Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
22 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
29 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
43 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
78 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
91 jours
04 juin
-
07 juin
EL1 dans
106 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
114 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
127 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
134 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
148 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
162 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
190 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
197 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
211 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
218 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
232 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
247 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
254 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
268 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
281 jours
Bilans Saison 2019
Dossier

Bilans Saison 2019

Bilan 2019 - Le chemin de croix de Grosjean

partages
commentaires
Bilan 2019 - Le chemin de croix de Grosjean
Par :
15 déc. 2019 à 16:17

Sur le papier, Romain Grosjean vient de boucler sa pire saison en Formule 1 depuis ses débuts en 2009 chez Renault. Pourtant, la situation du Français paraît moins obscure qu'il y a un an à pareille époque.

Tout avait commencé comme dans un rêve, avec de grandes ambitions concrétisées par une performance à la hauteur lors des qualifications du Grand Prix d'Australie. Et alors que tout le monde avait en tête le psychodrame de Melbourne 2018, sur fond de romance "by Netflix" pour le rappeler, l'invraisemblable s'est reproduit. Lors de la manche d'ouverture, Haas a ainsi gâché ce qui aurait probablement été son meilleur résultat de l'année, à cause de nouvelles erreurs incompréhensibles, notamment dans les stands.

Malgré cet écart, on pouvait légitimement penser l'écurie américaine en mesure de maintenir un niveau de performance intéressant. La VF-19 avait l'allure d'une monoplace prétendante au surnom de "meilleure des autres". Oui mais voilà, deux éléments clés sont passés par-là : la maîtrise délicate des pneus Pirelli pour certaines équipes, suivie d'un égarement insensé de Haas dans le développement de sa monture.

Lire aussi :

Dès lors, tout est allé de mal en pis. L'apport d'évolutions sur l'auto n'a guère permis aux pilotes de briller, hormis peut-être en Espagne, avant que le délitement des résultats ne devienne une tendance irréversible. Avant la trêve estivale, seule la course rocambolesque de Hockenheim a permis à Romain Grosjean de renouer avec les points : sa septième place restera malheureusement son ultime apparition dans le top 10, avant une deuxième partie de saison digne d'un chemin de croix.

Le supplice a pourtant été marqué par plusieurs coups d'éclat le samedi, Grosjean parvenant plus qu'à son tour à intégrer la Q3. Mais trop souvent, le rythme sur les longs relais s'est effondré. Une rengaine qui ne s'est pas produite à Interlagos, mais il fallait que l'intervention de la voiture de sécurité vienne ruiner le bon week-end de l'ex-pilote Lotus...

L'expérience a convaincu Haas

Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-19

Au milieu de cet océan de morosité, Grosjean a toutefois réussi à sauver sa place. En balance avec Nico Hülkenberg, il s'est toujours montré confiant avant la prise de décision de son écurie, assurant qu'il se sentait bien plus menacé un an plus tôt. Il est vrai que les erreurs vues en 2018 ont été gommées, si l'on excepte cette boulette dans les stands de Silverstone, en essais libres. L'assurance de rester le coéquipier de Kevin Magnussen en 2020, c'est en interne qu'il est allé la chercher, démontrant ses compétences et la qualité de ses remontées d'informations aux ingénieurs.

Premier à manifester ses doutes lors de l'introduction des évolutions aéro, Grosjean n'a d'abord pas été écouté. Lorsque ce fut le cas, son patron Günther Steiner ayant fait amende honorable, il a su faire pencher la balance vers un choix radical : celui de revenir à la configuration du début de saison sur la monoplace afin de démontrer que le développement était allé de travers. Ce fut une réussite, non pas sur le plan des résultats, mais dans la manière de prouver aux techniciens que le pilote avait vu juste. Au sortir d'une saison aussi pénible, Haas a certainement voulu s'appuyer sur les qualités de metteur au point et sur l'expérience de Grosjean pour ne pas reproduire les mêmes erreurs dans le futur.

Cette saison en enfer, avec une triste 18e place au championnat et seulement huit points marqués, peut-elle s'avérer bénéfique pour l'avenir, tel un mal pour un bien ? Grosjean en a la conviction. Au moins aura-t-il les moyens de prouver qu'il ne s'est pas trompé en redressant la barre la saison prochaine, si son écurie en fait autant. Si ce n'est pas le cas, la carrière du tricolore en Formule 1 pourrait en revanche basculer du mauvais côté.

Ces bilans 2019 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Bilan Haas 2019
 

Article suivant
L'infraction de Ferrari à Abu Dhabi restera un mystère

Article précédent

L'infraction de Ferrari à Abu Dhabi restera un mystère

Article suivant

Quand Villeneuve promettait un retour facile à Schumacher

Quand Villeneuve promettait un retour facile à Schumacher
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean Boutique
Équipes Haas F1 Team
Auteur Basile Davoine