu'à dix petits points du dauphin actuel, Tiago Monteiro.

Ce week-end, le championnat WTCC reprend ses droits, avec l'étape argentine du calendrier, sur le tracé de Termas de Rio Hondo, qui marque la reprise de la compétition après près d'un mois et demi de pause.

"C'est ma pire saison depuis que je suis en WTCC, définitivement", reconnaît Muller auprès de Motorsport.com. "Je n'ai jamais connu autant d'abandons, autant de mauvais résultats, mais c'est la course, c'est la vie".

"Bien entendu, je préfèrerais finir ma collaboration avec Citroën avec un titre, mais on ne peut pas faire à chaque fois ce que l'on veut dans la vie, c'est comme ça, ce n'est pas un drame, il y a des choses plus graves dans la vie".

En plus de faire face à incroyable manque de réussite, Yvan Muller doit également composer avec un équipier de tout premier plan, José Maria Lopez, double champion du monde et en route vers un troisième titre, et sûrement son équipier le plus performant depuis qu'il évolue en mondial de tourisme.

"Je ne peux pas dire que c'est le plus fort", poursuit Muller. "Bien entendu, il est l'un des meilleurs pilotes que j'aie connus, mais la période n'est pas la même. Il y a trois ans, j'étais meilleur que je ne le suis maintenant, et il y a six ans, j'étais encore meilleur qu'il y a trois ans. Je ne peux donc pas dire que Pechito est le meilleur ou le plus difficile à battre, mais il fait partie de l'un d'entre, c'est sûr".

Bien entendu, je préfèrerais finir ma collaboration avec Citroën avec un titre, mais on ne peut pas faire à chaque fois ce que l'on veut dans la vie, c'est comme ça, ce n'est pas un drame, il y a des choses plus graves dans la vie.

Yvan Muller.

Yvan Muller n'a pas encore communiqué quant à son avenir sportif à l'issue de cette saison, qui verra également l'arrêt du programme Citroën en WTCC. Alors que les volants officiels sont quasiment bouclés pour l'an prochain, le tricolore, qui gère par ailleurs sa propre équipe en ELMS, écarte toute possibilité d'évoluer dans une écurie privée.
 
"Je ne pense pas", explique-t-il. "Lorsque vous travaillez pour une équipe officielle pendant dix ans, c'est compliqué de revenir à une équipe privée. C'est possible, mais ce n'est pas ce que je recherche".
 
"Il y a des discussions avec d'autres constructeurs (en WTCC), il y a des discussions dans d'autres disciplines, mais comme je l'ai dit je ne veux pas penser à ça avant octobre. J'ai un âge assez élevé pour un pilote, et je suis assez âgé pour ne pas m'inquiéter pour mon futur".
 

Pour Yves Matton, Yvan Muller n'est pas à la position qu'il devrait occuper. "Bien sûr, ce n'est pas ce à quoi je m'attendais", a expliqué le directeur de Citroën Racing à Motorsport.com. "Pour moi, la réelle valeur d'Yvan, c'est de se battre pour le championnat. Il y a eu des situations malchanceuses depuis le début de la saison. Mais lors des deux dernières courses, il est revenu, et je suis confiant qu'Yvan est encore capable de faire le boulot, et de finir au moins deuxième du championnat."

Propos recueillis par Federico Faturos

partages
commentaires
Honda prêt à relever le challenge à Termas de Rio Hondo
Article précédent

Honda prêt à relever le challenge à Termas de Rio Hondo

Article suivant

Hugo Valente reste sur sa faim

Hugo Valente reste sur sa faim
Charger les commentaires