Bilans Saison 2021
Dossier

Bilans Saison 2021

Bilan 2021 - Carlos Sainz, un matador qui n'a pas à rougir de honte

Après deux excellentes années passées chez McLaren, Carlos Sainz a eu pour mission en 2021 de redorer le blason de la Scuderia Ferrari, une tâche bien difficile compte tenu de la saison 2020 exécrable de l'équipe. Pourtant, le pilote espagnol a relevé ce défi avec brio.

Bilan 2021 - Carlos Sainz, un matador qui n'a pas à rougir de honte

Ces bilans 2021 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Le Smooth Operator avait pris une route bien cabossée fin 2020 en quittant McLaren, alors troisième force du plateau, pour une équipe Ferrari en pleine crise et acquise à la cause de Charles Leclerc. Les craintes de voir l'étoile espagnole s'éteindre étaient donc grandes et, compte tenu du délai très court pour s'adapter à sa nouvelle monture, les prédictions de Sainz et de son patron, Mattia Binotto, n'étaient pas fameuses.

Et les premiers Grands Prix leur ont donné raison. En dépit de bons chronos en qualifications, Sainz accusait le coup en course – la faute à un certain manque d'agressivité dans les premiers tours qui tranchait nettement avec la glorieuse époque McLaren – et comptait bien souvent plusieurs secondes de retard sur Leclerc en franchissant la ligne d'arrivée.

Finalement, l'Espagnol est parvenu à renverser la vapeur au moment le plus inattendu : le Grand Prix de Monaco, l'épreuve la plus difficile de l'année. L'Espagnol était particulièrement à l'aise dans les rues de la Principauté, signant le deuxième temps dans toutes les séances d'essais libres et ayant le rythme pour décrocher la pole position le samedi. Sa dernière tentative en Q3 ne fut pas complétée en raison de l'accident aux lourdes conséquences de son coéquipier. Toutefois, Sainz a su essuyer les larmes de la Scuderia en offrant le premier podium de l'équipe depuis celui de Sebastian Vettel au Grand Prix de Turquie 2020.

Carlos Sainz célèbre sa deuxième place avec ses mécaniciens

Carlos Sainz célèbre sa deuxième place avec ses mécaniciens

Cette deuxième place sur le Rocher a eu l'effet d'un électrochoc pour Sainz puisqu'au cours des manches suivantes, il a davantage devancé Leclerc en qualifications comme en course, et s'est même permis d'attaquer plus volontiers au volant d'une monoplace dont il peinait à trouver la limite quelques mois auparavant.

Et alors que les efforts du pilote étaient récompensés par un nouveau podium en Hongrie, Sainz semblait connaître les plus grosses difficultés avec la SF21. Par trois fois en quatre week-ends, Sainz a perdu le contrôle de sa voiture et a fini dans le mur, engendrant ainsi des heures de travail supplémentaires pour les mécaniciens du Cheval Cabré et brisant une confiance qui avait pris des mois à se consolider.

À ce moment de la saison, tout portait à croire que Sainz était dépassé par la situation, probablement en raison de la pression d'une troisième place chez les constructeurs inattendue compte tenu des performances de Ferrari en 2020. Et encore une fois, le pilote a su faire taire les critiques avec une épatante première ligne au Grand Prix de Russie, un excellent départ (l'exercice qu'il abhorrait en début d'année) lui ayant permis de prendre la tête et un troisième podium.

Et le sprint final de Sainz fut encore plus impressionnant. Non seulement le fils du double Champion du monde des Rallyes nous a gâtés avec d'excellentes courses, de beaux dépassements et de superbes défenses, mais il a parfaitement conclu son année avec un quatrième et ultime podium – certes chanceux – au Grand Prix d'Abu Dhabi, scellant ainsi la cinquième place du championnat et faisant de lui le "meilleur des autres", à savoir le meilleur pilote ne portant pas une combinaison Mercedes ou Red Bull. 

 

Sainz s'est aussi montré le plus régulier sur la piste. L'Espagnol a vu l'arrivée des 22 épreuves du calendrier et, sur les 1297 tours que comptent la saison, il n'en a perdu que trois sur les leaders ! Mieux encore, il a terminé dans le top 10 à vingt reprises, un record également détenu par Lewis Hamilton et Lando Norris.

Il sera particulièrement intéressant de suivre la progression de Sainz en 2022. L'Espagnol a désormais pris ses marques à Maranello et repartira d'une feuille blanche puisque sa prochaine monture ne sera pas basée sur la SF1000. Si ce n'est pas déjà le cas aujourd'hui, le pilote atteindra certainement son niveau de l'époque McLaren et deviendra alors un redoutable rival pour Leclerc.

Lui qui était considéré comme un "bouche-trou" en attendant le recrutement d'un membre de la Ferrari Driver Academy, Carlos Sainz a prouvé tout au long de la saison 2021 qu'il était le digne successeur du baquet de Sebastian Vettel.

partages
commentaires
Les changements préparés par Mercedes sur le volant de Russell
Article précédent

Les changements préparés par Mercedes sur le volant de Russell

Article suivant

Domenicali : Les équipes n'auront pas d'avantage durable en 2022

Domenicali : Les équipes n'auront pas d'avantage durable en 2022
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021