Condamné à défendre, Ricciardo s'est aussi "amusé" en Espagne

Classé à la sixième place du Grand Prix d'Espagne, Daniel Ricciardo a longtemps défendu la cinquième position face à la Red Bull de Sergio Pérez mais a dû s'incliner en fin de course.

Condamné à défendre, Ricciardo s'est aussi "amusé" en Espagne

À la suite de la déconvenue de Portimão, Daniel Ricciardo a été en mesure de répondre présent une semaine plus tard, en Espagne. Sur le circuit de Barcelone, l'Australien a délivré de bonnes performances tout au long du week-end. Le samedi, lors de l'épreuve des qualifications, le pilote McLaren a devancé son équipier, Lando Norris, pour la troisième fois de la saison. Le lendemain, Ricciardo a été l'auteur d'un excellent départ et a longtemps évolué en cinquième position, sous la menace directe de Sergio Pérez.

Pendant 46 tours, le pilote Red Bull était blotti dans le diffuseur de Ricciardo sans pouvoir trouver l'ouverture. Ce n'est qu'en fin d'épreuve que le Mexicain a pu effacer la McLaren et s'offrir les 10 points de la cinquième place. Malgré une course de défense et l'issue de sa lutte avec Pérez, Ricciardo s'est montré satisfait de son Grand Prix d'Espagne.

"Je dirais qu'il y a trois types de plaisir", a-t-il commenté. "Le premier est de gagner, le second d'attaquer et le troisième de défendre. Donc c'était le niveau le plus bas du fun mais je me suis quand même amusé. Ce n'était pas du tout une course ennuyeuse. Avec le recul, je pense que c'était vraiment bien d'avoir une pression pendant toute la course parce que ça m'a forcé à attaquer et à ne pas économiser les pneus. Parfois vous pouvez être dans un no man's land où vous préservez les pneus, et puis vous vous dites : 'Oh, j'aurais pu aller plus vite'. Dans l'ensemble, je pense que c'est une course bien exécutée, et l'équipe a bien fait de m'appeler pour ce deuxième arrêt tardif."

Lire aussi :

"J'ai fait tout ce que j'ai pu, évidemment [Pérez] était plus rapide mais avec un bon dernier secteur, ça m'aidait [à défendre]", a poursuivi Ricciardo. "Et avec tous ces tours passés derrière moi, peut-être que ses pneus étaient endommagés. J'ai défendu aussi longtemps que je le pouvais. Mais sur la fin je ne pouvais plus le retenir et il a fait une belle manœuvre dans le premier virage. Pour ne pas risquer l'accident et ruiner ma course, j'ai cédé et je l'ai laissé partir."

À de nombreuses reprises depuis le début de la saison, l'Australien a fait part de son manque de confiance au volant de la MCL35M. Bien que son pilotage demeure perfectible, le pilote assure avoir progressé dans sa recherche des limites : "C'était vraiment un week-end plus encourageant. Personnellement, j'ai fait des petits progrès. En course, il y a eu des moments où je savais que j'allais prendre correctement mon virage et d'autres où je bloquais le train avant, je perdais un peu le train arrière... C'était délicat. J'ai fait quelques erreurs donc il y a encore des choses à améliorer", a-t-il analysé.

Pour la première fois cette saison, Ferrari a récolté davantage de points que McLaren. Et au terme de la course, les pilotes de la Scuderia ont indiqué être au volant de la troisième voiture "la plus rapide du milieu du peloton". Alors que les deux rivaux ne sont plus séparés que par cinq points au classement des constructeurs, Ricciardo a estimé que le Cheval cabré avait l'avantage concernant l'appui aérodynamique.

"Même dans 'l'air sale', Carlos [Sainz] me mettait la pression", a révélé l'auteur de sept succès en Grand Prix. "Donc je pense que nous devons encore trouver un peu plus de performance. Ce n'est qu'une question d'appui, il est roi. [Ferrari] a une bonne voiture, Charles [Leclerc] s'est lentement éloigné de moi dans le premier relais et jamais je ne l'ai revu."

partages
commentaires

Voir aussi :

Alonso : "Nous pouvons être la cinquième équipe"

Article précédent

Alonso : "Nous pouvons être la cinquième équipe"

Article suivant

Hamilton veut régler son avenir chez Mercedes d'ici l'été

Hamilton veut régler son avenir chez Mercedes d'ici l'été
Charger les commentaires
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021