Alonso nous dit tout avant le GP du Japon (Partie 2)

Q

Q. (Livio Oricchio – O Estado de Sao Paulo) Nous avons lu sur inernet ces derniers jours que Jean Todt disait avoir compris ce qu’étaient les règles du jeu lorsque Fisichella s’est mis à vos côtés, ce qui a empêché Michael de pouvoir vous doubler lui et Fisichella. Il a dit que peut être ce n’était pas une manœuvre correcte. Qu’en pensez-vous ?

FA : Je crois que ce qu’il a fait dans son tour est normal car je ne vois pas ce qu’il veut dire, Fisichella a essayé de me dépasser, et le fait que nous étions côtes-à-côtés dans la ligne droite était pour pouvoir me dépasser, il n’y a pas eu de jeu d’équipe, c’est même le contraire.

Q. (Ed Gorman – The Times) Fernando, pensez-vous toujours que certaines personnes dans le Renault F1 Team souhaitent que vous ne gagniez pas le championnat Pilotes ?

FA : Toute l’équipe, tout le monde est vraiment concentré sur le championnat, nous avons mené le championnat quasiment toute la saison et maintenant à deux courses de la fin, tout le monde est plus motivé et l’ambiance au sein de l’équipe est super. Pour moi ce sont mes deux dernières courses avec eux et chaque personne se concentre vraiment sur le championnat.

Q. (Ed Gorman – The Times) Mais vous avez dit ou fait mine de dire, en Chine pour être exact, que certaines personnes de l’équipe selon vous ne voulaient pas que vous réussissiez à remporter le championnat Pilotes mais qu’ils voulaient le Constructeurs…

FA : Non, non… Bien entendu, pour l’équipe, le plus important c’est le Constructeurs mais ils veulent remporter les deux. C’est sûr…

Q. (Kevin Garside – The Daily Telegraph) Vous avez dit qu’à deux reprises vous vous étiez battu avec votre coéquipier alors que cela aurait sans doute était mieux que cela ne soit pas le cas… Avez-vous mis cela au clair avec l’équipe ? Et êtes-vous convaincu que cela ne se reproduira pas ?

FA : Pas vraiment. Je pense que l’approche pour une course est toujours d’essayer de gagner et c’est ce pourquoi toutes les équipes sont là. Parfois vous avez un problème et les équipes essaient alors de gagner avec d’autres pilotes car c’est ce pourquoi elles sont là… Mais comme je l’ai dit, parfois si la bataille est si serrée au championnat la frustration est encore plus grande…

Q. (Sal Zanka – AP) Fernando, Michael et vous avez dit à plusieurs reprises que cela se jouerait au niveau des pneumatiques. Pensez-vous que cela soit normal que le titre Pilotes se décide par un technicien qui travaille le caoutchouc ?

FA : Je crois que c’est la Formule 1 et c’est bien plus que cela. Oui nous avons dit cela car la différence apportée par les pneumatiques sur la voiture est plus importante que celle de tous les autres modifications et maintenant avec les voitures a leur niveau de développement maximum et à leur optimal de performance, les deux ou trois dixièmes que vous pouvez trouver dans les pneus en un week end peuvent vous faire gagner ou perdre et je crois que c’est ce que nous pensions en disant cela, que nous étions dominés par les pneus, que ce serait le facteur clé de cette saison dans les dernières courses mais depuis le début de saison, le championnat est très long et il faut avoir un point de vue plus général sur le championnat, en 18 courses, vous devez être constamment sur le podium et vous devez vous montrer performants tout au long de la saison et ça ce n’est pas qu’une histoire de pneus et je crois que c’est honnête car la Formule 1 est une discipline technologique mais c’est surtout un sport mécanique et être dans les mains de Michelin ou de Bridgestone est à peu près normal.

Q. (Felipe Motta – Radio Panamericana) Fernando, en considérant que la Chine n’est pas comme Monaco ou la Hongrie et qu’il y a de nombreux points de dépassements possibles, croyez-vous que à ce moment Giancarlo aurait pu maintenir Schumacher derrière vous ?

FA : Je ne sais pas et je ne veux pas polémiquer là-dessus. J’ai seulement dit que de mon point de vue je pouvais tout à fait comprendre la position de l’équipe et comment la course s’est déroulée. Je suis content de ma seconde place et j’ai perdu la course car je n’étais pas dans le rythme pendant 10 tours mais à côté de cela, vous savez, j’ai peut être aussi un autre sentiment à l’intérieur de moi.

Q. (Ed Gorman – The Times) Si Michael gagne ici et que vous ne terminez pas, c’est terminé. Est-ce que cela va affecter votre approche de la course ?

FA : Non pas du tout. Je crois que nous avons beaucoup de choses à risquer, nous devons aborder la course en pensant au maximum de performance et en tirant le maximum de la voiture et si il se passe ce moment malheureux que nous terminons pas course il faut faire en sorte que Michael ne gagne pas car le championnat est terminé mais dans tous les cas si je ne termine pas ici ou au Brésil le championnat sera terminé. Nous devons terminer les deux courses, en tête de Michael et c’est ce que nous avons à faire. Ce n’est pas facile mais ce n’est pas impossible.

Q. (Yuuki Ishihara – Tokyo Sankei Sports) J’ai une question pour Fernando encore. Vous venez de dire que Suzuka est fantastique mais vous avez couru ici quatre fois et vous n’avez jamais gagné. Pensez-vous qu’il y ait une raison à cela ?

FA : En 2004 les qualifications ont eu lieu sur le mouillé et je suis parti en 12ème position, en 2005, encore des qualifications sur le mouillé, comme les quatre dernières voitures sur la grille et je suis parti en 16ème position et bien sûr le manque de réussite en qualifications et le fait de partir de la 10ème place voire plus loin n’aide en rien ici à Suzuka donc normalement avec des qualifications normales et une voiture compétitive je peux essayer de changer cela cette fois.

Source : RenaultF1.com

Rejoignez un grand projet !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jean Todt
Type d'article Actualités