Sainz : Norris a "fait de moi un meilleur pilote"

Carlos Sainz et Lando Norris se sont séparés après deux ans de collaboration, et l'aîné salue la contribution de son cadet sur ses performances.

Sainz : Norris a "fait de moi un meilleur pilote"

C'est avec Carlos Sainz et Lando Norris que McLaren aura fait son retour dans la lutte pour le podium. L'écurie britannique a poursuivi son ascension vers les avant-postes ces deux dernières années, notamment grâce à une restructuration efficace, jusqu'à accrocher la troisième place du championnat des constructeurs en 2020.

Lire aussi :

Ce succès est notamment dû à la belle entente entre les deux pilotes, contexte favorisant forcément une ambiance de travail saine. En témoignent les propos de chacun vis-à-vis de son coéquipier, toujours dithyrambiques.

"Il est un très bon pilote", déclarait Sainz au sujet de Norris en fin de saison dernière. "Dès que j'ai l'opportunité de regarder ses données, il y a toujours des choses à apprendre et des choses à essayer moi-même, pour m'améliorer en tant que pilote. Il a toujours quelque chose que je ne fais pas dans un virage, et il faut que j'essaie de le faire. Cela fait de moi un meilleur pilote. Je crois que j'ai eu de la chance de l'avoir comme coéquipier, car cela m'a fait progresser."

"Nous avons un grand respect mutuel. De mon côté, j'ai beaucoup appris de Carlos lors de mes deux premières années en Formule 1 – parfois ce qu'il ne faut pas faire", ajoutait un Norris facétieux. "Mais le plus souvent, j'ai appris ce qui m'aide et me permet de faire du meilleur travail. Et oui, nous nous sommes bien amusés, et j'ai beaucoup appris."

Carlos Sainz Jr., McLaren MCL35, Lando Norris, McLaren MCL35

Sainz ne le cache pas, le courant est très vite passé avec l'Anglais de cinq ans son cadet. "Vous savez quand on rencontre quelqu'un et qu'on a d'emblée un bon feeling avec la personne, qu'on a un sens de l'humour similaire et qu'on s'entend bien direct ? C'est exactement ce que j'ai ressenti quand j'ai fait connaissance avec Lando", a-t-il écrit sur le site officiel de McLaren.

"Mais ce qui rend notre relation encore plus spéciale, c'est qu'elle a été comme ça tout du long de notre collaboration en tant que coéquipiers dans le monde super compétitif de la F1. En piste, nous sommes concurrents, nous voulons nous vaincre l'un l'autre, mais nous nous sommes toujours battus de manière respectueuse, et cela a aussi aidé l'équipe à avancer. Et hors de la piste, nous nous amusons beaucoup ensemble."

Compte tenu du point de départ de sa relation avec McLaren, Sainz est en tout cas enthousiasmé par les résultats obtenus avec l'écurie avant de rejoindre Ferrari. McLaren a marqué le double de points en 2019 par rapport à 2018, et même le triple en 2020 ; l'Espagnol a signé deux podiums pour une équipe qui n'en avait pas connu depuis début 2014.

"Nous sommes partis de zéro en 2018, donc il n'y avait pas d'attentes, il n'y avait pas de rancœur de quiconque", analyse Sainz pour Motorsport.com. "Je me suis senti chez moi tout de suite en travaillant avec l'équipe, j'ai immédiatement senti que ce groupe de personnes était incroyablement motivé et incroyablement fier de faire partie de McLaren."

"Ils voulaient vraiment que l'écurie avance. Tout le monde a rassemblé ses efforts, nous avons continué sur cette lancée de la première année à la seconde. C'est juste plus facile quand on est dans un cercle vertueux comme ces deux années, quand on a de plus en plus d'élan, quand la relation ne fait que s'améliorer et l'équipe ne fait que progresser. Je suis très fier d'avoir joué un rôle là-dedans. C'est vraiment un souvenir que je garderai toujours dans ma carrière."

Propos recueillis par Jonathan Noble et Luke Smith

partages
commentaires

Voir aussi :

Grosjean n'a pas la réputation qu'il mérite, estime Steiner
Article précédent

Grosjean n'a pas la réputation qu'il mérite, estime Steiner

Article suivant

Jenson Button revient chez Williams

Jenson Button revient chez Williams
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021