Bilans Saison 2021
Dossier

Bilans Saison 2021

Bilan 2021 - Fernando Alonso, le retour en grâce

De retour en F1 après deux saisons d'absence, Fernando Alonso était confronté à un défi potentiellement périlleux mais l'a relevé sans problème au terme d'une saison en deux phases.

Bilan 2021 - Fernando Alonso, le retour en grâce

Ces bilans 2021 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Même pour un pilote de la trempe de Fernando Alonso, deux années d'absence en Formule 1, ce n'est pas anodin. L'accident de la route qu'il a subi à l'intersaison et qui l'a immobilisé pendant quelque temps, dans une phase cruciale de la préparation physique, encore plus à quasiment 40 ans et encore plus avant une saison longue, n'était pas fait pour arranger les choses.

Aussi, le mot-clé du début de saison de l'Espagnol, bien loin de l'attitude négative de la fin de sa première carrière et de ses sorties parfois tapageuses, a été de prendre le début de saison 2021 comme un tremplin pour se réhabituer, retrouver sa forme et progressivement revenir à son niveau. Il pouvait pour cela profiter à la fois d'un équipier qui avait plus ou moins vécu une saison similaire en 2020 avec Esteban Ocon mais également d'une écurie Alpine à l'ambition limitée pour l'ultime campagne de cette réglementation et au sein de laquelle les attentes de la nouvelle direction n'allaient pas être trop élevées.

Et le début de saison d'Alonso a effectivement été plutôt discret, face à un Ocon en jambes plus rapidement. Entre les GP d'Émilie-Romagne et de Monaco, le double Champion du monde était devancé systématiquement, en qualifs comme en course, même si déjà l'on pressentait que les longs relais rééquilibraient plutôt la donne.

Fernando Alonso au GP d'Azerbaïdjan

Fernando Alonso au GP d'Azerbaïdjan

La dynamique s'est ensuite drastiquement inversée à partir de juin, avec cette fois un Alonso systématiquement devant les samedis et dimanches de Bakou à Silverstone. Cette phase limpide sur le plan des résultats demeure difficile à cerner : certes le #14 avait pris ses marques tout en bénéficiant de l'arrivée d'une nouvelle direction assistée en France, mais Ocon se plaignait de son côté d'un manque de rythme difficilement explicable, à tel point qu'Alpine a changé de châssis en Grande-Bretagne, course qui marquait le retour du Français dans les points.

Une séquence curieuse qu'est venue conclure la course du Grand Prix de Hongrie, remportée de main de maître par Ocon au terme d'un duel serré avec Sebastian Vettel. Après avoir profité du double carambolage du départ et de l'erreur stratégique de Mercedes pour se retrouver en tête, le Français a aussi reçu en fin d'épreuve l'aide d'un Alonso qui a fait le maximum autorisé pour résister à Hamilton et faire gagner assez de temps à son équipier, tout en terminant lui-même à une belle quatrième position. Le sentiment au moment de la trêve estivale, était plutôt que voir Ocon ne devancer Alonso que d'un point ne paraissait pas cher payé même si son score était largement gonflé par cette inattendue victoire.

Mais en réalité, le rapport de force s'était déjà complètement rééquilibré et Alonso affirmait de son côté qu'il sentait qu'il se rapprochait de son meilleur niveau. Au retour des vacances, il se hissait à deux reprises dans le top 6, aux Pays-Bas puis en Russie, où il aurait sans doute même pu espérer mieux grâce à la pluie. C'est le moment où l'Alonso spécialiste des déclarations grinçantes a commencé à refaire parler de lui, dans le débat sur les limites de piste à Sotchi, mais aussi celui où l'Alonso parfois entêté en piste a été aperçu du côté d'Austin, dans sa lutte exagérément rugueuse contre les Alfa Romeo. On ne se refait pas.

Fernando Alonso à l'arrivée du GP du Qatar

Fernando Alonso à l'arrivée du GP du Qatar

La triple manche Mexico-São Paulo-Losail l'a notamment vu jouer le jeu d'équipe au Brésil et le réclamer au Qatar, en route vers son premier podium depuis 2014 après s'être élancé troisième sur la grille, son seul top 5 de la saison au départ. Ce résultat, alors qu'Ocon terminait pour sa part cinquième, scellait quasi irrémédiablement son avantage aux points sur le Français. Et ce n'était pas de trop car Alonso a ensuite connu un rare donc étonnant trou d'air du côté de Djeddah, pendant que son voisin de garage manquait le podium d'un rien.

Au bout du compte, les sept unités d'avance sur Ocon au classement final paraissent plutôt logiques sur l'ensemble de la campagne et au vu de la dynamique d'Alonso. Bien entendu, cette première saison de retour était à l'avance annoncée comme rien d'autre qu'une mise en jambes en attendant 2022. Elle aura permis à Alonso de regoûter au podium et de se fondre dans un collectif, avec un équipier performant mais avec qui il semble s'entendre, le duo offrant le duel le plus serré de toute la grille (11-11 en qualifs, 9-9 en course).

C'est désormais au travers de ses propres attentes et des performances d'Alpine dans le cadre de la nouvelle réglementation technique qu'il va juger et être jugé. L'Alonso de 2022 et au-delà n'aura peut-être plus grand-chose à voir avec celui de 2021, qui a relevé le défi de son retour sans sourciller.

partages
commentaires

Voir aussi :

Les Français qui ont fait l'année 2021
Article précédent

Les Français qui ont fait l'année 2021

Article suivant

Ils nous ont quittés en 2021

Ils nous ont quittés en 2021
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021