Carlos Sainz : "Ce virage ne devrait pas exister"

Carlos Sainz ne cache pas sa frustration après un accident évitable qui l'a éliminé du Grand Prix de Russie au bout d'un kilomètre seulement.

La course de Carlos Sainz à Sotchi n'a décidément pas duré longtemps. Sixième sur la grille de départ, le pilote McLaren a abordé le premier freinage – le virage 2 – au coude-à-coude avec Lance Stroll pour la septième place. Situé à l'extérieur, il n'a pas pu aborder cette courbe correctement et a été contraint d'emprunter l'échappatoire, mais impatient de revenir en piste aussi vite que possible, il a mal emprunté le tracé entre les panneaux de polystyrène et a percuté le mur à cet endroit. C'était l'abandon.

Lire aussi :

S'il accepte la responsabilité de cet accident, Sainz se montre critique du design de cette portion de piste. "Malheureusement, au virage 2, j'avais quelqu'un à l'intérieur et je suis sorti un peu large", relate l'Espagnol. "Le temps de décider de contourner le panneau, je suis passé à côté avec un angle très, très étroit, j'ai mal évalué la vitesse à laquelle j'arrivais et j'ai tapé le mur très fort. C'est un mauvais jugement de ma part, une erreur."

"Je pense quand même que ce virage ne devrait pas exister. Ce n'est pas un virage très agréable au niveau du pilotage, et il engendre ce genre de situation. Mais j'ai juste fait une erreur. Ce n'est quand même pas un virage bien conçu. On a vu en course combien de pilotes manquaient la corde et devaient contourner les panneaux, détruire les panneaux [comme l'a fait Grosjean malgré lui, ndlr]. Ce n'est clairement pas un super virage."

La monoplace endommagée de Carlos Sainz Jr., McLaren MCL35, sur un camion

Les autres pilotes abondent dans le sens de Sainz, à l'image de George Russell, qui a emprunté l'échappatoire juste derrière la McLaren au premier tour. "Primo, c'est l'un des pires virages du calendrier. Secundo, c'est un design épouvantable pour la course", énumère le pilote Williams.

"En fait, j'ai suggéré lors d'un briefing des pilotes cette saison que nous avions la place pour créer un enchaînement semblable aux deux premiers virages de Bahreïn, une presque-épingle suivie d'un virage rapide, ce qui permet aux pilotes d'aborder le premier virage côte à côte, pour que la bataille soit meilleure, et évite qu'ils doivent couper la piste. Car quand on aborde un virage à 90° qui se resserre en étant à trois ou quatre de front, il y a forcément des voitures qui vont se faire pousser dehors."

"La géométrie [de ce virage] est étrange", analyse Ricciardo, qui affirme n'avoir jamais emprunté l'échappatoire ce week-end – ce qui lui a valu une pénalité de cinq secondes lorsqu'il n'a pu respecter le tracé. "Dans ma situation, par exemple, j'ai bloqué les roues et je me suis dit que ça allait être serré."

Lire aussi :

"Mais c'est juste la forme du virage qui laisse de l'espoir jusqu'à la dernière minute, voire la toute dernière seconde, je dirais. Forcément, une fois engagé, on ne peut pas vraiment retraverser, on perdrait probablement plus de cinq secondes. J'imagine qu'il y a ce point de non-retour que j'avais atteint, et je me suis dit que si j'étais pénalisé, je ferais avec."

Esteban Ocon, Renault F1 Team R.S.20, Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S.20, et Sergio Perez, Racing Point RP20

Directeur de course FIA, Michael Masi a reconnu que cet enchaînement représentait un problème : "Le virage 2 est l'un de ceux qui ont représenté une difficulté de différentes manières chaque année. Quand on résout un problème, cela a un autre impact. Nous essayons donc de trouver la meilleure solution possible. Et je pense que nous avons trouvé une solution raisonnable. Y a-t-il une marge d'amélioration ? Oui. Il y a toujours une marge d'amélioration."

Lorsqu'il lui est demandé si les graviers pourraient être utilisés pour ralentir les voitures, il réitère néanmoins sa position habituelle : "Comme je l'ai dit à de nombreuses reprises, il y a des solutions différentes pour les différents circuits et les différents virages, en prenant tout en compte. Les graviers ne sont pas une solution partout."

"En ce qui concerne la vitesse dans les échappatoires, ce que nous essayons et espérons évidemment accomplir est, dans de telles circonstances, un retour en piste organisé de manière aussi sûre que possible. C'est l'objectif prioritaire. Ensuite, ralentir les voitures dans cette zone si possible. Cependant, en raison de la nature du virage 2, il est très difficile de trouver une solution parfaite dans chaque cas de figure. Nous allons continuer d'étudier ça et verrons ce que nous pouvons faire."

partages
commentaires

Voir aussi :

Hamilton déplore des règles qui changent pour maintenir le suspense

Article précédent

Hamilton déplore des règles qui changent pour maintenir le suspense

Article suivant

La sanction contre Lewis Hamilton expliquée point par point

La sanction contre Lewis Hamilton expliquée point par point
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021