Bilans Saison 2022
Dossier

Bilans Saison 2022

Bilan 2022 - Kevin Magnussen, un retour gagnant

En dépit d'une préparation express, Kevin Magnussen a prouvé à plusieurs reprises avec ses excellents résultats que Haas avait fait le bon choix en le rappelant cette saison.

Bilan 2022 - Kevin Magnussen, un retour gagnant
Charger le lecteur audio

Ces bilans 2022 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Kevin Magnussen doit son retour en Formule 1 à des circonstances particulières, malheureuses, qui n'ont rien à voir avec le sport. L'invasion de la Russie en Ukraine a entraîné la fin du partenariat entre Haas et son sponsor principal Uralkali, entreprise russe spécialisée dans la potasse, et par conséquent la fin du contrat de Nikita Mazepin.

Pour Günther Steiner, le directeur de l'équipe américaine, proposer un nouveau contrat à Magnussen était une évidence. Pour le Danois, l'accepter l'était aussi car, en dépit de ses engagements en IMSA et en WEC, dans un programme Peugeot en cours d'assemblage, Magnussen a choisi de tout laisser tomber pour retrouver la catégorie reine.

Fort heureusement pour lui, ce comeback a eu lieu au moment où la Formule 1 entrait dans une nouvelle ère technique, ce qui a permis à Haas de se replacer dans la lutte en milieu de grille après deux saisons de galère en queue de peloton. Néanmoins, d'aucuns n'étaient assurés de la bonne préparation du pilote, qui n'a eu droit à la VF-22 que lors de deux des trois journées d'essais de Bahreïn, une semaine avant le début du championnat.

Pourtant, Magnussen s'est immédiatement chargé de rassurer ceux qui doutaient de lui en terminant cinquième de la première épreuve de l'année, égalant par la même occasion son meilleur résultat conquis avec Haas.

La suite de la saison a été moins heureuse pour le Danois du point de vue numéral puisque ses dix points glanés au Grand Prix de Bahreïn ont été suivis par 15 unités supplémentaires au cours des 21 épreuves suivantes. Mais il serait malhonnête de se contenter du total de points amassés pour résumer sa campagne 2022. D'une part, les performances de sa monoplace ont été très rapidement égalées puis dépassées par celles d'Alpine, McLaren, Alfa Romeo et Aston Martin. De l'autre, Magnussen a terriblement manqué de réussite en course, le plus souvent en étant pris dans des incidents au départ ayant menés à des arrêts au stand imprévus.

Kevin Magnussen et l'équipe Haas célèbrent leur pole position

Kevin Magnussen et l'équipe Haas célèbrent leur pole position

Citons ainsi ses envols aux Grands Prix d'Espagne, Canada, Hongrie et Singapour, où systématiquement Magnussen est passé par les stands dans les premiers tours pour changer un élément endommagé alors qu'il pouvait prétendre au top 10. Mais quel que soit le nombre de points qu'il aurait pu inscrire avec un peu plus de chance, Kevin Magnussen n'a pas à rougir de sa saison. Le #20 a été le moteur d'une équipe qui avait besoin de reprendre confiance et a plus souvent surclassé son coéquipier, Mick Schumacher, que l'inverse.

Et le bon retour de Magnussen dans l'élite a été magnifié par cette pole position au Grand Prix de São Paulo : dans des conditions rendues difficiles par la pluie, le Danois et ses pneus slicks ont pris par surprise les têtes d'affiche en réalisant le meilleur temps en Q3, ce qui lui a offert la pole. Rentré assez logiquement dans le rang lors du sprint, disputé sur le sec, il a été contraint à l'abandon dès le premier tour de course, accroché par Daniel Ricciardo. Magnussen et Haas sont néanmoins parvenus à ajouter leurs noms sur les tablettes de la F1, une performance que peu de pilotes et peu d'équipes ont réussi à réaliser.

Reste à savoir si le soufflé va retomber en 2023. Schumacher sera remplacé par Nico Hülkenberg, qui a lui aussi à cœur de réussir son comeback, et jusqu'à présent les relations entre les deux hommes n'ont jamais vraiment été au beau fixe. Le milieu de grille sera également davantage resserré pour la deuxième année du nouveau Règlement Technique, les écuries ayant pu apprendre des erreurs de 2022, et Magnussen ressentira sans nul doute la pression venant de pilotes à la recherche d'un volant et au profil plus intéressant financièrement pour Haas. Un beau pan de montagne a été gravi cette année, mais la nouvelle tentative d'ascension du mont F1 par Magnussen n'est pas tout à fait terminée.

partages
commentaires

Plafond budgétaire : Les rivaux de Red Bull voulaient "voir du sang"

Imola 1983 - Quand Patrick Tambay "vengea" Gilles Villeneuve