Zak Brown tance ceux qui hésitent à accueillir Andretti

La frilosité avec laquelle le projet d'Andretti pour s'engager en Formule 1 a été accueilli par certains patrons d'écurie attriste Zak Brown.

Zak Brown tance ceux qui hésitent à accueillir Andretti
Charger le lecteur audio

Les projets de la famille Andretti pour s'engager en Formule 1 avec une nouvelle écurie en 2024, révélés la semaine dernière et déjà soumis auprès de la FIA, sont accueillis différemment dans le paddock. Pour Zak Brown, il ne fait toutefois aucun doute que cette perspective doit être perçue comme positive et encouragée, le patron de McLaren estimant que les écuries exprimant leurs doutes quant au potentiel d'Andretti manquent de vision à long terme.

Mercredi à Barcelone, Toto Wolff et Christian Horner ont ainsi tous les deux insisté sur le fait qu'Andretti allait devoir démontrer ses capacités pour monter un projet ayant les reins solides en F1. "Chaque équipe qui nous rejoint doit être 'relutive', c'est-à-dire qu'elle doit ajouter de la valeur", a notamment insisté le directeur de Mercedes. "Et ce n'est pas seulement en payant 200 millions de dollars de droits d'entrée, mais elle doit démontrer, à mon avis, ce qu'elle peut faire pour les autres équipes, pour la F1 et la FIA."

Zak Brown affiche beaucoup moins de prudence, estimant que le projet d'Andretti est exactement ce qui devrait être encouragé en F1 pour en faire profiter toute la discipline.

"Je pense qu'Andretti, en tant que nom, en tant qu'écurie, sachant qui sont ses bailleurs de fonds, va sans aucun doute nous aider à développer la F1 en Amérique du Nord", insiste-t-il auprès de Motorsport.com. "Je pense que les équipes qui n'en soutiennent pas une nouvelle manquent de perspicacité. Essayons-nous de développer la F1 ? Ou faisons-nous ce que les écuries ont une mauvaise tendance à faire, c'est-à-dire penser au présent et non à l'avenir ?"

L'une des plus grandes inquiétudes pour les écuries existantes est de voir leur part du gâteau se réduire, puisqu'il faudrait partager entre onze structures, et non plus dix, les revenus de la F1. C'est en ce sens qu'un mécanisme de ticket d'entrée à 200 millions de dollars pour tout nouvel entrant a été instauré lors de la dernière négociation des Accords Concorde.

Cependant, pour Zak Brown il est absolument nécessaire d'avoir une vision plus lointaine car ce serait refuser de prendre en compte l'apport que pourrait engendrer l'arrivée d'une équipe comme Andretti dans la discipline. S'il ne remet pas en cause le fait que la F1 protège ainsi ses intérêts, il estime que le projet de l'équipe américaine doit être considéré à sa juste valeur.

"Il y a le paiement de dilution, qui vous couvre en quelque sorte pendant deux ans", explique-t-il. "Mais il faut supposer qu'Andretti nous aidera à nous développer en Amérique du Nord, ce qui compensera toute dilution. S'il s'agit de 100 millions de dollars, peuvent-ils nous aider à augmenter les revenus à hauteur de cette somme grâce à la télévision et à l'intérêt pour la F1 ? Je pense que oui. Et le plus simple est de continuer à chercher comment réduire les dépenses. Dans trois ou quatre ans, une fois le paiement de dilution disparu, il suffira de réduire notre budget de dix millions de dollars par an."

"Son père est Champion du monde, il a piloté en F1 et il a eu plusieurs écuries. Je sais qui sont ses soutiens financiers, et c'est exactement le genre d'investisseurs que l'on voudrait en F1. Et puis on ne peut avoir que 12 écuries sur la grille. Donc une fois qu'il y en aura 12, on sera dans une situation où la seule manière de s'engager sera de racheter [une équipe]. Alors je pense que ça ne fera qu'augmenter la valeur de toutes les écuries. Encore une fois, je pense que c'est manquer de perspicacité que de ne pas vouloir que d'autres écuries crédibles viennent à cause de la dilution."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Lire aussi :

partages
commentaires
Guerre en Ukraine : La F1 suit "attentivement" la situation
Article précédent

Guerre en Ukraine : La F1 suit "attentivement" la situation

Article suivant

Plus lourdes, les F1 2022 sont "apathiques" selon Norris

Plus lourdes, les F1 2022 sont "apathiques" selon Norris