Malgré son abandon, Alonso a "retrouvé l'excitation"

Fernando Alonso a ressenti l'adrénaline au Grand Prix de Bahreïn, pourtant bien loin de la bataille pour la victoire.

Malgré son abandon, Alonso a "retrouvé l'excitation"

Malgré un résultat fort décevant au Grand Prix de Bahreïn, avec un abandon peu après la mi-course, Fernando Alonso avait le sourire pour son retour officiel en Formule 1 après deux ans d'absence. Le pilote Alpine n'a pourtant clairement pas eu de réussite, contraint à l'abandon par des débris qui ont provoqué la surchauffe des ses freins. "J'espérais finir la course et ça n'a pas été possible, mais nous avons eu des problèmes", déplore-t-il. "Au final, les freins ont été la cause de l'abandon, mais avant ça, nous avons aussi eu un problème avec les batteries en ligne droite, c'était donc une course difficile."

Lire aussi :

Alonso a cependant connu un début de course passionnant. Neuvième sur la grille de départ, l'Espagnol a pris l'avantage sur son compatriote Carlos Sainz au premier tour avant de profiter de l'accrochage de Gasly avec Ricciardo pour grappiller une position supplémentaire, septième. La suite a été plus compliquée, Alonso se faisant dépasser par Stroll et Sainz avant de rétrograder davantage dans le peloton, doublé par Pérez et Vettel notamment, mais il a quand même pris du plaisir.

"J'ai retrouvé l'excitation", affirme-t-il. "Ces premiers tours à se battre avec les autres voitures… Je ne sais pas comment l'expliquer. C'est un peu une poussée d'adrénaline. Même si ce sont les voitures devant soi qui se battent, on ressent de l'excitation et le cœur bat plus vite. C'est dommage que nous n'ayons pas pu rester en piste un peu plus longtemps et finir la course, mais les points n'étaient peut-être pas possibles aujourd'hui, ou bien ça allait être un peu juste."

Alonso est en tout cas lucide quant à son niveau de performance. Tout double Champion du monde qu'il est, il n'a eu qu'une journée et demie d'essais hivernaux pour préparer son retour au volant de l'Alpine A521. "Je n'étais pas à 100%, j'en suis sûr", reconnaît-il. "Il y a des petites choses, des erreurs que je n'ai cessé de faire lors des essais et de cette première course, mais j'espère être plus performant pour la deuxième et la troisième."

"Je pense que je manque encore de temps dans la voiture. Je pense que tous les pilotes qui ont changé d'équipe, que ce soit Carlos [Sainz], Ricciardo, Vettel, on voit qu'ils ont besoin de temps. Vettel doit s'habituer à certaines caractéristiques de la voiture ; Ricciardo aux freins, comme il l'a dit après les essais ; Carlos aussi, dans quelques courses, pourra tirer 100% de la voiture. Pour moi, imaginez ça multiplié par deux ans et demi [d'absence]. C'est normal qu'avec le temps les choses s'améliorent. Je ne peux pas dire avec certitude à quoi je dois consacrer plus de temps, mais je suis sûr que dans cinq ou six courses, je serai plus à l'aise qu'aujourd'hui."

partages
commentaires
Ocon : Vettel est "venu s'excuser après la course"

Article précédent

Ocon : Vettel est "venu s'excuser après la course"

Article suivant

Stats Bahreïn 2021 - Hamilton poursuit sa moisson de records

Stats Bahreïn 2021 - Hamilton poursuit sa moisson de records
Charger les commentaires
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021