Michelin avait des doutes sur la l?galit? de Bridgestone

Renault et Michelin ont parlé à la FIA aujourd'hui, après la course de Monza, à propos de leurs doutes sur la légalité des pneus Bridgestone des Ferrari

Renault et Michelin ont parlé à la FIA aujourd'hui, après la course de Monza, à propos de leurs doutes sur la légalité des pneus Bridgestone des Ferrari. Mais l'équipe et le manufacturier de pneus français ont déclaré être satisfaits de la réponse apportée par la FIA.



Alors que la Terre entière était concentrée sur l'annonce du retrait de Michael Schumacher, des représentants de Renault et Michelin sont allés voir le délégué technique de la FIA Charlie Whiting, avec des questions à propos des Bridgestone.



Pat Symonds (Renault) et Nick Shorrock (Michelin) pensaient que les pneus Bridgestone avaient pu être traités par des éléments chimiques avant d'être chaussés sur les voitures.



Appliquer un spray chimique sur les pneus pouvait les rendre très "collants", pour une meilleure adhérence lors du premier tour, avant de révéler la gomme dure, plus appropriée pour les longues distances.



Une telle action enfreindrait l'Article 73B du Règlement Sportif de la Formule 1, qui décrit :



"

Chaque fournisseur de pneus fera en sorte de ne fournir pas plus de deux spécifications de pneus secs à chaque équipe pour chaque course, chacun d'entre-eux devant être composé d'un seul composant homogène. Toute modification ou traitement autre que le réchauffement, appliqué à un ou plusieurs pneus, sera considéré comme un changement de spécification.

"



D'après les sources, les doutes de Symonds et Shorrock on été soulevés par une photo d'un ingénieur pneumatique de Bridgestone obtenue par Michelin.



Le cliché montrait un ingénieur portant des gants, un tablier protecteur et des lunettes de protection, le type d'équipement porté lors d'interventions chimiques dangereuses.



Mais après avoir parlé avec Whiting au soir de la course, le problème fut vite résolu. Il fut mis en avant que l'ingénieur portait ces habits pour se protéger des particules de gomme dans l'air, s'échappant des pneus qui sont coupés après utilisation pour inspection interne de la structure du pneu.



Shorrock s'est dit être satisfait de la réponse.



"

Nous avons posé quelques questions à propos de ce qu'il se passait. Nous sommes contents avec l'explication, le problème est donc réglé maintenant

", conclue Shorrock.

Rejoignez un grand projet !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités