Alfa Romeo a "perdu une demi-journée" à Barcelone

La première journée des essais hivernaux 2022 n'a pas commencé idéalement pour Alfa Romeo puisque l'écurie n'a pu boucler que neuf tours en quatre heures, la faute à divers problèmes qui ont cloué Robert Kubica au stand.

Robert Kubica, Alfa Romeo C42
Robert Kubica, Alfa Romeo C42
1/7

Photo de: Alfa Romeo

Robert Kubica, Alfa Romeo C42
Robert Kubica, Alfa Romeo C42
2/7

Photo de: Alfa Romeo

Robert Kubica, Alfa Romeo C42
Robert Kubica, Alfa Romeo C42
3/7

Photo de: Alfa Romeo

Robert Kubica, Alfa Romeo C42
Robert Kubica, Alfa Romeo C42
4/7

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Robert Kubica, Alfa Romeo C42
Robert Kubica, Alfa Romeo C42
5/7

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Robert Kubica, Alfa Romeo C42
Robert Kubica, Alfa Romeo C42
6/7

Photo de: Carl Bingham / Motorsport Images

Robert Kubica, Alfa Romeo C42
Robert Kubica, Alfa Romeo C42
7/7

Photo de: Alfa Romeo

Charger le lecteur audio

Alfa Romeo reste la seule équipe qui, alors que viennent de débuter les essais hivernaux, n'a pas présenté officiellement sa monoplace 2022. Pourtant, celle-ci avait déjà été aperçue par Motorsport.com du côté de Fiorano et a donc pris la piste ce mercredi matin à Barcelone pour le début des essais d'avant-saison. Elle arborait sa livrée camouflage déjà vue lors du shakedown.

Mais encore plus efficace qu'une tenue de camouflage pour passer inaperçu, il y a le fait de ne pas rouler beaucoup. Et de ce côté-là, l'illusion a été quasiment parfaite : en quatre heures, la C42 pilotée par Robert Kubica a bouclé un total de neuf tours, en signant le moins bon temps de la demi-journée, la faute à divers problèmes qui ont empêché d'accumuler de précieux kilomètres et informations.

S'exprimant au moment de la pause, avant une reprise du roulage à 14h, Valtteri Bottas étant désormais attendu dans la monoplace, Kubica n'a pas caché que son écurie avait "perdu" cette matinée de tests. "Oh, normalement, quand vous ne faites pas beaucoup de tours, cela signifie qu'il y a des problèmes, donc oui, nous avons souffert de quelques problèmes, je dirais. Les gars ont fait un bon travail pour en résoudre un. Mais ensuite, quand nous avons commencé à faire un peu plus de tours, nous avons découvert un autre problème, que j'avais déjà rencontré lors de l'installation dans l'atelier. Nous pensions qu'il était résolu, mais il semble qu'il ne le soit pas, donc oui, nous avons perdu une demi-journée malheureusement."

Lire aussi :

"C'est un peu dommage parce que oui, je n'ai fait que deux tours, même avec un rythme moins élevé, et c'était, vous savez... J'ai eu un peu d'apéritif et j'en voulais un peu plus, mais c'est le jeu et j'espère que nous pourrons faire quelques tours de plus avec Valtteri dans l'après-midi, car je pense que la voiture fonctionnera bien après ce matin. Espérons que nous pourrons récupérer un peu de retard et au moins faire quelques tours pour découvrir notre nouveau bébé."

Interrogé sur ses sensations après ces quelques tours, il a expliqué : "Je n'ai pas fait de tour complet, donc on ne peut sentir la voiture qu'une fois qu'elle est à son rythme. Donc oui, le feeling n'était pas trop mauvais une fois que nous avons résolu un problème, ce qui nous a coûté toute la matinée. Mais ensuite, sur le tour de sortie, quand un problème a été résolu, le second est apparu. J'ai donc essayé de faire deux tours de plus, juste pour avoir un peu de sensation, surtout que je ne serai plus dans la voiture. Mais malheureusement, encore une fois, nous avons eu un autre problème [et] je ne pouvais pas vraiment piloter correctement."

En effet, après cette matinée frustrante pour lui, Kubica n'aura a priori pas l'opportunité de retrouver le baquet de l'Alfa cette semaine, puisque Guanyu Zhou entrera à partir de ce jeudi dans la danse. "Eh bien, je pense qu'il faudra du temps avant que j'aie l'occasion de piloter à nouveau, donc c'est dommage. Mais oui, c'est comme ça", a-t-il conclu.

partages
commentaires

LIVE - Suivez les essais F1 2022 de Barcelone en direct

Hamilton : La FIA doit avoir "des commissaires objectifs"