WTCC - Les équipes privées ne seront pas oubliées

Avec les nombreux changements dans la réglementation technique et l'arrivée d'un poids lourd comme Citroën chez les constructeurs, le WTCC va entrer cette année dans une nouvelle ère

Avec les nombreux changements dans la réglementation technique et l'arrivée d'un poids lourd comme Citroën chez les constructeurs, le WTCC va entrer cette année dans une nouvelle ère. Pour autant, près de dix ans après sa renaissance, le Championnat du Monde des voitures de tourisme devra aussi savoir conserver une partie de ce qui a fait son identité au cours des dernières années.

C'est ce qu'a expliqué François Ribeiro, qui a pris la direction de la catégorie en succédant à Marcello Lotti. Si l'arrivée de Sébastien Loeb et la lutte au sommet déjà annoncée entre Citroën et Honda devraient tenir le haut du pavé, Ribeiro insiste sur la nécessité de tout faire conserver les équipes privées dans la catégorie.

"Je pense qu'en voyant 16 nouvelles voitures prendre la piste, nous allons réaliser collectivement que c'est une nouvelle étape, une nouvelle ère", confirme-t-il dans les colonnes d'Autosport. "Je me souviens de la grille 2007 au Brésil. Nous avions 20 pilotes et presque tous étaient des professionnels avec des équipes d'usine. Les privés représentaient une petite partie de la grille."

"La crise financière a frappé la série, mais le championnat a continué à se développer car nous avons aidé les équipes privées à rester compétitives. C'est quelque chose que nous avons l'intention de poursuivre fortement. Les constructeurs viennent et repartent, et quand ils partent ils ne se soucient pas de ce qu'ils laissent derrière eux. Les équipes comme ROAL, Bamboo, Campos sont le cœur du métier en WTCC. C'est important de les garder."

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Pilotes Sébastien Loeb , Marcello Lotti
Type d'article Actualités