Après deux crevaisons, Loeb n'avait "pas le droit à l'erreur"

Sébastien Loeb a connu une première étape perturbée par deux crevaisons sur le Dakar 2022 mais émerge comme le premier poursuivant de Nasser Al-Attiyah à ce stade.

Après deux crevaisons, Loeb n'avait "pas le droit à l'erreur"

"Pouah… c'était vraiment pas simple !". Les mots lâchés par Sébastien Loeb à l'arrivée de la première véritable spéciale du Dakar, ce dimanche, traduisent un premier acte compliqué. Et pourtant, le pilote BRX Prodrive a finalement passé une bonne journée, qui le hisse au deuxième rang du classement général à une douzaine de minutes du leader Nasser Al-Attiyah. Et derrière, nombreux sont les gros bras qui ont soit rencontré des problèmes – à l'instar de Stéphane Peterhansel – ou commis des erreurs de navigation coûtant très cher en temps.

Cette première étape s'avère donc concluante pour Sébastien Loeb et son copilote Fabian Lurquin, mais la première partie de journée avait pourtant envoyé un sérieux avertissement aux deux hommes. Véritable cauchemar l'an dernier, les crevaisons ont ainsi déjà rappelé à l'ordre l'équipage.

"Deux crevaisons avant la neutralisation", précise Sébastien Loeb. "Donc la deuxième partie, je n'avais pas le droit à l'erreur. Nasser nous a rattrapés, je roulais un peu cool, et puis finalement quand on est derrière, c'est un peu plus simple. Et puis en plus c'est devenu très sablonneux, il n'y avait plus de cailloux, donc je me suis dit qu'on allait quand même continuer à rouler sur un bon rythme. Finalement, on arrive au bout dans des circonstances bien meilleures que lorsqu'on était à la neutralisation."

"Ce n'est que la première étape, qui n'était pas annoncée comme une des plus difficiles, je pense qu'il va vraiment falloir être concentrés. On va faire aussi bien que possible. C'est trop tôt pour jouer différemment. Il va falloir prendre le bon rythme, et essayer d'éviter les crevaisons parce que malgré le fait d'être passés en grosses roues, sur ce type de terrain ça peut crever quand même. Il faut être un peu méfiant sur les endroits piégeux, trouver le bon rythme sur le reste, et puis on verra bien."

On voit qu'ils se permettent de couper, quitter la piste, revenir dessus, tout le temps sur un gros rythme.

Sébastien Loeb

Le changement de réglementation avec l'arrivée de la catégorie T1+ doit théoriquement permettre aux autos comme le Hunter d'être mieux armées, avec des roues désormais plus larges, mais les premières portions rocailleuses ont déjà pris des airs de piqûre de rappel. Pour l'heure, Sébastien Loeb n'est pas inquiet mais admet devoir se pencher sur le sujet.

"La voiture était performante", souligne l'Alsacien. "Pas de vrais problèmes à part ces deux crevaisons. Il faut que l'on vérifie si l'on roule avec la bonne pression, peut-être ajuster quelque chose au niveau des amortisseurs aussi, mais il n'y a pas de problème majeur. La voiture était bonne. Une des deux [crevaisons] oui, j'ai senti une pierre que je n'avais pas vue. La seconde était dans une section neutralisée, car il y a beaucoup de motos autour et on doit les éviter. Et j'ai dû heurter une pierre quelque part."

En ce début de rallye, Sébastien Loeb devient de facto le premier poursuivant d'un Nasser Al-Attiyah au statut de favori très renforcé. En suivant le Qatari, le nonuple Champion du monde des Rallyes a eu confirmation de la grande aisance du pilote Toyota. "Ils sont forts", confirme-t-il." Il y a lui mais il y a les deux en fait [Nasser Al-Attiyah et Matthieu Baumel]. On les voit, on suit sur notre roadbook, on voit qu'ils se permettent de couper, quitter la piste, revenir dessus, tout le temps sur un gros rythme. C'était beau à voir."

À ce stade, ce premier Dakar avec à ses côtés Fabian Lurquin débute sur une bonne note. "Franchement, ça se passe bien", résume Sébastien Loeb. "On n'a pas fait d'erreur de navigation. C'est vrai que sur la fin, on a suivi Nasser, mais Fabian suivait son roadbook et anticipait, et je pense qu'on aurait pris à peu de choses près la même trace. Est-ce qu'on se serait perdus ou pas ? Je ne pense pas, parce que franchement, on était très clairs sur la navigation."

Lire aussi :

partages
commentaires
L'étape marathon du Dakar 2022 supprimée
Article précédent

L'étape marathon du Dakar 2022 supprimée

Article suivant

Peterhansel tentera de repartir lundi

Peterhansel tentera de repartir lundi
Charger les commentaires