Bilans Saison 2018
Dossier

Bilans Saison 2018

Bilan 2018 - Hülkenberg, condamné aux coups d'éclat

Nico Hülkenberg a brillé au volant d'une Renault qui n'était pourtant que la cinquième meilleure monoplace du plateau en moyenne, mais ses nombreuses places d'honneur ne compensent pas le podium qui lui échappe désespérément.

Bilan 2018 - Hülkenberg, condamné aux coups d'éclat

Nico Hülkenberg a désormais disputé 156 Grands Prix en Formule 1, mais malgré 43 tours en tête, malgré 31 arrivées dans le top 6 tout au long de sa carrière, il conserve ce record peu enviable du nombre de courses sans podium.

Lire aussi :

L'Allemand de 31 ans s'est pourtant montré à son avantage par rapport à son coéquipier Carlos Sainz, notamment en qualifications, où si l'on prend en compte à chaque Grand Prix la dernière séance où les deux hommes ont fait un chrono, Hülkenberg lui inflige un 14-7 avec un écart moyen de 0"105 à son avantage.

En course, ses coups d'éclat sont innombrables : Hülkenberg est entré dans le top 6, théoriquement "réservé" aux trois top teams, à six reprises ! Surtout, il a franchi la ligne d'arrivée en tête du "milieu de tableau" six fois également : à Shanghai, Montréal, Silverstone, Hockenheim, Austin et Mexico. Aucun de ses concurrents directs n'y est parvenu plus de trois fois. Certes, le pilote Renault n'avait jamais une énorme avance sur la concurrence dans les cas que nous venons de citer, mais il n'empêche qu'il répond généralement présent.

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS 18

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS 18

Photo de: Andy Hone / LAT Images

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team

Photo de: Jerry Andre / Sutton Images

En revanche, et le contraste est marquant, Hülkenberg est également le concurrent qui a parcouru le moins de tours cette saison – 936, soit 74% des tours possibles – même si avec sept abandons, il n'égale pas Daniel Ricciardo et Fernando Alonso (huit chacun).

Ce n'est pas un hasard si ces trois hommes avaient une unité de puissance Renault dans le dos, celle-ci ayant continué à montrer des signes de faiblesse en 2018. Hülkenberg a notamment été victime d'une panne de turbo alors qu'il était neuvième en Autriche et d'une surchauffe moteur quand il évoluait au 11e rang au Brésil.

Cependant, le fer de lance du Losange a parfois été (au moins en partie) responsable de ses mésaventures. Tout d'abord avec sa sortie de piste à Bakou alors qu'il était cinquième et que s'annonçait une course chaotique avec un beau résultat à accrocher.

Certes, Hülkenberg ne pouvait rien faire dans le chaos provoqué par Romain Grosjean au départ du Grand Prix d'Espagne, mais c'est lui qui a causé le carambolage au premier virage à Spa-Francorchamps, et l'accrochage avec Grosjean à Abu Dhabi était probablement évitable. À tel point qu'à l'issue de sa huitième saison en Formule 1, Hülkenberg est dans le top 5 historique pour le nombre d'abandons au premier tour, aux côtés de Jarno Trulli, Rubens Barrichello, Andrea de Cesaris et Kimi Räikkönen !

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, descend de sa monoplace arrêtée en piste

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18, descend de sa monoplace arrêtée en piste

Photo de: Glenn Dunbar / LAT Images

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18 sort large avant son accident

Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18 sort large avant son accident

Photo de: Jerry Andre / Sutton Images

Le plus impressionnant est sans doute le fait que Hülkenberg n'a jamais été nettement dominé par Sainz en course, n'ayant été clairement plus lent qu'à Monza et à Singapour. Pourtant, malgré une campagne convaincante, la frustration demeure de ne pas pouvoir se battre aux avant-postes. Les progrès de Renault sont néanmoins évidents et personne n'en est davantage conscient que le pilote d'outre-Rhin, septième du championnat avec 69 points à son actif – c'est plus que les 65 unités engrangées par le Losange lors des saisons 2016 et 2017 réunies !

La dernière marche à monter est toutefois la plus grande : le rythme de la Renault R.S.18 correspondant à 102,137% du meilleur temps de chaque week-end, en moyenne, contre 100,1% à 100,8% pour Mercedes, Ferrari et Red Bull. Surtout, il faudra composer avec la présence à ses côtés du plus redoutable coéquipier qu'il ait jamais eu : Daniel Ricciardo.

Le bilan de Renault
 
partages
commentaires
Bilan 2018 - Ericsson, une saison dans l'ombre

Article précédent

Bilan 2018 - Ericsson, une saison dans l'ombre

Article suivant

F1 TV, le produit phare qui ne peut pas se rater de nouveau en 2019

F1 TV, le produit phare qui ne peut pas se rater de nouveau en 2019
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021