WTCC : Entretien avec François Ribeiro (3/3)

Suite et fin de l’entretien exclusif avec François Ribeiro, directeur d’Eurosport Events, promoteur du championnat du monde de supertourisme WTCC

Suite et fin de l’entretien exclusif avec François Ribeiro, directeur d’Eurosport Events, promoteur du championnat du monde de supertourisme WTCC.

On évoque de nouveaux constructeurs en WTCC dans les années à venir, comme Volvo ou Alfa Roméo. Ce sont des projets que l’on peut réellement évoquer ?

Il y a effectivement des projets en cours, pas forcément de la part de constructeurs que vous évoquez. Il faut savoir qu’il faut deux ans pour s’attirer un nouveau constructeur. Il faut un an pour la prise de décision, des premières visites sur les courses à la validation du board, puis un an pour le développement. Un constructeur a passé la première phase. Un deuxième se situe lui vers la fin de cette fameuse première phase. On peut donc s’attendre à avoir de nouvelles marques en WTCC d’ici fin 2015 et fin 2016.

De nouveaux pays vont-ils être visités par le WTCC dans un futur proche ?

On a déjà un retour en Allemagne avec les deux courses du Nürburgring, qui constitueront un vrai morceau de bravoure. On pourrait même avoir de nouveaux pays, encore jamais visités par le WTCC, et ce dès l’an prochain. Il est dans l’intérêt des constructeurs de se produire dans des pays au marché émergents, on a des demandes dans ce sens. L’Australie est exclue, car c’est trop loin, il y a déjà un championnat de tourisme ultra populaire là-vas, le V8 Supercars, et il n’existe pas de demande de la part de constructeurs impliqués en WTCC pour aller là-bas. Nous avons été contraints d’abandonner cette saison la course de Sonoma, en Californie, pour des raisons logistiques, mais nous comptons bien revenir en Amérique du Nord à brève échéance. A une condition cependant : qu’un pilote nord-américain soit présent dans notre championnat. Quant à Macao, à l'heure actuelle, rien n'est encore décidé, difficile de savoir aujourd'hui si nous y retournerons ou pas, tout est possible à l'heure où je vous parle...

Y aura-t-il des changements de format de course ou de qualification ?

Nous ne toucherons pas aux qualifications, le format est bon et il est parfait en tant que produit télé. Mais on n’exclut pas, dans un futur plus ou moins proche, de proposer des formats de courses spéciaux, ponctuellement sur des épreuves bien précises, comme on peut justement le retrouver en V8 Supercars avec la course de Bathurst, plus longue que les autres épreuves du calendrier. Initialement, nous voulions faire cela avec le Nürburgring, et présenter une épreuve unique, mais plus longue. Mais Yvan Muller nous l’a déconseillé, arguant du fait que les écarts risquaient de se creuser rapidement et que ce ne serait pas très attractif pour les spectateurs et les téléspectateurs, ce qui était très pertinent. Mais nous réfléchissons à appliquer ce genre de format dans le futur, à savoir non pas deux courses courtes mais une course unique, mais longue, sur des circuits « classiques » comme Suzuka, par exemple.

Pour conclure, on peut dire que vous êtes un organisateur heureux…

C’est vrai que, dans un contexte ou le sport automobile n’est pas spécialement sur une pente ascendante, voir un championnat comme le WTCC se développer et gagner en popularité de manière aussi nette, ce ne peut être que satisfaisant. Et les perspectives d’avenir sont bonnes, alors j’ai bon espoir que cela continue sur cette voie !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Pilotes Yvan Muller
Type d'article Actualités